La Traduction du Monde Nouveau est-elle une traduction biblique valide ?



 


Question : « La Traduction du Monde Nouveau est-elle une traduction biblique valide ? »

Réponse :
La Traduction du Monde Nouveau (TMN) est présenté par la Watchtower Society, l’association des Témoins de Jéhovah, comme « [traduite] d’après l’édition anglaise révisée de 1984 ; on s’est constamment référé aux langues d’origine, l’hébreu, l’araméen et le grec ». La version anglaise est elle-même présentée comme « une traduction des Ecritures saintes en français moderne, effectuée directement à partir des originaux hébreux, grecs et araméens, par un comité de Témoins de Jéhovah dévoués ». Les Témoins de Jéhovah affirment que ce comité est anonyme afin de rendre toute la gloire à Dieu. Un autre avantage est évidemment que les traducteurs n’ont ainsi pas à rendre compte de leurs erreurs et que leurs compétences ne peuvent être vérifiées.

La Traduction du Monde Nouveau est unique sous un aspect bien particulier : c’est le premier effort systématique et conscient visant à produire une version complète de la Bible éditée et révisée afin de défendre la doctrine d’un groupe particulier. Quand les Témoins de Jéhovah ont pris conscience que leurs croyances étaient contraires aux Écritures, au lieu de les aligner sur celles-ci, ils ont modifié les Écritures pour les conformer à leurs croyances. Le « Comité de traduction de la Bible du Monde Nouveau » a modifié les passages bibliques qui contredisent la théologie des Témoins de Jéhovah, comme le montre clairement le fait que chaque nouvelle édition de la Traduction du Monde Nouveau ajoute de nouveaux changements. Chaque fois que les chrétiens mettaient en avant des passages démontrant clairement (par exemple) la divinité de Christ dans la Traduction du Monde Nouveau, les Témoins de Jéhovah publient une nouvelle édition qui les modifie. Voici quelques-uns des principaux exemples de falsification.

La Traduction du Monde Nouveau traduit le terme grec staurós (« croix ») comme « poteau de torture », car les Témoins de Jéhovah ne croient pas que Jésus a été crucifié. Elle ne traduit pas le terme hébreu sheol et les termes grecs hadès, gehenna et tartaros par « enfer », car les TJ ne croient pas en l’enfer. Elle traduit le terme grec parousia par « présence » plutôt que par « retour », car les TJ croient que Christ est déjà revenu au début du 20ème Siècle. En Colossiens 1.16, la TMN ajoute le terme « autre », qui ne figure pas dans l’original grec, pour donner l’impression que « toutes autres choses », à l’exclusion donc de Christ lui-même, ont été créées par Christ. Cela correspond à leur croyance que Christ est une créature, elle-même fondée sur leur négation de la Trinité.

La perversion la plus connue de la Traduction du Monde Nouveau se trouve en Jean 1.1 : alors que le texte original grec dit : « la Parole était Dieu », la TMN traduit par : « la Parole était un dieu ». On voit clairement ici que les traducteurs ont interprété le texte en fonction de leurs a prioris théologiques au lieu d’exprimer ce qu’il dit. Il n’y a pas d’article indéfini en grec, si bien qu’un tel article est forcément ajouté par le traducteur, ce qui est grammaticalement acceptable en français, tant que cela ne contredit pas le sens du texte.

Il y a d’excellentes raisons de ne pas ajouter d’article à theos en Jean 1.1. Voici trois règles générales à prendre en compte.

1. En grec, l’ordre des mots ne détermine pas leur fonction. En français, la structure courante d’une phrase est : sujet – verbe – COD. « Jean a sifflé le chien » a donc un sens différent de : « Le chien a sifflé Jean ». En grec, la fonction d’un mot est déterminée par sa terminaison. En Jean 1.1, il y a deux terminaisons possibles à la racine theo : « s » (theos) ou « n » (theon). La terminaison « s » identifie généralement un nom comme étant le sujet de la phrase, tandis que « n » l’identifie généralement comme le complément d’objet direct.

2. La terminaison d’un COD d’état (suivi par un verbe d’état, comme « être ») doit correspondre à son sujet pour que le lecteur sache de quel nom il s’agit. Dans le cas présent, le sujet est logos et theo a donc besoin de la terminaison « s ». Jean 1.1 peut être transcrit ainsi : « kai theos en ho logos ». Quel est le sujet : theos ou logos ? Réponse au paragraphe suivant.

3. Dans le cas où deux noms ont la même terminaison, l’auteur ajoutera un article défini au sujet afin d’éviter la confusion. Jean a ajouté l’article défini à logos (« la Parole ») au lieu de theos pour montrer que logos est sujet et theos COD d’état. En français, cela donne : « et la Parole était Dieu » (au lieu de : « et Dieu était la Parole »).

La preuve la plus flagrante de l’incohérence de la technique de traduction de la TNM est que le terme grec theon est toujours traduit sans article, tandis que theos est traduit tantôt comme « Dieu », tantôt comme « un dieu ». En Jean 1.18, on retrouve même les deux traductions dans la même phrase !

La Traduction du Monde Nouveau n’a donc aucun fondement textuel, mais seulement des a prioris théologiques flagrants. Ses partisans pourraient à la limite montrer en quoi leur traduction de Jean 1.1 est possible dans l’absolu, mais pas la justifier, ni expliquer pourquoi elle ne traduit pas toujours de la même manière les mêmes expressions grecques dans l’Évangile de Jean. Seul leur rejet préconcu et hérétique dela divinité de Christ peut motiver une traduction aussi incohérente du texte grec afin de donner à leur erreur un semblant de légitimité aux yeux de ceux qui ignorent les faits.

Les croyances hérétiques préconçues des Témoins de Jéhovah sont la seule explication des erreurs et incohérences de la Traduction du Monde Nouveau. Celle-ci n’est clairement pas une traduction biblique valide. Il y a des différences mineures entre toutes les principales traductions françaises de la Bible, car aucune traduction n’est parfaite, mais là où les autres se trompent sur des détails de l’hébreu et du grec, la TMN modifie volontairement le sens du texte en fonction de la théologie des Témoins de Jéhovah. La Traduction du Monde Nouveau est plutôt une corruption de la Bible.


Retour à la page d'accueil en français

La Traduction du Monde Nouveau est-elle une traduction biblique valide ?