Que pouvons-nous apprendre de la vie de Samuel ?


Question : « Que pouvons-nous apprendre de la vie de Samuel ? »

Réponse :
Samuel, dont le nom signifie « nom de Dieu », a été consacré à Dieu par Anne, sa mère, à cause d'un vœu qu'elle avait fait avant sa naissance (1 Samuel 1.11) : Anne, qui était stérile, avait prié pour un enfant avec tant de ferveur que le prêtre Éli pensait qu'elle était ivre (1 Samuel 1). Dieu a exaucé sa prière et, selon sa promesse, Anne lui a consacré son enfant. Après que Samuel ait été sevré, probablement vers l'âge de 4 ans, elle l'a ramené au Tabernacle pour servir Éli (1 Samuel 1.22-25). Enfant déjà, Samuel a reçu un éphod, un vêtement habituellement réservé aux prêtres, et servait le Seigneur dans la tente de la rencontre, à Silo, où se trouvait l'Arche de l'Alliance (1 Samuel 2.18, 3.3). La tradition voulait que les fils d'un prêtre lui succèdent dans son ministère, mais les fils d'Éli, Hophni et Phinées, étaient méchants : ils avaient un comportement immoral et méprisaient les offrandes faites à l'Éternel (1 Samuel 2.17, 22). Pendant ce temps, Samuel continuait à grandir, apprécié de Dieu et des hommes (1 Samuel 2.26).

À une époque où les prophéties et visions étaient rares, Samuel a entendu une voix l'appeler dans la nuit. Il a d'abord pensé que c'était Éli. À ce moment-là, il servait dans le Tabernacle, mais ne connaissait pas encore l'Éternel et la parole de l'Éternel ne lui avait pas encore été révélée (1 Samuel 3.7). Les trois premières fois qu'il a entendu l'appel, il est allé trouver Éli, puis celui-ci a compris que c'était Dieu qui l'appelait et lui a dit comment lui répondre la prochaine fois. Alors, « l'Éternel vint se tenir près de lui et appela comme les autres fois : « Samuel, Samuel ! » Samuel répondit : « Parle, car ton serviteur écoute. » » (1 Samuel 3.10) Dieu lui a donné un message de jugement à transmettre à Éli. Le lendemain, Samuel a fait son premier pas de foi en disant tout à Éli, quand bien même il s’agirait d'une mauvaise nouvelle pour lui et sa famille (1 Samuel 3.11-18). Éli a accepté le jugement de Dieu. La réputation de Samuel en tant que prophète s'est répandue dans tout le pays et Dieu a continué à révéler sa volonté à son peuple par son intermédiaire (1 Samuel 3.20-21).

Les Philistins, les ennemis héréditaires d'Israël, ont attaqué le peuple de Dieu. Les fils d'Éli ont été tués au combat et les Philistins se sont emparés de l'Arche de l'Alliance et l'ont emportée dans leur pays. Éli est également mort sous le choc en apprenant la mort de ses fils. Après plusieurs mois, les Philistins ont rendu l'Arche à Israël et elle est restée plus de vingt ans à Kirjath-Jearim. Quand les Israélites ont crié à Dieu pour le supplier de les aider contre les Philistins, Samuel leur a demandé de se débarrasser des faux dieux qu'ils adoraient. Sous la direction de Samuel et par la puissance de Dieu, les Philistins ont été vaincus et il y a eu un temps de paix entre eux et Israël (1 Samuel 7.9-13). Samuel a été reconnu juge de tout Israël.

Les fils de Samuel, Joël et Abija, comme ceux d'Éli, péchaient contre Dieu en recherchant un gain malhonnête et en pervertissant la justice. Samuel les avait nommés juges, mais les anciens d'Israël lui ont demandé d'établir un roi sur eux, comme pour les autres nations, car il était âgé et que ses fils ne suivaient pas son exemple (1 Samuel 8.1-5). Cette demande lui a d'abord fortement déplu, mais, quand il a prié à ce sujet, Dieu lui a dit que ce n'était pas lui que le peuple avait rejeté, mais Dieu lui-même. Alors, il lui a permis d'accéder à leur demande, non sans d'abord avertir le peuple des droits que leur roi aurait sur eux (1 Samuel 8.6-21).

Au moment convenu, Samuel a oint le Benjaminite Saül comme le premier roi d'Israël (1 Samuel 10.1). Malgré cela, il a demandé à Dieu un signe montrant aux Israélites qu'ils avaient tort de remplacer leur véritable roi, Dieu, par un roi humain (1 Samuel 12.16-18). Après un certain temps, Dieu a dit à Samuel qu'il avait rejeté Saül à cause de sa désobéissance (1 Samuel 13.11-13). Alors, il l'a immédiatement averti que Dieu lui avait déjà choisi un successeur (1 Samuel 13.14). Comme Saül a continué à désobéir à Dieu, Samuel lui a annoncé que Dieu le rejetait comme roi (1 Samuel 15.26), avant de repartir pour ne plus jamais se tenir à ses côtés. Alors qu'il était en deuil à cause de lui (1 Samuel 15.35), Dieu lui a demandé de choisir un autre roi, issu de la famille d'Isaï (1 Samuel 16.1). Samuel a oint David, le plus jeune fils d'Isaï (1 Samuel 16.13), mais il est mort avant que David ne devienne roi et « tout Israël se rassembla pour le pleurer » (1 Samuel 25.1).

Samuel a joué un rôle crucial dans l'histoire d'Israël. Il était prophète, il a oint les deux premiers rois d'Israël et il était le dernier juge d'Israël, souvent considéré comme le plus grand des juges (Actes 13.20). Il est cité avec Moïse et Aaron comme un homme qui faisait appel à Dieu et à qui Dieu répondait (Psaume 99.6). Par la suite, alors que les Israélites vivaient dans la désobéissance à Dieu, il leur a dit que même si Moïse et Samuel, deux des plus grands intercesseurs de l'histoire d'Israël (Jérémie 15.1), intercédaient pour eux, il ne les écouterait pas. Cela montre clairement la puissance des prières de Samuel et la gravité du péché d'Israël à l'époque de Jérémie.

Nous avons beaucoup de choses à apprendre de la vie de Samuel, concernant surtout la souveraineté de Dieu sur Israël, et ce peu importe qui le peuple choisissait pour régner sur lui. Nous pouvons laisser d'autres personnes ou choses occuper le trône de notre cœur, mais Dieu demeure souverain et ne laissera jamais son autorité dans la vie de ses sujets être usurpée.

On imagine à quel point cela a été difficile pour le jeune Samuel de raconter honnêtement sa première vision à Éli, mais il semble que dès son plus jeune âge, son allégeance absolue était d'abord envers Dieu lui-même. Parfois, nous nous sentons intimidés par ceux qui sont au-dessus de nous, mais, comme l'exemple de Samuel nous le montre à plusieurs reprises, notre priorité doit toujours être d'obéir à Dieu. Le monde peut nous regarder avec cynisme si nous tenons ferme dans la foi, mais nous pouvons avoir confiance en Dieu pour rendre justice à ceux qui demeurent fidèles à sa Parole (Psaume 135.14).

Malgré ses réserves, Samuel a immédiatement consulté Dieu par rapport à la requête du peuple, qui lui demandait un roi, et il a respecté sa décision (1 Samuel 8.6-7). Nous consultons souvent Dieu avant de prendre une décision importante, mais combien d'entre nous sont prêts à accepter sa volonté et à s'y soumettre, surtout quand elle va à l'encontre de nos propres désirs ? Les responsables, surtout, peuvent s'inspirer de l'exemple de Samuel, qui tirait sa puissance de son intimité avec Dieu, grâce à une saine vie de prière. Samuel était un homme de prière et le peuple le respectait pour cela (1 Samuel 12.19, 23). Il était conscient du péché de Saül, mais il n'a jamais cessé de prier et de pleurer pour lui. Il considérait même comme un péché de ne pas prier pour ceux dont il avait la charge. Quand nous voyons notre frère tomber dans le péché, nous sommes peut-être souvent trop prompts à le considérer comme au-delà de tout espoir de restauration. Le plan de Dieu pour chacun de nous s'accomplira certainement, mais cela ne doit pas nous empêcher de continuer à prier pour ceux qui sont faibles dans la foi et à prendre soin d'eux (Romains 15.1, 1 Thessaloniciens 5.14).

Le thème principal du récit de la vie de Samuel est que Dieu seul est digne de recevoir honneur et gloire. Après que Samuel a établi ses fils comme juges, il a certainement été très attristé d'apprendre qu'ils n'étaient pas à la hauteur de la tâche. Pourtant, quand il a consulté Dieu concernant la requête du peuple, qui demandait un roi, il n'a pas essayé de défendre ses fils. Il s'est soumis aux instructions de Dieu et a donné au peuple ce qu'ils lui demandaient.

Ces paroles de Samuel au roi Saül constituent un verset-clé de sa vie : « Samuel dit : « L'Éternel trouve-t-il autant de plaisir dans les holocaustes et les sacrifices que dans l'obéissance à sa voix ? Non, l'obéissance vaut mieux que les sacrifices et l'écoute attentive vaut mieux que la graisse des béliers. » (1 Samuel 15.22) L'obéissance à la Parole de Dieu doit rester notre première priorité.

English


Retour à la page d'accueil en français

Que pouvons-nous apprendre de la vie de Samuel ?