Que pouvons-nous apprendre de la vie de Ruth ?


Question : « Que pouvons-nous apprendre de la vie de Ruth ? »

Réponse :
Ruth était une femme moabite, apparentée aux Israélites par Lot, le neveu d'Abraham (Ruth 1.4, Genèse 11.31, 19.37). Elle a vécu à l'époque des Juges. Elle avait épousé le fils d'une famille israélite installée en Moab, mais à un moment donné, son beau-père, son mari et le seul frère de son mari sont tous décédés, si bien qu'elle a dû décider si elle voulait rester dans sa patrie ou accompagner sa belle-mère, Naomi, dans un pays inconnu : Juda.

Ruth aimait sa belle-mère et était animée d'une grande compassion pour elle, voyant qu'elle avait perdu non seulement son mari, mais ses deux fils. Sa belle-sœur Orpa a choisi de rester avec son peuple, mais Ruth n'a pas pu se séparer de Naomi et du Dieu d'Israël, qu'elle avait appris à connaître. Ensemble, Ruth et Naomi sont retournées en Juda, dans la ville de Bethléhem, où elles ont décidé de s'installer. La renommée de Ruth s'est étendue et Boaz, un propriétaire terrien de la ville, a entendu parler de sa fidélité : « Boaz lui répondit : « On m'a rapporté tout ce que tu as fait pour ta belle-mère depuis la mort de ton mari et comment tu as quitté ton père et ta mère et le pays de ta naissance pour aller vers un peuple que tu ne connaissais pas auparavant. Que l'Éternel te rende ce que tu as fait et que ta récompense soit entière de la part de l'Éternel, le Dieu d'Israël, sous les ailes duquel tu es venue te réfugier ! » » (Ruth 2.11-12)

En Israël, la tradition voulait que lorsqu'un homme mourait sans enfants, son frère prenne sa veuve pour épouse afin de perpétuer la lignée familiale. Puisque le seul frère de Ruth était également décédé, elle et Naomi n'avaient personne pour prendre soin d'elles. Ruth sortait tous les jours glaner les champs afin d'avoir de quoi manger pour elle-même et pour Naomi. Elle a commencé à glaner dans le champ de Boaz, sans savoir qu'il était de la famille de Naomi. À son retour, Boaz a remarqué Ruth et a demandé à son serviteur chargé de la surveillance des moissonneurs de qui il s'agissait. Quand le serviteur lui a parlé de sa fidélité à Naomi et de son dur labeur aux champs, Boaz est allé la trouver personnellement et lui a demandé de rester dans ses champs, avec les autres femmes. Il lui a dit aussi qu'il avait averti les jeunes hommes de ne pas la toucher et l'a invitée à boire librement de l'eau qu'ils avaient puisée (Ruth 2.8-9). Ruth a répondu avec reconnaissance et humilité pour la faveur qu'il lui manifestait, alors qu'elle était étrangère. Alors, Boaz lui a dit qu'il avait entendu quels sacrifices elle avait faits pour sa belle-mère (Ruth 2.10-13). Boaz a continué à lui faire du bien. Il lui a offert un repas et a demandé à ses moissonneurs de laisser volontairement quelques gerbes derrière eux, pour qu'elle puisse les glaner (Ruth 2.14-16).

Quand Ruth a dit à Naomi où elle avait glané, Naomi s'est réjouie et lui a répondu que Boaz était un proche parent d'Élimélec, son mari, qui avait droit de rachat sur elles. En Israël, la perpétuation du nom de chaque famille était très importante. Ruth était donc en droit de faire appel à Boaz pour cela. Naomi l'a encouragée à continuer à glaner dans ses champs, ce qu'elle a fait pendant la moisson de l'orge et du blé (Ruth 2.18-23).

À la fin de la moisson de l'orge, Naomi a proposé à Ruth d'aller trouver Boaz pendant qu'il battait l'orge et de lui demander d'exercer son droit de rachat sur elles. Ruth, qui avait l'esprit ouvert et enseignable, l'a écoutée et a fait ce qu'elle lui a demandé (Ruth 3.2-5). Elle a suivi ses instructions à la lettre. Boaz a répondu favorablement à sa requête, mais il connaissait un parent masculin encore plus proche, qui était prioritaire sur lui pour exercer son droit de rachat sur Ruth et les biens de sa famille. Il devait donc le consulter avant de prendre Ruth pour épouse. Dès le lendemain, Boaz a rencontré cet homme, qui a renoncé à ses droits sur Ruth et sur les biens de Naomi.

Ruth et Boaz se sont mariés rapidement et ont eu un fils, du nom d'Obed. Les femmes d'Israël se sont réjouies de voir la fidélité de Dieu et ont dit à Naomi : « Béni soit l'Éternel qui ne t'a pas laissée manquer aujourd'hui d'une personne ayant le droit de rachat ! Que son nom soit célébré en Israël ! Cet enfant sera ton réconfort et le soutien de ta vieillesse, car ta belle-fille qui t'aime l'a mis au monde, elle qui vaut mieux pour toi que sept fils. » (Ruth 4.14-15)

Ruth a eu confiance en Dieu et Dieu a récompensé sa foi en lui donnant non seulement un mari, mais aussi un fils (Obed), un petit-fils (Isaï) et un arrière-petit-fils (David) qui deviendrait roi d'Israël (Ruth 4.17). En plus de cela (Psaume 127.3), il l'a bénie en permettant qu'elle figure dans la lignée de Jésus (Matthieu 1.5).

Ruth est un exemple de la manière dont Dieu peut transformer une vie et l'orienter dans la direction qu'il souhaite. Nous le voyons accomplir ses plans parfaits dans la vie de Ruth, tout comme il le fait avec tous ses enfants (Romains 8.28). Ruth était Moabite, d'origine païenne, mais en rencontrant le Dieu d'Israël, elle est devenue un témoignage vivant de ce qu'il fait pour ceux qui croient en lui. Même si, avant d'épouser Boaz, elle vivait dans des conditions très modestes, elle croyait que Dieu était fidèle pour prendre soin de ses enfants. Elle est aussi un exemple de persévérance et de fidélité. Nous savons que Dieu récompense ceux qui lui sont fidèles : « Or, sans la foi, il est impossible d'être agréable à Dieu, car il faut que celui qui s'approche de lui croie que Dieu existe et qu'il récompense ceux qui le cherchent. » (Hébreux 11.6)

English


Retour à la page d'accueil en français

Que pouvons-nous apprendre de la vie de Ruth ?