GotQuestions.org/Francais



Question : « Pourquoi Dieu nous a-t-il donné quatre Évangiles ? »

Réponse :
Voici quelques raisons pour lesquelles Dieu nous a donné quatre Évangiles plutôt qu’un seul.

1. Pour donner un portrait plus complet de Christ. Si l’ensemble de la Bible est inspiré de Dieu (2 Timothée 3.16), Dieu s’est en réalité servi d’auteurs humains venant d’horizons divers, avec des personnalités différentes, pour accomplir ses desseins à travers leurs récits. Chacun des auteurs évangéliques avait un objectif précis en écrivant son Évangile et, pour atteindre son objectif, chacun d’eux a mis en avant différents aspects de la personne et du ministère de Jésus-Christ.

Matthieu s’adressait à un public hébreu et l’un de ses objectifs était de montrer, à partir de la généalogie de Jésus et des prophéties de l’Ancien Testament qu’il a accomplies, qu’il était bien le Messie attendu depuis si longtemps, afin de convaincre ses lecteurs de croire en lui. Matthieu insiste surtout sur le fait que Jésus est le Roi promis, le « Fils de David » qui siégerait pour toujours sur le trône d’Israël (Matthieu 9.27, 21.9).

Marc, un cousin de Barnabas (Colossiens 4.10), était lui un témoin oculaire de la vie de Christ ainsi qu’un ami de l’Apôtre Pierre. Le fait qu’il ne mentionne pas les détails qui comptent aux yeux des Juifs (généalogies, controverses entre Christ et les responsables juifs de son époque, citations fréquentes de l’Ancien Testament, etc.) montre qu’il s’adresse à un public de Gentils. Marc présente Christ comme le serviteur souffrant, venu non pour être servi, mais pour servir et donner sa vie en rançon pour beaucoup (Marc 10.45).

Luc, le « médecin bien-aimé » (Colossiens 4.14), évangéliste et compagnon de l’Apôtre Paul, a écrit l’Évangile de Luc ainsi que les Actes des Apôtres. C’est le seul auteur gentil du Nouveau Testament. Il est depuis longtemps reconnu comme un brillant historien par tous ceux qui ont utilisé ses écrits dans le cadre d’études historiques et généalogiques. En tant qu’historien, il déclare avoir voulu écrire un récit suivi de la vie de Christ, basé sur les rapports des témoins oculaires (Luc 1.1-4). Puisque son Évangile est dédié à un certain Théophile, apparemment un Gentil de haut rang, il s’adresse à un public de Gentils, avec pour objectif de montrer que la foi chrétienne est basée sur des événements historiques avérés et vérifiables. Il fait souvent référence à Christ comme au « fils de l’homme, » afin de mettre l’accent sur son humanité. Il donne aussi beaucoup de détails qui ne figurent pas dans les autres Évangiles.

Le livre de Jean, écrit par l’Apôtre Jean, est différent des trois autres Évangiles en ce que son contenu théologique, consacré à la personne de Christ et au sens de la foi, est plus dense. Les Évangiles de Matthieu, Marc, et Luc sont appelés « Évangiles synoptiques, » à cause de leur style et de leur contenu similaire et parce qu’ils font le synopsis de la vie de Christ. L’Évangile de Jean, lui, ne commence ni par la naissance ni du ministère terrestre de Jésus, mais par l’activité et les caractéristiques du Fils de Dieu avant qu’il ne devienne homme (Jean 1.14). Il met l’accent sur la divinité de Christ, comme on peut le voir dans l’emploi d’expressions telles que « la Parole était Dieu » (Jean 1.1), « le Sauveur du Monde » (Jean 4.42), « Fils de Dieu » (répété plusieurs fois) et « mon Seigneur et mon Dieu » (Jean 20.28). Dans cet Évangile, Jésus affirme aussi sa divinité par une série de « Je suis », dont le principal se trouve en Jean 8.58, où Il déclare : « Avant qu’Abraham soit né, je suis » (comparer avec Exode 3.13-14). Mais Jean met également l’accent sur l’humanité de Jésus, afin de réfuter l’erreur d’une secte religieuse de son époque : les gnostiques, qui ne croyaient pas en l’humanité de Christ. Voici comment Jean décrit le but dans lequel il écrit : « Jésus a accompli encore, en présence de ses disciples, beaucoup d’autres signes qui ne sont pas décrits dans ce livre. Mais ceux-ci ont été décrits afin que vous croyiez que Jésus est le Messie, le Fils de Dieu, et qu’en croyant vous ayez la vie en son nom. » (Jean 20.30-31)

Ainsi, ces quatre récits distincts, mais tout aussi exacts l’un que l’autre, de la vie de Christ, nous révèlent différents aspects de sa personne et de son ministère. Chaque récit devient alors comme un fil de couleur différente dans une tapisserie ; tous ces fils, tissés ensemble, offrent un aperçu plus complet de celui qui échappe à toute description. Bien que nous ne comprendrons jamais tout ce qui concerne Jésus-Christ (Jean 20.30), à travers les quatre Évangiles qui nous ont été transmis, nous en savons assez à son sujet pour comprendre qui il est et ce qu’il a fait pour nous, pour que nous puissions avoir la vie par la foi en Lui.

2. Pour nous permettre de vérifier objectivement la véracité de leurs affirmations. La Bible a affirmé très tôt qu’un tribunal ne pouvait prononcer de sentence contre quelqu’un sur la déposition d’un seul témoin, mais qu’au moins deux ou trois témoins étaient nécessaires (Deutéronome 15.9). De même, le fait qu’il y ait plus d’un seul point de vue sur la personne et le ministère terrestre de Jésus-Christ nous permettent d’évaluer la fiabilité des informations le concernant.

Simon Greanleaf, une autorité connue et reconnue et très appréciée dans le domaine des preuves recevables par un tribunal, a examiné les quatre Évangiles d’un point de vue juridique. Il a conclu que ces quatre témoignages, qui s’accordent entre eux tout en mentionnant chacun des détails différents, présentent toutes les caractéristiques de sources fiables et indépendantes qu’un tribunal accepterait comme preuves irréfutables. Si les Évangiles étaient entièrement identiques, avec les mêmes détails rapportés de la même perspective, cela indiquerait une collusion, c’est-à-dire que les évangélistes se seraient entendus à l’avance pour « harmoniser » leurs récits afin de les crédibiliser. Les différences entre les Évangiles, même, à première vue, les contradictions apparentes sur des détails, prouvent qu’ils ont été écrits indépendamment les uns des autres. Ainsi, l’indépendance des quatre Évangiles, qui s’accordent sur le fond, mais les abordent avec une perspective différente et mentionnent des détails et des événements différents, démontrent que le portrait qu’ils dressent de la vie et du ministère de Christ est factuel et fiable.

3. Pour récompenser ceux qui cherchent la vérité avec persévérance. Une étude de chacun des Évangiles isolément peut être très enrichissante, mais une étude comparée des différents récits d’épisodes particuliers du ministère de Jésus l’est encore plus. Par exemple, Matthieu 14 raconte comment Jésus a nourri 5 000 hommes et marché sur l’eau. Matthieu 14.22 nous apprend que « Jésus obligea les disciples à monter dans la barque et à le précéder sur l’autre rive pendant qu’il renverrait la foule. » On peut se demander pourquoi. Aucune raison n’est donnée dans le récit de Matthieu, mais, en comparant ce passage avec Marc 6, on voit que les disciples revenaient tout juste d’un voyage missionnaire au cours duquel ils avaient chassé des démons et guéri des malades par l’autorité qu’il leur avait donnée en les envoyant deux par deux. Mais ce voyage leur était monté à la tête, si bien qu’ils en oubliaient leur place et allaient même jusqu’à donner des leçons à leur maître (Matthieu 14.15). En les renvoyant, en soirée, de l’autre côté de la mer de Galilée, Jésus leur révèle deux choses. En luttant de leurs propres forces jusqu’à l’aurore contre le vent et les vagues (Marc 6.48-50), ils ont commencé à comprendre :

(1) qu’ils ne pouvaient rien faire pour Dieu par eux-mêmes,
(2) que rien ne leur était impossible s’ils faisaient appel à lui et vivaient dans la dépendance à sa puissance. L’étudiant attentif de la Parole de Dieu, qui prend le temps de comparer les textes, découvrira de telles « perles » dans de nombreux passages.