GotQuestions.org/Francais



Question : « Réciter le rosaire est-il biblique ? »

Réponse :
Bien qu’une grande partie du contenu de la prière du rosaire soit scripturale, la seconde moitié du « Je vous salue, Marie » et certaines parties du « Je vous salue, Sainte Reine » sont totalement anti-bibliques. Bien que la première partie de l’Ave Maria soit pratiquement une citation directe de Luc 1.28, le fait de (1) prier Marie maintenant, (2) de l’appeler « sainte » Marie, ou (3) de l’appeler « notre vie » et « notre espoir » n’a aucune base biblique.

Est-il juste d’appeler Marie « sainte », ce qui, selon les catholiques, veut dire que Marie n’a jamais péché ou n’avait aucune souillure de péché ? Les croyants étaient appelés dans la Bible les « saints », ce qui peut être interprété par « ceux qui sont mis à part » ou « ceux qui sont saints ». Mais, dans l’esprit des Écritures, la justice des croyants en Christ est une justice qu’ils ont reçue de Christ (2 Corinthiens 5.21) et, tant qu’ils sont dans cette vie, ils ne sont pas encore sanctifiés du péché dans la pratique (1 Jean 1.9-2.1). Jésus est appelé à plusieurs reprises notre Sauveur dans les Écritures parce qu’il nous a sauvés de nos péchés. En Luc 1.47, Marie appelle Dieu son « Sauveur ». Sauveur de quoi ? Une personne sans péchés n’a pas besoin d’un Sauveur. Ce sont les pécheurs qui ont besoin d’un Sauveur. Marie reconnaissait que Dieu était son Sauveur. Marie reconnaissait donc qu’elle était pécheresse.

Jésus a dit qu’Il est venu nous sauver de nos péchés (Matthieu 1.21). L’Église catholique romaine affirme que Marie a été sauvée du péché différemment de toute autre personne...qu’elle a été sauvée du péché à travers l’immaculée conception (elle a été conçue sans péché). Mais cet enseignement est-il biblique ? L’Église catholique romaine admet ouvertement que cet enseignement ne se trouve pas dans les Écritures. Lorsqu’un jeune homme a appelé Jésus « bon Maître » (Matthieu 19.16-17), Jésus a demandé pourquoi il L’appelait « bon » puisqu’il n’y a que Dieu seul qui est bon. Jésus ne niait pas par là Sa propre divinité, Il essayait de faire comprendre au jeune homme qu’il utilisait ce terme de manière trop superficielle sans penser à ce qu’il disait. Mais la remarque de Jésus reste néanmoins valable, sinon Il ne l’aurait pas dit : il n’y a de bon que Dieu seul. Cela exclut tout le monde sauf Dieu, y compris Marie ! Ce passage concorde avec Romains 3.10-23, Romains 5.12, et d’innombrables autres passages qui insistent sur le fait qu’aux yeux de Dieu, personne n’est digne. Marie n’a jamais été exclue des affirmations globales ! Si Marie avait été préservée de la souillure du péché, elle n’aurait pas eu besoin de Sauveur, et ne l’aurait pas proclamé (Luc 1.47).

Qu’en est-il de la question de prier Marie ou d’autres personnes en dehors de Dieu ? La Bible ne nous a jamais dit qu’une autre personne pouvait nous entendre au Ciel. Nous savons que seul Dieu est omniscient, omnipotent, et omniprésent. Même les anges, malgré leurs grandes aptitudes, semblent avoir leurs limites et n’arrivent pas toujours à nous aider comme ils l’auraient voulu (Daniel 10.10-14). Lorsque Jésus enseignait à ses disciples comment prier, Il leur a donné ce qui est communément appelé le « Notre Père ». Il nous enseigne à adresser notre prière à Dieu. Toutes les fois où des gens ont prié, leur prière a été adressée à Dieu ! Vous ne trouverez jamais un seul exemple de prière adressée à un « saint », à un ange ou à quiconque d’autres (à part les prières adressées aux faux dieux). Par ailleurs, chaque fois qu’une personne pieuse s’est prosternée (dans le sens religieux) pour honorer quelqu’un d’autre en dehors de Dieu (principalement les Apôtres ou des anges), il lui a toujours été demandé de ne pas le faire, de se tenir debout (Actes 10.25-26, Actes 14.13-16, Matthieu 4.10, Apocalypse 19.10, Apocalypse 22.8-9). L’Église Catholique romaine soutient qu’elle n’adore que Dieu seul mais « vénère » Marie et les saints. Quelle est la différence ? Une personne récitant le rosaire passe plus de temps à invoquer Marie qu’elle ne le fait pour Dieu ! Pour une seule adoration adressée à Dieu dans le rosaire, il y a 10 adorations à l’endroit de Marie !

La Bible dit que Jésus est notre rédempteur (Galates 3.13, 4.4-5, Tite 2.14, 1 Pierre 1.18-19, Apocalypse 5.9). Le « Je vous salue, Sainte Reine » désigne Marie comme notre « très gracieuse avocate », mais la Bible appelle Jésus notre Avocat auprès du Père (1 Jean 2.1) et notre seul Médiateur (1 Timothée 2.5). La seule fois où le titre « Reine du Ciel » apparaît dans les Écritures, c’est avec une connotation négative (Jérémie 7.17-19, 44.16-27). Les Écritures, dans leur intégralité, nous enseignent à prier Dieu seul. Vous ne trouverez jamais d’exemple ou d’encouragement à prier quelqu’un d’autre ! Le seul fait sur lequel se base l’idée de s’approcher de Dieu à travers Marie, c’est l’histoire biblique dans laquelle Marie s’est approchée de Jésus pour demander son aide pendant des noces (Jean 2). Mais à la lumière de tous les autres versets, y compris l’enseignement de Jésus quant à la manière dont nous devons prier, ce passage constitue-il une raison pour enseigner aux gens qu’ils doivent toujours continuer à en passer par Marie pour atteindre Dieu ?

De même, est-il approprié d’appeler Marie notre « vie » et notre « espérance » ? Encore une fois, ce sont des termes utilisés uniquement pour désigner Dieu dans les Écritures, particulièrement Dieu le Fils, Jésus-Christ (Jean 1.1-14, Colossiens 3.4, 1 Timothée 1.1, Éphésiens 2.12, Tite 2.13). Ainsi, la pratique consistant à réciter le rosaire va à l’encontre des Écritures de multiples façons. Seul Dieu peut entendre nos prières. Seul Dieu peut exaucer nos prières. La Bible ne recommande nulle part aux chrétiens de prier à travers des intermédiaires, ou de solliciter la prière des saints ou de Marie (dans le Ciel).