GotQuestions.org/Francais



Question : « La prière communautaire est-elle importante ? Est-elle plus puissante que celle d’une personne seule ? »

Réponse :
La prière communautaire est une partie importante de la vie de l’Église, avec la louange, la saine doctrine, le repas du Seigneur et la communion fraternelle. L’Église primitive se réunissait régulièrement pour étudier la doctrine des Apôtres, rompre le pain et prier ensemble (Actes 2.42). Prier avec d’autres croyants peut avoir des effets très positifs. La prière communautaire nous édifie et nous unit dans notre foi commune. Le même Saint-Esprit qui habite en chaque croyant réjouit nos cœurs lorsque nous entendons louer notre Seigneur et Sauveur et crée un lien de fraternité entre nous qu’on ne trouve nulle part ailleurs.

Pour ceux qui se sentent seuls et écrasés par les fardeaux de la vie, cela peut être un grand encouragement d’entendre d’autres les porter devant le trône de la grâce. Intercéder pour les autres permet aussi de développer notre amour pour eux et d’apprendre à nous soucier davantage d’eux. En même temps, la prière communautaire ne fait que refléter le cœur des participants. Nous devons venir à Dieu avec humilité (Jacques 4.10), vérité (Psaumes 145.18), obéissance (1 Jean 3.21-22), reconnaissance (Philippiens 4.6) et confiance (Hébreux 4.16). Malheureusement, la prière communautaire attire aussi ceux dont les paroles ne s’adressent pas à Dieu, mais à l’auditoire. Jésus met en garde contre un tel comportement en Matthieu 6.5-8, où il nous exhorte à ne pas faire de prières spectaculaires, extrêmement longues ou hypocrites, mais à prier dans le secret de nos chambres afin d’éviter la tentation de l’hypocrisie.

Rien dans les Écritures ne suggère que la prière communautaire soit plus « efficace » que la prière individuelle pour forcer la main de Dieu. Bien trop de chrétiens voient la prière comme un moyen d’« obtenir quelque chose de Dieu », et la prière communautaire comme une occasion de réciter sa liste de requêtes. La prière biblique, elle, revêt de multiples aspects, qui englobent le désir tout entier d’entrer en communion intime et consciente avec notre Dieu saint, parfait et juste. Qu’un tel Dieu veuille bien tendre l’oreille à ses créatures nous pousse à une effusion de louange et d’adoration (Psaumesss 27.4, 63.1-8), à la repentance et à la confession sincère (Psaumesss 51, Luc 18.9-14), à un débordement de reconnaissance et d’actions de grâce (Philippiens 4.6, Colossiens 1.12) et à une intercession sincère pour les autres (2 Thessaloniciens 1.11, 2.16).

Prier, c’est coopérer avec Dieu pour l’accomplissement de ses plans et non chercher à lui imposer notre volonté. Quand nous laissons de côté nos propres désirs, nous soumettons à celui qui connaît bien mieux que nous toutes les circonstances de notre vie et « sait ce dont nous avons besoin avant même que nous le demandions » (Matthieu 6.8), alors nos prières atteignent leur plus haut niveau. Les prières faites dans un esprit de soumission à la volonté de Dieu obtiendront donc toujours une réponse positive, qu’elles émanent d’une seule ou d’un millier de personnes.

L’idée selon laquelle la prière communautaire serait plus efficace vient généralement d’une interprétation erronée de Matthieu 18.19-20 : « Je vous dis encore que si deux d’entre vous s’accordent sur la terre pour demander quoi que ce soit, cela leur sera accordé par mon Père qui est dans les lieux célestes. En effet, là où deux ou trois sont rassemblés en mon nom, je suis au milieu d’eux. » Ces versets sont tirés d’un passage qui indique la procédure par l’Église pour discipliner un de ses membres qui a péché. Les interpréter comme un blanc-seing pour n’importe quelle requête sur laquelle deux croyants s’accorderaient, même ridicule ou empreinte de péché, non seulement ne correspond pas au contexte de la discipline d’Église, mais contredit aussi l’ensemble des Écritures, particulièrement la souveraineté de Dieu.

De plus, l’idée selon laquelle, « là où deux ou trois sont rassemblés » pour prier, leurs prières acquièrent automatiquement une sorte de pouvoir magique, n’a aucun fondement biblique. Bien sûr que Jésus est présent quand deux ou trois personnes prient, tout autant que quand un croyant prie seul, même s’il se situe à des milliers de kilomètres des autres. La prière communautaire est importante en ce qu’elle développe l’unité (Jean 17.22-23) ), qu’il s’agit pour les croyants d’un important moyen d’encouragement mutuel (1 Thessaloniciens 5.11) et qu’elle nous pousse à l’amour et aux bonnes œuvres (Hébreux 10.24).