GotQuestions.org/Francais



Le livre d’Esdras



Auteur : Le livre d’Esdras ne mentionne pas le nom de son auteur. D’après la tradition, il s’agit du prophète Esdras. Il est intéressant de noter qu’après l’apparition d’Esdras au chapitre 7, l’auteur passe de la troisième à la première personne, ce qui vient en renfort de cette hypothèse.

Date de rédaction : Le livre d’Esdras a probablement été écrit entre 460 et 440 av. J.-C.

Objectif : Le livre d’Esdras s’intéresse aux événements survenus dans le pays d’Israël au moment du retour de la captivité babylonienne et au cours des années suivantes. Il couvre une période d’un siècle environ, commençant en 538 av. J.-C. L’accent est mis sur la reconstruction du Temple. Ce livre contient de longues listes généalogiques, essentiellement afin d’établir le droit au sacerdoce des descendants d’Aaron.

Versets-clé : Esdras 3.11 - « Ils se répondaient, en louant et célébrant l’Éternel : « Il est bon ! Oui, sa bonté dure éternellement pour Israël », et tout le peuple poussait de grands cris de joie en louant l’Éternel parce qu’on posait les fondations de la maison de l’Éternel. »

Esdras 7.6 - « Cet Esdras monta de Babylone. C’était un scribe versé dans la loi de Moïse donnée par l’Éternel, le Dieu d’Israël. Et comme la main de l’Éternel, son Dieu, reposait sur lui, le roi lui accorda tout ce qu’il avait demandé. »

Bref résumé : Le livre peut être divisé comme suit : chapitres 1-6 : premier retour sous Zorobabel et construction du second Temple, chapitres 7-10 : ministère d’Esdras. Puisque plus d’un demi-siècle s’est écoulé entre les chapitres 6 et 7, les personnages de la première partie du livre sont déjà morts au début du ministère d’Esdras à Jérusalem. Esdras est un personnage important des livres d’Esdras et de Néhémie. Les deux livres se terminent par une prière de confession (Esdras 9, Néhémie 9) et par l’abandon par le peuple des pratiques pécheresses dans lesquelles il était tombé. On peut avoir une idée de la nature des messages d’encouragement d’Aggée et Zacharie, dont il est question en Esdras 5.1, en lisant les livres prophétiques qui portent leurs noms.

Le livre d’Esdras raconte le retour de captivité pour reconstruire le Temple, jusqu’au décret d’Assuérus, mentionné au début du livre de Néhémie. Aggée était le principal prophète de l’époque d’Esdras et Zacharie, de l’époque de Néhémie.

Préfigurations : On voit dans le livre d’Esdras une continuation du thème biblique du reste. À chaque désastre ou jugement, Dieu sauve toujours un petit reste pour lui-même : Noé et sa famille ont été sauvés du déluge, la famille de Lot de la destruction de Sodome et Gomorrhe, les 7 000 prophètes en Israël à la persécution d’Achab et de Jézabel. Quand les Israélites étaient réduits en esclavage en Égypte, Dieu a délivré son reste et l’a emmené dans la terre promise. Quelques cinquante mille personnes sont retournées en Judée en Esdras 2.64-67, mais, comparé au nombre d’Israélites du temps de leur prospérité sous le règne de David, ils se disent : « car nous ne sommes plus, aujourd’hui, qu’un reste de rescapés » (Esdras 9.15). On retrouve ce thème dans le Nouveau Testament, où Paul nous dit que « de même, dans le temps présent aussi, il y a un reste conformément à l’élection de la grâce » (Romains 11.5). Même si la plupart des contemporains de Jésus l’ont rejeté, il y a eu un reste de personnes que Dieu a préservées en son Fils et dans l’alliance de sa grâce. Dans toutes les générations depuis Christ, il y a eu un reste fidèle, qui marchait sur le chemin étroit qui mène à la vie éternelle (Matthieu 7.13-14). Ce reste sera préservé par la puissance du Saint-Esprit, qui l’a scellé et le gardera sain et sauf jusqu’au jour dernier (2 Corinthiens 1.22, Éphésiens 4.30).

Application concrète : Le livre d’Esdras est une chronique d’espérance et de rétablissement. Le chrétien dont la vie porte les cicatrices du péché et de la rébellion contre Dieu peut garder espoir : notre Dieu est un Dieu de pardon, qui ne se détournera pas de nous si nous le cherchons, repentis et brisés (1 Jean 1.9). Le retour des Israélites à Jérusalem et la reconstruction du Temple se répètent dans la vie de chaque chrétien qui se détourne de la captivité du péché et de la rébellion contre Dieu, pour recevoir de lui un accueil chaleureux. Peu importe combien de temps nous nous sommes égarés, il est prêt à nous pardonner et à nous accueillir au sein de sa famille. Il veut nous montrer comment reconstruire notre vie et ressusciter notre cœur, qui sont dorénavant le Temple du Saint-Esprit. Comme pour la reconstruction du Temple de Jérusalem, Dieu supervise l’œuvre de rénovation et reconsacre nos vies à son service.

L’opposition des adversaires de Dieu à la reconstruction du Temple illustre un principe typique de l’ennemi de nos âmes. Satan se sert de ceux qui semblent en phase avec les plans de Dieu pour nous tromper et tenter de contrecarrer ces plans. Esdras 4.2 décrit le discours trompeur de ceux qui prétendent rendre un culte à Christ, mais dont l’intention réelle est de détruire, non de construire. Nous devons rester sur nos gardes contre ces imposteurs, leur répondre comme les Israélites l’ont fait et ne pas être dupes de leurs beaux discours et de leurs fausses confessions de foi.