GotQuestions.org/Francais



Le livre d’Amos



Auteur : D’après Amos 1.1, l’auteur du livre d’Amos est le prophète Amos.

Date de rédaction : Le livre d’Amos a probablement été écrit entre 760 et 753 av. J.-C.

Objectif : Amos était un berger et cultivateur du village judéen de Tekoa, que Dieu a appelé alors qu’il n’avait ni instruction, ni origines sacerdotales. Sa mission était dirigée vers Israël, son voisin du Nord. Son message de chute imminente et de captivité de la nation à cause de ses péchés a très mal été reçu, demeurant en grande partie négligé, les temps n’ayant jamais été si bons en Israël depuis le règne de Salomon. Le ministère d’Amos a lieu alors que Jéroboam II était roi d’Israël et Ozias roi de Juda.

Versets-clé : Amos 2.4 - « Voici ce que dit l’Éternel : À cause de trois crimes de Juda, même de quatre, je ne reviens pas sur ma décision. Parce qu’ils ont méprisé la loi de l’Éternel et n’ont pas gardé ses prescriptions, parce qu’ils ont été égarés par les idoles mensongères que leurs ancêtres avaient adorées. »

Amos 3.7 - « En effet, le Seigneur, l’Éternel, ne fait rien sans avoir révélé son secret à ses serviteurs les prophètes. »

Amos 9.14 - « Je ramènerai les déportés de mon peuple, d’Israël ; ils reconstruiront les villes dévastées et les habiteront, ils planteront des vignes et en boiront le vin, ils cultiveront des jardins et en mangeront les fruits. »

Bref résumé : Amos voit que, malgré la prospérité et la puissance extérieures d’Israël, intérieurement, la nation est corrompue jusqu’à la moelle. Les péchés dont il accuse le peuple sont nombreux : négligence de la Parole de Dieu, idolâtrie, culte païen, cupidité, corruption des dirigeants et oppression des pauvres. Il commence par prononcer un jugement contre toutes les nations environnantes, puis contre sa propre nation, Juda, mais c’est sur Israël que le jugement le plus dur finit par s’abattre. Les visions que Dieu lui envoie révèlent le même message insistant : le jugement est proche. Le livre se termine avec la promesse de Dieu à Amos d’un rétablissement futur du reste d’Israël.

Préfigurations : Le livre d’Amos se termine sur une glorieuse promesse pour l’avenir : « Je les planterai [Israël] dans leur pays et il ne seront plus arrachés du pays que je leur ai donné, dit l’Éternel, ton Dieu». (9.15) L’accomplissement final de la promesse de Dieu de donner la terre promise à Abraham et à sa descendance pour toujours (Genèse 12.7, 15.7, 17.8) aura lieu pendant le Millénium, le règne de Christ sur la Terre (Joël 2.26-27). Apocalypse 20 décrit le règne de mille ans de Christ sur la terre, un temps de paix et de joie, sous le gouvernement parfait du Sauveur lui-même. À ce moment-là, l’Israël croyant et les chrétiens issus des Gentils seront rassemblés dans l’Église pour vivre et régner avec Christ.

Application concrète : Nous pensons parfois que nous ne sommes « rien de plus que » ceci ou cela ! Nous ne sommes « rien de plus » qu’un commercial, qu’un agriculteur ou qu’une femme au foyer. Amos aurait pu n’être considéré que comme un berger. Il n’était ni prophète, ni prêtre, ni fils de l’un ou de l’autre : il n’était qu’un berger, un travailleur anonyme de Juda. Qui l’écouterait ? Mais au lieu de se chercher des excuses, Amos a obéi et est devenu la voix puissante de Dieu pour provoquer un changement.

Tout au long du récit biblique, Dieu s’est servi de personnes qui n’étaient « rien d’autre » que des bergers, des charpentiers ou des pêcheurs. Qui que vous soyez dans cette vie, Dieu peut vous utiliser. Amos n’était pas quelqu’un d’important : il n’était « rien d’autre » qu’un… serviteur de Dieu. Il est bon de n’être « rien d’autre » qu’un serviteur de Dieu !