GotQuestions.org/Francais



Question : « Que dit la Bible de l’Évangile de la prospérité ? »

Réponse :
L’Évangile de la prospérité, également connu sous le nom de « Parole de foi » (Word of Faith), dit au croyant d’utiliser Dieu, exactement le contraire de la vérité du christianisme biblique : Dieu utilise le croyant. Cette théologie voit le Saint- Esprit comme une puissance à utiliser pour accomplir tous les désirs du croyant. La Bible enseigne que le Saint-Esprit est une personne qui permet au croyant de faire la volonté de Dieu. L’Évangile de la prospérité ressemble beaucoup aux sectes cupides et destructrices qui avaient infiltré l’Église primitive. Paul et les autres Apôtres n’ont été ni accommodants, ni conciliants, avec les faux enseignants qui propageaient ces hérésies : ils les dénonçaient comme de faux enseignants et exhortaient les chrétiens à les éviter.

Paul avertit Timothée contre ces hommes en 1 Timothée 6.5 et 9-11. Ces hommes « à l’intelligence corrompue » considéraient la piété comme un moyen de faire du profit, et leur désir de richesses était un piège qui les a plongés dans « la ruine et […] leur perte » (v.9). La poursuite des richesses est un sentier dangereux pour les chrétiens, contre lequel Dieu nous met en garde : « L’amour de l’argent est en effet la racine de tous les maux. En s’y livrant, certains se sont égarés loin de la foi et se sont infligé eux-mêmes bien des tourments » (v.10). Si les richesses étaient un objectif raisonnable pour les croyants, Jésus l’aurait poursuivi. Mais il ne l’a pas fait, préférant ne pas avoir d’endroit où poser sa tête (Matthieu 8.20), et a enseigné à ses disciples à faire de même. Il faut aussi garder à l’esprit que le seul disciple préoccupé par les richesses était Judas.

Paul a dit que la cupidité était de l’idolâtrie (Éphésiens 5.5) et a enseigné aux Éphésiens d’éviter tous ceux qui apportaient un message d’immoralité ou de cupidité (Éphésiens 5.6-7). L’enseignement de la prospérité empêche Dieu d’agir de lui-même et entend qu’il n’est pas Seigneur de tout, puisqu’il ne peut agir que si nous le lui demandons. La foi, selon la doctrine de la Parole de foi, n’est pas une attitude de confiance et de soumission à Dieu, mais une formule par laquelle nous manipulons les lois spirituelles dont les enseignants de la prospérité pensent qu’elles régissent l’univers. Comme l’entend le nom « Parole de foi », ce mouvement enseigne que la foi dépend plus de nos paroles que de notre confiance ou des vérités auxquelles nous croyons et que nous affirmons dans nos cœurs.

Une des expressions favorites du mouvement Parole de foi est la « confession positive », l’enseignement selon lequel les paroles ont elles-mêmes une puissance créatrice. Ses enseignants affirment que ce que vous dites détermine tout ce qui vous arrivera. Vos confessions, surtout les faveurs que vous demandez à Dieu, doivent toujours être formulées positivement et sans douter, pour que Dieu soit tenu d’y répondre (comme si l’homme pouvait exiger quoi que ce soit de Dieu !). Ainsi, la capacité de Dieu à nous bénir dépendrait de notre foi. Jacques 4.13-16 contredit clairement cet enseignement : « À vous maintenant qui dites : « Aujourd’hui ou demain nous irons dans telle ville, nous y passerons une année, nous y ferons des affaires et nous gagnerons de l’argent », vous qui ne savez pas ce qui arrivera demain ! En effet, qu’est-ce que votre vie ? C’est une vapeur qui paraît pour un instant et qui disparaît ensuite. » Loin de pouvoir appeler quoi que ce soit à l’existence, nous ne savons même pas de quoi demain sera fait, ni même si nous serons encore en vie.

Au lieu de mettre l’accent sur l’importance des richesses, la Bible nous met en garde contre la soif de richesses. Les chrétiens, surtout les responsables d’église (1 Timothée 3.3), doivent se garder de l’amour de l’argent (Hébreux 13.5), qui est la racine de tous les maux (1 Timothée 6.10). Jésus nous a avertis : « Gardez-vous avec soin de toute soif de posséder, car la vie d’un homme ne dépend pas de ses biens, même s’il est dans l’abondance. » (Luc 12.15) En contradiction complète avec le mouvement Parole de Foi, qui met l’accent sur l’argent et les biens de ce monde, Jésus a dit : « Ne vous amassez pas des trésors sur la terre, où les mites et la rouille détruisent et où les voleurs percent les murs pour voler». (Mathieu 6.19) Les contradictions irréconciliables entre l’enseignement de la prospérité et l’Évangile de notre Seigneur Jésus-Christ se résume le mieux par les paroles de Jésus en Matthieu 6.24 : « Vous ne pouvez pas servir Dieu et l’argent. »