GotQuestions.org/Francais

Question : « Que dit la Bible de la jalousie ? »

Réponse :
Nous employons généralement le terme « jaloux » dans le sens d’être envieux de quelqu’un qui possède quelque chose que nous n’avons pas. Cette sorte de jalousie est un péché et ne correspond pas au caractère d’un chrétien, mais montre plutôt que nous sommes encore contrôlés par nos propres désirs (1 Corinthiens 3.3). Galates 5.26 dit : « Ne soyons pas vaniteux en nous provoquant les uns les autres, en nous portant envie les uns aux autres. »

La Bible nous dit que nous devons montrer le même amour parfait que Dieu a pour nous. « L’amour est patient, il est plein de bonté ; l’amour n’est pas envieux ; l’amour ne se vante pas, il ne s’enfle pas d’orgueil, il ne fait rien de malhonnête, il ne cherche pas son intérêt, il ne s’irrite pas, il ne soupçonne pas le mal. » (1 Corinthiens 13.4-5) Plus nous nous concentrons sur nous-mêmes et sur nos désirs, moins nous serons capables de nous concentrer sur Dieu. Quand nous endurcissons nos cœurs à la vérité, nous ne pouvons plus nous tourner vers Jésus et le laisser nous guérir (Mathieu 13.15), mais quand nous laissons le Saint-Esprit nous contrôler, il produit en nous le fruit de notre salut, qui est « l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bienveillance, la foi, la douceur et la maîtrise de soi » (Galates 5.22-23).

Le fait d’être jaloux indique que nous ne sommes pas satisfaits de ce que Dieu nous a donné. La Bible nous dit de nous contenter de ce que Dieu nous a donné, car Dieu ne nous délaissera pas et ne nous abandonnera pas (Hébreux 13.5). Pour combattre la jalousie, nous devons devenir davantage comme Jésus et moins comme nous-mêmes. Nous pouvons apprendre à le connaître par l’étude de la Bible, la prière et la communion fraternelle avec des chrétiens affermis. Alors que nous apprenons à servir les autres au lieu de nous-mêmes, nos cœurs vont commencer à changer. « Ne vous conformez pas au monde actuel, mais soyez transformés par le renouvellement de l’intelligence afin de discerner quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait. » (Romains 12.2)