GotQuestions.org/Francais



Question : « Comment la Bible dit-elle de se comporter avec un enfant rebelle ? »

Réponse :
Un enfant peut avoir un caractère rebelle pour diverses raisons. Des parents durs, sans amour et excessivement critiques pousseront presque toujours leur enfant à se rebeller d’une manière ou d’une autre. Même l’enfant le plus docile se rebellera, intérieurement ou extérieurement. Il n’est évidemment pas recommandé d’élever ses enfants de cette manière. De plus, une certaine rébellion à l’encontre des parents est naturelle chez les adolescents, qui s’éloignent petit à petit de leur famille pour construire leur propre vie et leur propre identité.

Si l’enfant rebelle a naturellement un caractère fort, il aura tendance à voir jusqu’où il peut aller, à vouloir tout diriger et à résister obstinément à toute autorité. Autrement dit, la rébellion sera une constante de son identité. De plus, ces enfants rebelles au caractère fort sont souvent très intelligents et sont aptes à comprendre rapidement toutes les situations, ce qui leur permet de manipuler les circonstances et les personnes qui les entourent. Ces enfants peuvent représenter un défi extrêmement pénible et éprouvant pour leurs parents.

Heureusement, Dieu a créé les enfants tels qu’ils sont. Il les aime et n’a pas laissé les parents sans ressources pour relever ce défi. Il y a des principes bibliques qui nous aident à élever les enfants rebelles et autres fortes têtes avec grâce. D’abord, Proverbes 22.6 nous dit : « Éduque l’enfant d’après la voie qu’il doit suivre ! Même quand il sera vieux, il ne s’en écartera pas. » Pour tous les enfants, la voie qu’ils doivent suivre est celle qui mène à Dieu. Il est essentiel d’instruire tous les enfants dans la Parole de Dieu, pour qu’ils comprennent qui il est et comment au mieux le servir. Avec une forte-tête, comprendre ce qui le motive, la soif de tout dominer, sera déterminant pour l’aider à trouver sa voie. L’enfant rebelle doit comprendre qu’il n’est pas le maître du monde : c’est Dieu qui l’est et il doit tout simplement se soumettre à sa volonté. Pour cela, il faut que les parents eux-mêmes soient absolument convaincus de cette vérité et qu’ils la vivent au quotidien. Un parent qui est lui-même en rébellion contre Dieu ne pourra pas convaincre son enfant de se soumettre.

Une fois établi que c’est Dieu qui détermine les règles, les parents doivent faire comprendre à leur enfant qu’ils sont ses instruments et feront tout pour que son plan pour leur famille s’accomplisse. Un enfant rebelle doit apprendre que le plan de Dieu est que les parents dirigent et que l’enfant les suive. Il ne peut y avoir de faiblesse sur ce point. Un enfant avec un caractère fort peut discerner l’indécision à des kilomètres à la ronde et sautera sur l’occasion pour remplir le vide d’autorité et s’assurer la mainmise de la situation. Le principe de soumission à l’autorité est crucial pour lui. S’il n’apprend pas la soumission dès l’enfance, toute sa vie sera caractérisée par des conflits avec toutes formes d’autorités, notamment les employeurs, la police, les tribunaux et les officiers militaires. Romains 13.1-5 dit clairement que les autorités au-dessus de nous sont établies par Dieu et que nous devons nous soumettre à elles.

De même, un enfant au caractère fort ne se conformera volontairement qu’aux règles qui auront du sens pour lui. Donnez-lui de bonnes raisons pour chaque règle en insistant toujours sur le fait que nous devons faire les choses comme Dieu le veut et que ce n’est pas négociable. Expliquez que Dieu a donné aux parents la responsabilité d’aimer et de discipliner leurs enfants et que manquer à ce devoir serait lui désobéir. Le plus souvent possible, cependant, donnez à l’enfant l’occasion de prendre certaines décisions afin qu’il n’ait pas le sentiment qu’il n’a jamais son mot à dire. Par exemple, aller à l’église n’est pas négociable parce que Dieu nous demande de nous réunir avec d’autres croyants (Hébreux 10.25), mais les enfants peuvent choisir (dans la limite du raisonnable) quels vêtements ils souhaitent porter, où la famille va s’asseoir, etc. Laissez-les participer à certains projets, comme par exemple la planification des vacances en famille.

De plus, élever des enfants doit se faire avec constance et patience. Les parents doivent éviter de lever la voix ou les bras et de se mettre en colère, ce qui donnerait à la « forte tête blonde » le sentiment de domination qu’il recherche. Il aura alors vite compris comment vous manipuler en vous faisant parvenir à un tel niveau de frustration que vous serez forcé de donner libre cours à vos émotions. Les châtiments corporels sont souvent sans effet avec ce genre d’enfants, car ils aiment tellement pousser leurs parents à bout qu’ils se disent que cela vaut bien une paire de fesses rouges. Les parents de têtes de mules disent souvent que l’enfant leur rit au nez lorsqu’ils lui donnent une fessée. La fessée ne semble donc pas la meilleure méthode de discipline pour eux. Il semble qu’il n’y a pas dans la vie de plus grand défi nécessitant les fruits de l’Esprit de la patience et de la maîtrise de soi (Galates 5.23), qu’élever un enfant rebelle au caractère fort.

Même si leur enfant les exaspère, les parents peuvent être consolés par la promesse de Dieu qu’ils ne seront pas éprouvés au-delà de leurs forces (1 Corinthiens 10.13). Si Dieu leur a donné un enfant au caractère fort, les parents peuvent avoir l’assurance qu’il ne s’est pas trompé et qu’il les guidera et leur donnera les ressources nécessaires pour l’élever. L’appel à « prie[r] sans cesse » (1 Thessaloniciens 5.17) n’a peut-être nulle part autant d’importance que dans notre relation avec un tel enfant. Les parents doivent passer beaucoup de temps à genoux devant le Seigneur, pour lui demander la sagesse qu’il a promis de leur donner (Jacques 1.5). Enfin, il est encourageant de savoir que les enfants au caractère fort qui ont été bien élevés deviennent souvent des adultes qui accomplissent de grandes choses. Beaucoup d’enfants rebelles sont devenus des chrétiens courageux et engagés, qui mettent leurs talents considérables au service du Seigneur qu’ils ont appris à aimer et à respecter grâce aux efforts, à la patience et à la persévérance de leurs parents.