GotQuestions.org/Francais



Question : « Que dit la Bible de la discipline d’église et de l’excommunication ? »

Réponse :
L’excommunication est l’exclusion formelle de l’Église d’une personne et la séparation informelle d’avec cette personne. Matthieu 18.15-20 décrit la procédure et l’autorité de l’Église pour prendre cette mesure. Le texte dit qu’une personne (généralement la partie lésée) doit aller vers la personne fautive, puis que sans repentance, deux ou trois témoins doivent confirmer la situation et son refus de se repentir. S’il n’y a toujours pas de repentance, l’affaire doit être portée devant l’église. Ce processus n’est jamais souhaitable, pas plus qu’un père ne se réjouit jamais d’avoir à corriger ses enfants, mais il est souvent nécessaire. L’objectif n’est pas de montrer une attitude mesquine ou hautaine, mais, au contraire, d’arriver à la pleine restauration de la communion de la personne fautive avec Dieu et les autres croyants. Ces mesures doivent être prises dans l’amour envers la personne, dans l’obéissance à Dieu et afin de l’honorer. Nous devons être animés d’une crainte pieuse et agir pour le bien des autres membres de l’église.

La Bible donne un exemple dans lequel l’excommunication s’est avérée nécessaire dans une église locale : celle de la ville de Corinthe (1 Corinthiens 5.1-13). Dans ce passage, l’apôtre Paul explique aussi le sens de la pratique biblique de l’excommunication. Une des raisons (qui n’est pas mentionnée directement dans le passage) est le témoignage de Jésus-Christ (et de son Église) devant les incroyants. Quand David a péché avec Batcheba, une des conséquences de son péché a été que le nom du seul vrai Dieu a été blasphémé par ses ennemis (2 Samuel 12.14). Une deuxième raison est que le péché est comme un cancer : si on le tolère, il se propage, comme « un peu de levain fait lever toute la pâte » (1 Corinthiens 5.6-7). En outre, Paul explique que Jésus nous a sauvés pour que nous soyons mis à part du péché, « sans levain, » exempts de tout ce qui provoque la pourriture spirituelle (1 Corinthiens 5.7-8). La volonté de Christ pour son Épouse, l’Église, est qu’elle soit pure et sans tache (Éphésiens 5.25-27).

L’excommunication est aussi pratiquée pour le bien, à long terme, de la personne disciplinée par l’église. Paul, en 1 Corinthiens 5.5, indique que le pécheur non repentant est ainsi livré « à Satan pour la destruction de la nature pécheresse afin que l’esprit soit sauvé le jour du Seigneur Jésus. » On voit que, par l’excommunication, Dieu se sert de Satan (ou d’un de ses démons) comme d’un outil disciplinaire, pour agir physiquement dans la vie du pécheur afin de l’amener à une véritable repentance.

La discipline d’église est toujours pratiquée dans l’espoir de mener la personne à la tristesse selon et à la véritable repentance. Quand c’est le cas, la communion peut être restaurée. L’homme mentionné dans 1 Corinthiens 1.5 s’est repenti et Paul a ainsi encouragé l’église à restaurer leur communion avec lui (2 Corinthiens 2.5-8). Malheureusement, toutes les mesures disciplinaires, même prises dans l’amour et correctement, ne mènent pas toujours à pareille restauration. Mais même quand la discipline d’église n’atteint pas son objectif de mener à la repentance, elle reste nécessaire, pour les autres raisons mentionnées ci-dessus.

Nous avons certainement tous déjà été témoins du comportement d’un jeune garçon qu’on laissait faire ce qu’il voulait, sans discipline cohérente. Ça n’est pas beau à voir. Une telle attitude n’est pas aimante, car elle condamne l’enfant à un avenir sombre, puisque son comportement l’empêchera d’avoir des relations saines et de réussir, quel que soit le cadre. De même, si la discipline d’église n’est jamais agréable ni facile, elle est non seulement nécessaire, mais c’est une preuve d’amour. De plus, Dieu l’exige.