GotQuestions.org/Francais



Question : « Pourquoi il y a tant d’interprétations différentes ? »

Réponse :
Les Écritures disent qu’il y a « un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême. » (Éphésiens 4.5) Ce passage met l’accent sur l’unité qui doit exister dans le corps du Christ, puisque nous sommes habités par « un seul Esprit » (verset 4). Au verset 3, Paul nous appelle à l’humilité, à la douceur, à la patience et à l’amour, nécessaires à la préservation de l’unité. Selon 1 Corinthiens 2.10-13, le Saint-Esprit connaît les pensées de Dieu (verset 11), qu’il révèle (verset 10) et enseigne (verset 13) à ceux qu’il habite. Cette activité du Saint-Esprit est appelée illumination.

Dans un monde parfait, chaque croyant étudierait la Bible consciencieusement (2 Timothée 2.15), le cœur en prière et dans un esprit de dépendance vis-à-vis de l’illumination du Saint-Esprit ; mais nous voyons bien que ce monde n’est pas parfait. Tous ceux qui ont le Saint-Esprit ne l’écoutent pas, certains chrétiens l’attristent même (Éphésiens 4.30). Posez la question à un éducateur : il vous dira que même le meilleur enseignant a des étudiants pénibles, qui refusent d’apprendre malgré tous ses efforts. Une des raisons pour lesquelles différentes personnes interprètent la Bible différemment est donc tout simplement que certains n’écoutent pas l’enseignement du Saint-Esprit. Voici quelques autres raisons qui expliquent les divergences d’opinion entre enseignants de la Bible.

(1) L’incrédulité. Le fait est que beaucoup de ceux qui se prétendent chrétiens ne sont pas nés de nouveau. Ils portent l’étiquette de « chrétien » sans que leur cœur n’ait jamais été véritablement transformé. De nombreuses personnes qui ne croient même pas que la Bible est vraie prétendent l’enseigner. Ils affirment parler au nom de Dieu, mais vivent dans l’incrédulité. La plupart des fausses interprétations des Écritures viennent de là.

Il est impossible pour un incroyant d’interpréter les Écritures correctement. « Mais l’homme naturel n’accepte pas ce qui vient de l’Esprit de Dieu, car c’est une folie pour lui ; il est même incapable de le comprendre, parce que c’est spirituellement qu’on en juge. » (1 Corinthiens 2.14) Quelqu’un qui n’est pas sauvé ne peut comprendre la vérité de la Bible. Il lui manque l’illumination. En outre, être pasteur ou théologien n’est pas une garantie de salut.

On trouve un exemple du chaos provoqué par l’incrédulité en Jean 12.28-29. Jésus prie le Père en disant : « Père, révèle la gloire de ton nom. » Le Père répond avec une voix audible venant du ciel, que tous à proximité peuvent entendre. Notez, cependant, la différence dans l’interprétation : « La foule qui était là, et qui avait entendu, disait que c’était le tonnerre. D’autres disaient : « Un ange lui a parlé. » Tous ont entendu la même chose, une voix intelligible venant du ciel, mais chacun a compris ce qu’il voulait comprendre.

(2) Le manque de formation. L’Apôtre Pierre nous met en garde contre ceux qui interprètent mal les Écritures. Il attribue leurs faux enseignements en partie au fait qu’ils sont « ignorant[s] » (2 Pierre 3.16). Paul écrit à Timothée : « Efforce-toi de te présenter devant Dieu comme un homme qui a fait ses preuves, un ouvrier qui n’a pas à rougir mais qui expose avec droiture la parole de la vérité. » (2 Timothée 2.15) Il n’y a pas de secret pour interpréter la Bible correctement : nous n’avons pas d’autre choix que de l’étudier.

(3) Une herméneutique inadaptée. Beaucoup d’erreurs viennent tout simplement de l’absence d’une bonne herméneutique (science de l’interprétation des Écritures). Sortir un verset de son contexte immédiat peut faire beaucoup de dégâts. Ignorer le contexte plus large du chapitre et du livre ou ne pas comprendre le contexte historico-culturel peut aussi poser problème.

(4) L’ignorance de l’ensemble de la Parole de Dieu. Apollos était un prédicateur puissant et éloquent, mais il ne connaissait que le baptême de Jean. Son message était incomplet, parce qu’il ignorait que Jésus avait pourvu à notre salut. Aquilas et Priscille l’ont pris à part et « lui exposèrent plus exactement la voie de Dieu. » (Actes 18.24-28) Après cela, Apollos prêchait Jésus-Christ. Certains groupes et personnes propagent aujourd’hui un message incomplet, parce qu’ils se concentrent sur certains passages à l’exclusion des autres, sans comparer les Écritures entre elles.

(5) L’égoïsme et l’orgueil. C’est triste à dire, mais beaucoup d’interprétations de la Bible sont basées sur les a priori personnels et doctrines préconçues de l’enseignant. Certains voient une la promotion d’une « nouvelle perspective » sur les Écritures comme une occasion d’avancement personnel. (Voir la description des faux enseignants dans l’épître de Jude.)

(6) Le manque de maturité. Quand les chrétiens ne mûrissent pas comme ils le doivent, cela affecte leur compréhension de la Parole de Dieu. « Je vous ai donné du lait, non de la nourriture solide, car vous ne pouviez pas la supporter. D’ailleurs, même maintenant vous ne le pouvez pas parce que vous êtes encore animés par votre nature. » (1 Corinthiens 3.2-3) Un chrétien immature n’est pas prêt pour la « nourriture solide » de la Parole de Dieu. Notez que les divisions au sein de l’église de Corinthe constituent la preuve qu’elle est charnelle (verset 4).

(7) Le poids de la tradition. Certaines églises prétendent croire en la Bible, mais leur interprétation est toujours filtrée par les traditions qu’elles ont elles-mêmes établies. C’est la tradition qui l’emporte en cas de conflit entre la tradition et l’enseignement de la Bible, ce qui revient à nier l’autorité de la Parole au profit de la suprématie des responsables d’église.

Sur l’essentiel, la Bible est très claire. Il n’y a aucune ambiguïté concernant la divinité de Christ, la réalité du ciel et l’enfer et le salut par la grâce, par le moyen de la foi. Sur certaines questions de moindre importance, cependant, l’enseignement des Écritures est moins clair, ce qui conduit naturellement à des divergences d’interprétation. Par exemple, il n’y a aucun commandement biblique direct concernant la fréquence de la communion ou le style de musique à utiliser. Des chrétiens honnêtes et sincères peuvent avoir des interprétations divergentes des passages concernant ces questions secondaires.

L’important est d’être dogmatique là où les Écritures le sont et d’éviter de l’être là où elles ne le sont pas. Les églises doivent s’efforcer de suivre le modèle de la première église de Jérusalem : « Ils persévéraient dans l’enseignement des apôtres, dans la communion fraternelle, dans la fraction du pain et dans les prières. » (Actes 2.42) L’Église primitive était unie parce qu’elle était fermement enracinée dans la doctrine des apôtres. L’Église sera de nouveau unie quand nous reviendrons à la doctrine des apôtres et renoncerons aux autres doctrines, modes et passades qui se sont insinuées parmi nous.