GotQuestions.org/Francais



Question : « Comment est le ciel ? »

Réponse :
Le ciel est un lieu réel décrit dans la Bible. On trouve le mot « ciel » ou « cieux » 276 fois rien que dans le Nouveau Testament. Les Écritures font référence à trois cieux. L’Apôtre Paul lui-même fut « ravi au troisième ciel », mais il lui fut interdit de révéler ce qu’il y avait vécu (2 Corinthiens 12.1-9).

S’il y a un troisième ciel, il doit y en avoir deux autres. L’Ancien Testament fait souvent référence au premier ciel comme le « ciel » ou le « firmament », qui contient les nuages et où volent les oiseaux. Le deuxième ciel est l’espace interstellaire/intersidéral, où se trouvent les étoiles, les planètes et les autres objets célestes (Genèse 1.14-18).

Le troisième ciel, dont l’emplacement n’est pas révélé, est la demeure de Dieu. Jésus a promis d’y préparer une place à tous les chrétiens authentiques (Jean 14.2). Le ciel est aussi la destination des saints de l’Ancien Testament, qui sont morts en ayant foi dans la promesse de Dieu qu’il enverrait un Rédempteur (Éphésiens 4.8). tous ceux qui croient en Christ ne périront pas, mais auront la vie éternelle (Jean 3.16).

L’Apôtre Jean eut le privilège de voir et de raconter sa vision de la cité céleste (Apocalypse 21.10-27). Il a témoigné de ce que le ciel (la nouvelle Terre) était rempli de la « gloire de Dieu » (Apocalypse 21 11), c’est-à-dire de sa présence. Puisqu’il n’y a pas de nuit au ciel et que le Seigneur lui-même est sa lumière, le soleil et la lune n’y sont plus nécessaires (Apocalypse 22.5).

La cité est pleine de pierres précieuses brillantes et de jaspe transparent comme du cristal. Les cieux ont douze portes (Apocalypse 21.12) et douze fondements (Apocalypse 21.14). Le paradis du jardin d’Éden est restauré : le fleuve de l’eau de la vie y coule librement et l’arbre de vie y est de nouveau accessible, produisant des fruits chaque mois et ses feuilles « serv[a]nt à la guérison des nations » (Apocalypse 22.1-2). Malgré toute l’éloquence avec laquelle Jean décrit le ciel, la réalité de ce dernier dépasse tout ce que l’homme peut décrire à l’aide de son intellect fini (1 Corinthiens 2.9).

Le ciel est le lieu des « ne plus » : il n’y aura plus de larmes, plus de douleur, plus de tristesse (Apocalypse 21.4) et plus de séparation, car la mort sera vaincue (Apocalypse 20.6). La meilleure chose au ciel sera la présence de notre Sauveur et Seigneur (1 Jean 3.2). Nous serons face à face avec l’Agneau de Dieu qui nous a tant aimés et qui s’est sacrifié pour que nous puissions jouir de sa présence au ciel pour toute l’éternité.