GotQuestions.org/Francais



Question : « Pourquoi tous les chrétiens sont-ils hypocrites ? »

Réponse :
Il n’y a probablement pas d’accusation plus provocante que celle d’hypocrisie. Malheureusement, certaines personnes sont convaincues que tous les chrétiens sont hypocrites. Ce terme a un riche héritage : il nous vient du mot latin hypocrisies, qui signifie « jouer un rôle, feindre », et remonte encore plus loin en arrière : on le rencontre en grec classique comme en grec du Nouveau Testament, avec le même sens.

C’est dans ce sens que le Seigneur Jésus l’employait. Par exemple, lorsqu’il enseignait sur le sens de la prière, du jeûne et de l’aumône aux pauvres, il dissuadait de suivre l’exemple de ceux qui se conduisaient en hypocrites (Matthieu 6.2, 5, 16). Par leurs longues prières publiques, les mesures extrêmes qu’ils prenaient pour faire savoir qu’ils jeûnaient, et la façon ostensible de faire des dons pour le Temple et les pauvres, les Pharisiens révélaient en fait que leur attachement au Seigneur était purement superficiel ; ils étaient certes capables de jouer parfaitement le rôle dramatique d’exemples publics de vertu religieuse, mais ils échouaient misérablement au-dedans de leurs cœurs, là où la vraie vertu doit résider (Matthieu 23.13-33, Marc 7.20-23).

Jésus n’a jamais traité ses disciples d’hypocrites : il n’employait ce terme que pour les zélotes religieux égarés. Il appelait plutôt les siens ses « disciples », ses « petits enfants », ses « brebis », son « Église ». En outre, le Nouveau Testament nous met en garde contre le péché d’hypocrisie (1 Pierre 2.1). On y trouve aussi deux exemples flagrants d’hypocrisie dans l’Église. D’abord, en Actes 5.1-10, deux disciples sont dénoncés pour avoir prétendu être plus généreux qu’ils ne l’étaient en réalité. Les conséquences sont terribles. Par la suite, Pierre lui-même s’est retrouvé à la tête d’un groupe accusé d’hypocrisie dans leurs relations avec les croyants d’origine non-Juive (Galates 2.13).

On peut tirer au moins deux conclusions de l’enseignement du Nouveau Testament. D’abord, l’hypocrisie existe bel et bien chez ceux qui se disent chrétiens. Elle était présente dès le commencement, et, d’après la parabole de l’ivraie et le bon grain, elle existera certainement jusqu’à la fin des temps (Matthieu 13.18-30). De plus, si même un Apôtre peut être coupable d’hypocrisie, il n’y a aucune raison de penser que les chrétiens ordinaires en seraient exempts. Nous devons toujours demeurer vigilants pour ne pas succomber à cette tentation (1 Corinthiens 10.12).

Il est évident aussi que tous ceux qui se disent chrétiens ne le sont pas forcément réellement. La majorité, voire tous les cas d’hypocrisie connus dans le milieu chrétien ont peut-être été le fait d’imposteurs qui faisaient semblant de l’être. Jusqu’à ce jour, d’éminents responsables chrétiens sont tombés dans des péchés terribles. Les scandales financiers et sexuels ont éclaboussé la communauté chrétienne. Cependant, plutôt que de se servir des actes commis par une minorité pour dénigrer l’ensemble des chrétiens, il vaut se demander si toutes ces individus étaient réellement chrétiens. Beaucoup de passages bibliques confirment que ceux qui appartiennent réellement à Christ manifesteront les fruits de l’Esprit (Galates 5.22-23). La parabole du Semeur, en Matthieu 13, montre clairement que toutes les confessions de foi en Christ ne sont pas authentiques. Malheureusement, beaucoup de ceux qui prétendent lui appartenir auront un jour la surprise de l’entendre leur dire : « Je ne vous ai jamais connus. Éloignez-vous de moi, vous qui commettez le mal». (Matthieu 7.23)

Ensuite, si nous ne devons pas être surpris de voir des personnes qui font semblant d’être plus saintes qu’elles ne le sont réellement se dire chrétiennes, on ne peut en conclure pour autant que l’Église soit composée presque exclusivement d’hypocrites. On peut certainement concéder que nous tous qui confessons le nom de Jésus-Christ demeurons des pécheurs même après le pardon de nos fautes, c’est-à-dire que même si nous sommes sauvés du châtiment éternel du péché (Romains 5.1, 6.23), nous devons cependant encore être sauvés et délivrés de la présence du péché dans nos vies (1 Jean 1.8-9), y compris du péché d’hypocrisie. Par notre foi vivante en le Seigneur Jésus, nous sommes toujours en train de surmonter la puissance du péché, jusqu’à ce que nous soyons finalement délivrés (1 Jean 5.4-5).

Aucun chrétien ne parviendra jamais à mener une vie parfaite selon les normes bibliques. Aucun de nous n’est entièrement semblable à Christ. Cependant, beaucoup de chrétiens cherchent sincèrement à mener une vie chrétienne et s’appuyant de plus en plus sur le Saint-Esprit pour les convaincre, les transformer et leur donner la force de vivre une vie conforme à leur appel. Une multitude de chrétiens a vécu une vie sans scandales. Aucun chrétien n’est parfait, mais il y a une différence entre faire une erreur, ne pas atteindre la perfection pendant notre vie sur terre et être un hypocrite.