GotQuestions.org/Francais



Question : « Les chrétiens doivent-ils aller chez le médecin ? »

Réponse :
Certains chrétiens croient que le recours à la médecine est un signe de manque de foi en Dieu. Pour le mouvement Parole de foi, consulter un médecin est souvent considéré comme un manque de foi, qui empêche Dieu de nous guérir. Pour des groupes comme la science chrétienne, c’est parfois considéré comme un frein à l’énergie spirituelle que Dieu nous aurait donné d’employer pour nous guérir nous-mêmes. Ce genre points de vue n’est pas du tout logique. Si votre voiture est en panne, la conduisez-vous chez le mécanicien ou attendez-vous que Dieu fasse un miracle pour la réparer ? Si vous avez un problème de plomberie dans votre maison, attendez-vous que Dieu le répare ou appelez-vous un plombier ? Dieu est tout aussi capable de réparer une voiture ou un problème de plomberie que de guérir nos corps. Si Dieu intervient parfois par des guérisons miraculeuses, nous ne devons pas pour autant toujours nous attendre à un miracle au lieu de chercher l’aide des personnes compétentes et qualifiées pour nous aider.

La Bible renferme une dizaine de références aux médecins. Le seul verset qui, cité hors contexte, peut s’employer pour prescrire de ne pas consulter un médecin est 2 Chroniques 16.12 : « La trente-neuvième année de son règne, [Asa] eut une très grave maladie des pieds. Toutefois, même pendant sa maladie, il ne consulta pas l’Éternel, mais les médecins. » L’erreur que commit Asa, c’est, non qu’il consulta des médecins, mais qu’il « ne consulta pas l’Éternel ». Même si nous consultons un médecin, notre foi doit être en Dieu, pas en lui.

De nombreux versets parlent de « soins médicaux », comme les bandages (Ésaïe 1.6), l’huile (Jacques 5.14), l’huile et le vin (Luc 10.34), les feuilles (Ézéchiel 47.12), le vin (1 Timothée 5.23) et les baumes, particulièrement le « baume de Galaad » (Jérémie 8.22). Par ailleurs, Paul appelle Luc, l’auteur du livre des Actes et de l’Évangile selon Luc, « le médecin bien-aimé » (Colossiens 4.14).

Marc 5.25-30 raconte l’histoire d’une femme qui souffrait d’une perte de sang incessante, une maladie que tous les médecins qu’elle avait consultés n’ont pas pu guérir, alors qu’elle avait dépensé tout son argent en soins. Venant à Jésus, elle pensait que si elle touchait seulement le bord de son vêtement, elle serait guérie. C’est ce qui s’est passé. Jésus a répondu aux Pharisiens qui lui demandaient pourquoi il passait autant de temps avec des pécheurs : « Ce ne sont pas les bien-portants qui ont besoin de médecin, mais les malades. » (Matthieu 9.12) On peut déduire de ces versets les principes suivants :

1) Les médecins ne sont pas Dieu et ne doivent pas être considérés comme tel. Ils peuvent parfois nous apporter une aide, mais dans certains cas où ils ne font que vider nos portefeuilles (ou les caisses d’assurance maladie).

2) Les Écritures ne condamnent pas le fait de consulter un médecin et de recourir à des remèdes « terrestres ». Au contraire, elle porte un jugement favorable sur les soins médicaux.

3) Pour tout problème physique, nous devons rechercher l’intervention de Dieu (Jacques 4.2, 5.13). Il ne nous promet pas de toujours nous répondre comme nous le souhaitons (Ésaïe 55.8-9), mais nous avons l’assurance que tout ce qu’il fait sera fait par amour et dans notre meilleur intérêt (Psaumes 145.8-9).

Les chrétiens doivent-ils aller chez le médecin ? Dieu nous a créés comme des êtres intelligents, capables de fabriquer des médicaments et de comprendre comment réparer nos corps. Il n’y a rien de mal à appliquer ces connaissances et compétences pour la guérison des corps. Les médecins peuvent être considérés comme un don de Dieu pour nous, un moyen par lequel Dieu guérit et restaure. En même temps, nous devons mettre notre foi et notre confiance en Dieu, pas dans les médecins ni dans la médecine. Comme pour toutes les décisions difficiles que nous devons prendre, Dieu nous promet la sagesse si nous la lui demandons (Jacques 1.5).