GotQuestions.org/Francais



Question : « Les chrétiens doivent-ils tolérer la religion des autres ? »

Réponse :
À notre époque de « tolérance », le relativisme moral est érigé en valeur suprême. Les relativistes affirment que tous les systèmes philosophiques ou de croyances et toutes les idées présentent la même valeur et méritent le même respect. Ceux qui préfèrent un système de croyances à un autre ou, pire encore, prétendent connaître la vérité absolue, sont considérés comme étroits d’esprit, obscurantistes ou même bigots.

Évidemment, les différentes religions ont des positions mutuellement exclusives et les relativistes sont incapables de réconcilier entre elles ces contradictions flagrantes. Par exemple, la Bible affirme qu’« il est réservé aux êtres humains de mourir une seule fois, après quoi vient le jugement » (Hébreux 9.27), alors que certaines religions orientales enseignent la réincarnation. Alors, mourrons-nous une seule fois ou plusieurs fois ? Les deux enseignements ne peuvent tenir ensemble. Les relativistes redéfinissent la vérité afin de créer un monde paradoxal où de multiples « vérités » contradictoires peuvent coexister.

Jésus a dit : « C’est moi qui suis le chemin, la vérité et la vie. On ne vient au Père qu’en passant par moi. » (Jean 14.6) Un chrétien a accepté la Vérité, non seulement comme un concept, mais comme une Personne. Cette reconnaissance de la Vérité distingue les chrétiens de la soi-disant « ouverture d’esprit » de notre époque. Le chrétien a reconnu publiquement sa foi dans la résurrection de Jésus (Romains 10.9-10). S’il croit réellement en la résurrection, comment saurait-il être « ouvert d’esprit » par rapport à l’affirmation d’un incroyant que Jésus n’est pas ressuscité ? Pour un chrétien, renier l’enseignement clair de la Parole de Dieu revient à renier Dieu lui-même.

À noter que jusqu’ici, nous n’avons abordé que les fondements de la foi. Certaines choses (comme la résurrection corporelle du Christ) ne sont pas négociables. D’autres sont ouvertes au débat, comme l’identité de l’auteur du livre des Hébreux ou la nature de l’« écharde dans le corps » de Paul. Nous devons éviter de nous enliser dans des disputes sur des sujets secondaires (2 Timothée 2.23, Tite 3.9).

Même dans des débats / dialogues à propos d’une doctrine essentielle, un chrétien doit faire preuve de retenue et de respect. Il y a une différence entre être en désaccord avec une position et dénigrer une personne. Nous devons tenir ferme pour la Vérité tout en faisant preuve de compassion pour ceux qui la mettent en doute. Comme Jésus, nous devons être à la fois pleins de grâce et de vérité (Jean 1.14). Pierre décrit le juste équilibre entre avoir la réponse et faire preuve d’humilité : « Mais respectez dans vos cœurs la sainteté de Dieu le Seigneur. Soyez toujours prêts à défendre l’espérance qui est en vous, devant tous ceux qui vous en demandent raison, mais faites-le avec douceur et respect. » (1 Pierre 3.15)