GotQuestions.org/Francais



Question : « Les anges sont-ils du sexe masculin ou du sexe féminin ? »

Réponse :
Il est clair que toutes les références aux anges dans les Écritures emploient le masculin. Le terme grec pour « ange » employé dans le Nouveau Testament, angelos, est masculin et n’a même pas de forme féminine. La grammaire grecque comporte trois genres : le masculin (il, lui), le féminin (elle) et le neutre (équivalent français le plus proche « ça »). Les anges ne sont toujours décrits qu’au masculin. Lors des nombreuses apparitions d’anges dans la Bible, ils ne sont jamais désignés par « elle » ni par un pronom neutre. De plus, ils revêtent toujours une forme d’homme (Genèse 18.2, 16, Ézéchiel 9.2). Aucun ange n’apparaît dans les Écritures sous la forme d’une femme.

Les seuls noms d’anges qui figurent dans la Bible, Michel, Gabriel et Lucifer, sont masculins : « Michel et ses anges » (Apocalypse 12.7), « Astre brillant, fils de l’aurore » (Ésaïe 14.12). Les autres références aux anges sont également toutes masculines. En Juges 6.21, l’ange tient un bâton dans « sa » main, le pronom indiquant un possesseur masculin. Zacharie posa une question à l’ange et « il » répondit (Zacharie 1.19). L’Apocalypse désigne les anges par « ils » et parle de « leurs » attributs (Apocalypse 10.1, 5, 14.19, 16.2, 4, 17, 19.17, 20.1).

Certaines personnes pensent que Zacharie 5.9 fait référence à des anges de sexe féminin. Ce verset dit : « J’ai levé les yeux et vu deux femmes apparaître. Le vent soufflait dans leurs ailes – elles avaient des ailes comme celles de la cigogne – et elles ont soulevé la mesure entre la terre et le ciel. » Le problème est que le texte ne dit pas que les « femmes » de cette vision prophétique étaient des anges : elles sont désignées par le terme nashiym (« femmes »), de même que la femme dans la mesure représentant la méchanceté, aux versets 7-8. En revanche, l’ange auquel Zacharie a parlé est appelé malak, un terme totalement différent, qui signifie « ange » ou « messager. ». Les femmes de la vision ayant des ailes, cela nous évoque des anges, mais il faut se garder de faire dire au texte ce qu’il ne dit pas. Une vision ne dépeint pas nécessairement des êtres ou des objets réels ; regardez, par exemple, le grand rouleau volant que Zacharie aperçoit au début du chapitre (Zacharie 5.1-2).

La confusion qui mène à penser que les anges sont asexués vient d’une mauvaise interprétation de Matthieu 22.30, qui dit qu’il n’y aura plus de mariage après la résurrection, car les hommes « seront comme les anges du ciel. » Certains ont compris que, selon les révélations de ce texte, les anges sont asexués, puisque le genre existe pour la procréation et que sans mariage, il n’y a pas de procréation. Il s’agit d’une surinterprétation du texte. Le fait que les anges ne se marient pas n’implique pas forcément qu’ils soient asexués. Les nombreuses références masculines aux anges vont dans le sens inverse de cette idée. Les anges ne se marient pas, mais cela ne veut pas dire qu’ils sont asexués.

Le genre linguistique ne doit pas être systématiquement interprété comme le signe d’appartenance à une sexe ou à un autre : le genre masculin attribué aux esprits à travers les Écritures fait davantage référence à l’autorité qu’au sexe. Dieu se désigne toujours lui-même au masculin, le Saint-Esprit n’est jamais décrit au neutre. Dieu est un être personnel et une figure d’autorité, d’où l’emploi de pronoms personnels masculins. Il serait tout simplement inapproprié de désigner autrement les puissances célestes, à cause de l’autorité que Dieu leur a donnée de détenir sa puissance (2 Rois 19.35), transmettre ses messages (Luc 2.10) et le représenter sur terre.