GotQuestions.org/Francais



Question : « Qu’est-ce que l’amillénarisme ? »

Réponse :
L’amillénarisme est une doctrine selon laquelle il n’y aura pas de règne littéral de Christ pendant mille ans. Les partisans de cette doctrine sont appelés amillénaristes. Le préfixe « a » dans amillénarisme signifiant « non » ou « pas », « amillénarisme » désigne donc un rejet de l’idée qu’un millénium aura bien lieu. Ce rejet va en sens contraire de la thèse la plus répandue, le prémillénarisme, qui affirme que le retour de Christ aura lieu avant le millénium, interprété dans le sens d’un règne littéral de mille ans, et au postmillénarisme, moins répandu, qui affirme que Christ reviendra une fois que les chrétiens et non Christ en personne, auront établi son Royaume sur cette terre.

Par honnêteté intellectuelle, il faut cependant préciser que les amillénaristes ne croient pas, à vrai dire, qu’il n’y aura pas du tout de Millénium ; ils croient cependant qu’il ne s’agira pas d’un règne littéral de Christ sur terre pendant mille ans, mais que le Christ est d’ores et déjà assis sur le trône de David et que l’ère actuelle de l’Église correspond à son Royaume. Il est certain que Christ est assis sur un trône, mais il ne s’agit peut-être pas automatiquement de ce que la Bible appelle le trône de David. Christ règne dès à présent, car il est Dieu ; mais cela ne veut pas dire que ce règne corresponde au Millénium.

Un Royaume littéral sur terre est nécessaire pour que Dieu puisse tenir ses promesses envers Israël et son alliance avec David (2 Samuel 7.8-16, 23.5, Psaumesss 89.3-4). En douter revient à remettre en question la volonté et/ou la capacité de Dieu à tenir ses promesses et ouvre la voie à bien d’autres problèmes théologiques. Par exemple, si Dieu revenait sur ses promesses envers Israël après les avoir lui-même proclamées éternelles, comment pourrions-nous être certains de ses autres promesses, notamment du salut des croyants dans le Seigneur Jésus-Christ ? La seule solution est de le croire sur Parole et de comprendre que ses promesses s’accompliront littéralement.

Voici quelques passages bibliques qui indiquent clairement que le Millénium sera un Royaume terrestre au sens littéral :
1) Les pieds de Christ se poseront le Mont des Oliviers avant l’établissement de son Royaume (Zacharie 14.4, 9).
2) Pendant son règne, le Messie rendra justice et jugera la terre (Jérémie 23.5-8).
3) Le Royaume est décrit comme sous le ciel (Daniel 7.13-14, 27).
4) Les prophètes ont annoncé des changements dramatiques sur terre au cours de ce règle (Actes 3.21, Ésaïe 35.1-2, 11.6-9, 29.18, 65.20-22, Ézéchiel 47.1-12, Amos 9.11-15).
5) Enfin, l’ordre chronologique des événements décrits dans l’Apocalypse indique l’existence d’un royaume terrestre avant la fin de l’histoire du monde (Apocalypse 20).

L’amillénarisme emploie une méthode d’interprétation différente pour les Écritures non prophétiques, les prophéties déjà accomplies et les prophéties inaccomplies : les deux premières sont interprétées littéralement ou normalement, tandis que, pour les amillénaristes, les prophéties inaccomplies doivent être interprétées spirituellement, et non littéralement. Les amillénaristes croient qu’une interprétation « spirituelle » d’une prophétie inaccomplie est l’interprétation la plus normale de lire ces textes. On appelle cela une double herméneutique (l’herméneutique étant l’étude des principes d’interprétation). L’amillénariste pense que les prophéties inaccomplies sont pour la plupart, voire toutes, écrites en langage symbolique, figuré et spirituel. Par conséquent, l’amillénariste attribuera un sens différent à ces textes, au lieu de son sens normal et contextuel.

Le problème de cette interprétation des prophéties inaccomplies est qu’elle ouvre la voie à un grand éventail d’interprétations possibles. Si vous n’interprétez pas les Écritures dans leur sens naturel, vous obtiendrez une multitude de significations possibles. Pourtant, Dieu, l’auteur ultime de toutes les Écritures, avait un sens précis en tête en inspirant les auteurs humains. Un passage des Écritures peut avoir plusieurs applications, mais il n’a qu’un seul sens : celui que Dieu lui-même a voulu lui donner. Ainsi, le fait que les prophéties accomplies se soient accomplies littéralement est certainement la meilleure raison de penser que ce sera également le cas des prophéties inaccomplies. Les prophéties concernant la première venue de Christ se sont toutes accomplies littéralement ; il devrait donc en être de même de celles concernant son retour. Pour toutes ces raisons, toute interprétation allégorique des prophéties inaccomplies doit être rejetée, au profit d’une interprétation littérale ou normale. L’amillénarisme ne tient pas debout parce que son herméneutique est incohérente : il interprète les prophéties inaccomplies différemment des prophéties déjà accomplies.