GotQuestions.org/Francais



Question : « Qui est le Saint-Esprit ? »

Réponse :
Il y a beaucoup d’idées fausses sur l’identité du Saint-Esprit. Certains le voient comme une force mystique, d’autres le comprennent comme la force impersonnelle que Dieu met à la disposition des disciples du Christ. Que dit la Bible au sujet du Saint-Esprit ? Pour résumer, elle dit que le Saint-Esprit est Dieu. Elle nous apprend aussi qu’il est une personne, un Être avec un Esprit, des émotions et une volonté.

La divinité du Saint-Esprit est clairement attestée dans de nombreux passages des Écritures, notamment Actes 5.3-4. Dans ces versets, Pierre demande des comptes à Ananias, lui demandant pourquoi il a menti au Saint-Esprit et lui dit que « ce n’est pas à des hommes qu’[il a] menti, mais à Dieu. » Cela montre clairement que mentir au Saint-Esprit, c’est mentir à Dieu. Nous pouvons aussi établir que le Saint-Esprit est Dieu parce qu’il possède les attributs divins. Son omniprésence, par exemple, est attestée dans le Psaume 139.7-8 : « Où pourrais-je aller loin de ton Esprit, où pourrais-je fuir loin de ta face ? Si je monte au ciel, tu es là ; si je me couche au séjour des morts, te voilà. » Aussi, dans 1 Corinthiens 2.10, nous voyons l’omniscience du Saint-Esprit : « Or, c’est à nous que Dieu l’a révélé, par son Esprit, car l’Esprit examine tout, même les profondeurs de Dieu. En effet, qui parmi les hommes connaît les pensées de l’homme, si ce n’est l’esprit de l’homme qui est en lui ? De même, personne ne peut connaître les pensées de Dieu, si ce n’est l’Esprit de Dieu. »

Nous pouvons savoir que le Saint-Esprit est effectivement une personne divine parce qu’il possède un esprit, des émotions et une volonté. Il pense et sait (1 Corinthiens 2.10). Il peut être attristé (Éphésiens 4.30). Il intercède pour nous (Romains 8.26-27). Il prend des décisions selon sa volonté (1 Corinthiens 12.7-11). Il est Dieu, la troisième personne de la Trinité. En tant que Dieu, il peut vraiment opérer comme le Consolateur et le Conseiller que Jésus a promis qu’il serait (Jean 14.16, 26, 15.26).