Pourquoi Dieu a-t-il autorisé la polygamie et la bigamie dans la Bible ?



 


Question : « Pourquoi Dieu a-t-il autorisé la polygamie et la bigamie dans la Bible ? »

Réponse :
La question de la polygamie est très intéressante, dans la mesure où, si une majorité d’individus la considèrent aujourd’hui comme immorale, la Bible ne la condamne pas explicitement. Le premier cas de polygamie/bigamie dans la Bible est celui de Lémec en Genèse 4.19 : « Lémec prit deux femmes. » Plusieurs hommes importants de l’Ancien Testament étaient polygames : Abraham, Jacob, David, Salomon et bien d’autres. En 2 Samuel 12.8, Dieu, s’exprimant par la bouche du prophète Nathan, dit à David que si ses femmes et concubines ne lui suffisaient pas, il lui en aurait donné encore plus. D’après 1 Rois 11.3, nous voyons que Salomon avait 700 femmes et 300 concubines (des femmes de second rang). Que faut-il déduire de tous ces cas de polygamie dans l’Ancien Testament ? Il y a trois questions à se poser :
1) Pourquoi Dieu a-t-il autorisé la polygamie dans l’Ancien Testament ?
2) Comment la voit-il aujourd’hui ?
3) Pourquoi ce changement d’attitude ?

1) Pourquoi Dieu a-t-il autorisé la polygamie dans l’Ancien Testament ? La Bible n’explique pas pourquoi Dieu a autorisé la polygamie. En spéculant sur son silence, il y a quelques éléments-clé à prendre en compte. D’abord, il y a toujours eu plus de femmes que d’hommes. Les statistiques montrent qu’aujourd’hui, environ 50,5 % de la population mondiale est composée de femmes, contre 49.5% d’hommes. En admettant que les pourcentages aient été à peu près identiques à l’époque et qu’il y ait eu plusieurs millions de personnes sur terre, il en aurait résulté une supériorité numérique de plusieurs dizaines de milliers de femmes rapport aux hommes. Ensuite, les guerres antiques étaient particulièrement violentes, avec un taux de mortalité extrêmement élevé, ce qui aurait encore aggravé la proportion de femmes par rapport aux hommes. Enfin, dans ces sociétés patriarcales, il était presque impossible pour une célibataire de subvenir seule à ses besoins. Les femmes n’avaient souvent aucune éducation ni formation professionnelle et dépendaient de leur père, de leurs frères et de leur mari pour pourvoir à leurs besoins et les protéger. Les femmes non mariées étaient souvent exposées à la prostitution ou à l’esclavage. La différence significative entre le nombre d’hommes et de femmes aurait laissé beaucoup de femmes dans cette situation indésirable.

Il semble donc que Dieu a autorisé la polygamie pour protéger les femmes qui n’auraient pas trouvé de mari autrement, en permettant à un homme de prendre plusieurs femmes et de pourvoir à leurs besoins. Même si la vie dans un foyer polygame n’était certainement pas idéale, elle était préférable à la prostitution, l’esclavage ou la famine. Outre le fait de protéger et de pourvoir aux besoins des femmes, la polygamie accélérait la croissance de l’humanité, accomplissant ainsi le commandement de Dieu : « reproduisez-vous et devenez nombreux, pullulez et multipliez-vous sur la terre » (Genèse 9.7). Les hommes peuvent faire tomber enceintes plusieurs femmes en même temps, permettant une croissance démographique beaucoup plus forte que si chaque homme ne procréait qu’un enfant par an.

2) Comment Dieu voit-il la polygamie aujourd’hui ? Tout en autorisant la polygamie, la Bible présente la monogamie comme la plus proche de l’idéal divin pour le mariage. La Bible dit que l’intention initiale de Dieu était qu’un homme épouse une seule femme : « C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère et s’attachera à sa femme [non pas à ses femmes], et ils ne feront qu’un », comme il est dit en Genèse 2.24. Ce verset décrit ce qu’est le mariage sans préciser le nombre de personnes impliquées, mais l’emploi constant du singulier est significatif. En Deutéronome 17.14-20, Dieu dit que les rois n’étaient pas censés avoir beaucoup de femmes (ni de chevaux, ni d’or). Sans qu’on ne puisse interpréter ce passage comme un commandement selon lequel les rois devaient être monogames, on comprend qu’avoir plusieurs femmes peut poser problème, comme l’illustre bien la vie de Salomon (1 Rois 11.3-4).

Dans le Nouveau Testament, 1 Timothée 3.2, 12 et Tite 1.6 indiquent qu’un responsable d’église doit être « fidèle à sa femme ». Le sens de cette exigence est débattu. Littéralement, il faudrait traduire par « l’homme d’une seule femme ». Qu’il s’agisse ou non d’une référence exclusive à la polygamie, un polygame ne peut en aucune façon être considéré comme « l’homme d’une seule femme ». Bien qu’il s’agisse ici des qualifications requises pour un responsable spirituel, elles devraient s’appliquer à tous les chrétiens. Ne devrions-nous pas tous être « irréprochable[s], […] sobre[s], réfléchi[s], réglé[s] dans [notre] conduite, hospitalier[s], capable[s] d’enseigner, […] ni buveur[s], [ni] violents, mais au contraire doux, pacifique[s] et désintéressé[s] » ? (1 Timothée 3.2-4) Si nous sommes appelés à être saints (1 Pierre 1.16) et que ce sont là les normes de sainteté pour les anciens et les diacres, alors elles s’appliquent à tous.

Éphésiens 5.22-33 parle des relations entre conjoints. Le mari comme la femme sont mentionnés au singulier. « Car le mari est le chef de la femme (singulier) […] Celui qui aime sa femme (singulier) s’aime lui-même […] C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, s’attachera à sa femme (singulier), et les deux ne feront qu’un […] Que chacun de vous aime sa femme (singulier) comme lui-même et que la femme (singulier) respecte son mari - (singulier)». Si un passage parallèle, Colossiens 3.18-19, parle de maris et de femmes au pluriel, il est clair que Paul s’adresse à tous les maris et à toutes les femmes parmi les croyants de Colosses et qu’il ne veut pas dire par là qu’un mari peut avoir plusieurs femmes. Éphésiens 5.22-23, par contre, décrit spécifiquement la relation maritale. Si la polygamie pouvait être tolérée, toute l’image de la relation entre Christ et son corps (l’Église) et la relation entre conjoints s’effondrerait.

3) Pourquoi ce changement ? En fait, il ne s’agit pas pour Dieu d’interdire quelque chose qu’il autorisait auparavant, mais de restaurer son plan initial pour le mariage. En remontant à Adam et Ève, la polygamie n’était pas ce que Dieu avait prévu au départ. Dieu semble l’avoir autorisée comme solution à un problème, mais elle n’est pas idéale. Dans la plupart des sociétés modernes, il n’y a absolument plus besoin de polygamie. Dans la plupart des cultures aujourd’hui, les femmes sont capables de subvenir elles-mêmes à leurs besoins et de se protéger, rendant ainsi inutile le seul aspect « positif » de la polygamie. De plus, la plupart des nations modernes interdisent la polygamie. Romains 13.1-7 nous dit d’obéir aux lois établies par le gouvernement. Les Écritures nous autorisent à désobéir aux lois est si et seulement si celles-ci sont en contradiction avec les commandements de Dieu (Actes 5.29). Dans la mesure où Dieu avait seulement autorisé la polygamie, sans l’ordonner, une loi l’interdisant doit être respectée.

Y a-t-il certaines circonstances dans lesquelles la polygamie pourrait encore être autorisée aujourd’hui ? Peut-être, mais il est difficile d’imaginer qu’il n’y aurait aucune autre solution possible. Puisqu’un couple marié est censé « ne f[aire] qu’un », à cause du besoin d’unité et d’harmonie dans le mariage et au vu de l’absence de tout besoin réel pouvant la justifier, nous croyons fermement que la polygamie n’honore pas Dieu et ne fait pas partie de ses plans pour le mariage.


Retour à la page d'accueil en français

Pourquoi Dieu a-t-il autorisé la polygamie et la bigamie dans la Bible ?