Qui étaient les Philistins ?


Question : « Qui étaient les Philistins ? »

Réponse :
Les Philistins étaient un peuple agressif et guerrier, qui occupait une partie du Sud-Ouest de la Palestine, entre le Jourdain et la Mer méditerranée. Leur nom vient de l'hébreu Philistia. Sa forme grecque, palaistinei, a donné le terme moderne « Palestine ». Les Philistins sont d'abord mentionnés dans la Table des Nations, une liste des pères fondateurs de soixante-dix nations descendant de Noé (Genèse 10.14). On pense que les Philistins étaient originaires de Caphtor, le nom hébreu de l'île de Crète et de l'ensemble de la région de la Mer Égée (Amos 9.7, Jérémie 47.4). Pour des raisons inconnues, ils ont émigré de cette région vers la côte méditerranéenne, autour de Gaza. Du fait de leur longue histoire maritime, les Philistins sont souvent associés aux « peuples de la mer ». La Bible mentionne des contacts entre Philistins et Abraham, ainsi que son fils Isaac, dès 2000 av. J.-C. (Genèse 21.32, 34, 26.1, 8).

Après leur rencontre avec Isaac (Genèse 26.18), les Philistins sont brièvement mentionnés dans le livre de l'Exode, peu après le passage de la Mer rouge : « Lorsque le pharaon laissa partir le peuple, Dieu ne le conduisit pas par le chemin qui passait par le pays des Philistins, même si c'était le plus direct. Dieu se dit en effet : « Le peuple pourrait éprouver des regrets en rencontrant la guerre et retourner en Égypte. » » (Exode 13.17)

Le « chemin qui passait par le pays des Philistins » est une voie antique connue comme la Via Maris, ou « voie maritime », un des trois principaux axes commerciaux en Israël pendant l'Antiquité. Cette route côtière reliait le delta du Nil à Canaan, puis à la Syrie et au-delà, jusqu'à la Mésopotamie, en Asie du Sud-Ouest.

L'Ancien Testament dit que, vers le XIIIème Siècle av. J.-C., à l'époque de Samuel et de Samson, les Philistins sont entrés depuis les côtes cananéennes à l'intérieur des terres, où ils ont construit leur civilisation, avec cinq villes principales : Gaza, Askalon, Asdod, Gath et Ékron (Josué 13.3), qui étaient gouvernées chacune par un « roi » ou « seigneur » (en hébreu seren, qu'on pourrait également traduire par « tyran »). Ces rois formaient apparemment une coalition dans laquelle ils étaient tous égaux. Chacun d'eux gardait le contrôle de sa ville, comme on le voit dans les relations entre Akish, le roi de Gath, et David (1 Samuel 27.5-7), mais ils collaboraient en cas d'urgence nationale (Juges 16.5).

Dès le commencement, les Philistins étaient soit les alliés, soit les ennemis mortels, du peuple de Dieu. Ils ont joué un rôle important dans la vie de Samson (Juges 13.1, 14.1), de Samuel (1 Samuel 4.1), de Saul (1 Samuel 13.4) et de David (1 Samuel 17:23).

Les Philistins étaient connus pour leur maîtrise du fer, supérieur au bronze employé par les Israélites pour fabriquer des armes et des outils. Même à l'époque de Saül (1050-1010 av. J.-C.), les Israélites dépendaient encore des Philistins pour aiguiser et réparer leurs outils de fer (1 Samuel 13.19-21). Leur armement plus avancé et leur politique militaire agressive a permis aux Philistins de toujours freiner le développement d'Israël en tant que nation. Pendant presque 200 ans, les Philistins ont harcelé et opprimé les Israélites et souvent envahi leur territoire. Les enfants d'Israël ne faisaient pas le poids face à la puissance militaire des Philistins. Cette oppression n'a cessé que quand Samuel, puis David, ont vaincu les Philistins avec l'aide de Dieu (1 Samuel 7.12-14, 2 Samuel 5.22-25).

L'Ancien Testament mentionne trois divinités philistines : Astarté, Dagon et Baal-Zebub, qui avaient chacun leur temple dans une autre ville (Juges 16.23, 1 Samuel 31.10, 2 Rois 1.2). Des découvertes archéologiques ont montré que les soldats philistins portaient des images de leurs dieux au combat (2 Samuel 5.21). Ils étaient apparemment un peuple superstitieux, qui craignait la puissance de l'Arche de l'Alliance d'Israël (1 Samuel 5.1-12).

Les Philistins étaient célèbres pour leur production et leur consommation de boissons alcoolisées, surtout de bière. Les ruines philistines antiques contiennent beaucoup de brasseries et de vignobles, ainsi que d'innombrables chopes à bière et autres récipients de boissons. Le mariage de Samson, raconté dans le livre des Juges, illustre la pratique philistine d'organiser des fêtes de plusieurs semaines, où le vin coulait à flot. Le terme hébreu misteh, traduit par « festin » en Juges 14.10, signifie littéralement « beuverie ».

Les Israélites désignaient souvent les Philistins comme les « incirconcis » (Juges 15.18, 1 Samuel 14.6, 2 Samuel 1.20), ce qui, à cette époque, voulait dire qu'ils n'avaient pas de relation avec Dieu. Ils ne faisaient pas partie de son peuple élu et devaient être évités autant que possible, pour fuir toute contamination.

En langage moderne, un philistin est une personne inculte et peu raffinée. Pourtant, les Philistins historiques ne manquaient pas de culture : il s'agit d'une civilisation maritime avancée qui était en avance sur Israël pendant plusieurs générations.

À l'exception de Jérémie 47, il n'y a que peu de références prophétiques aux Philistins. Ils ont été assimilés à la culture cananéenne et ont fini par disparaître du texte biblique et de l'Histoire en général, laissant derrière eux le nom de la Palestine en témoignage de leur existence.

English


Retour à la page d'accueil Français

Qui étaient les Philistins ?