Que pouvons-nous apprendre de la vie de Joseph ?


Question : « Que pouvons-nous apprendre de la vie de Joseph ? »

Réponse :
Joseph était le onzième fils de Jacob et le premier de Rachel, son épouse préférée. L'histoire de Joseph est racontée en Genèse 37-50. Après la mention de sa naissance, Joseph réapparaît pour la première fois à l'âge de dix-sept ans : il garde les troupeaux avec ses demi-frères et rapporte à Jacob leurs mauvais propos. Le texte biblique dit aussi que Jacob « aimait Joseph plus que tous ses autres fils parce qu'il l'avait eu dans sa vieillesse, et il lui fit un habit de plusieurs couleurs » (Genèse 37.3). Les frères de Joseph savaient que leur père aimait Joseph plus qu'eux et cela les a poussés à le haïr (Genèse 37.4). Pire encore : Joseph a commencé à faire des rêves, qu'il racontait à sa famille, des visions prophétiques montrant qu'un jour, il dominerait sur eux (Genèse 37.5-11). L'animosité des frères de Joseph envers lui a atteint son summum quand ils ont projeté de le tuer dans le désert. Ruben, son frère aîné, s'est opposé au meurtre et leur a proposé de le jeter de préférence dans une citerne, parce qu'il prévoyait de revenir le sauver. En l'absence de Ruben, des marchands sont passés par là et Juda a proposé de leur vendre Joseph comme esclave, ce qu'ils ont fait avant que Ruben ne puisse intervenir. Ils ont pris son habit et, après l'avoir trempé dans le sang d'une chèvre, ont fait croire à leur père que son fils préféré avait été tué par les bêtes sauvages (Genèse 37.18-35).

Les marchands ont vendu Joseph à un haut fonctionnaire égyptien du nom de Potiphar, dont il est devenu l'intendant. Genèse 39 raconte comment Joseph excellait dans toutes ses responsabilités, si bien qu'il est devenu un des serviteurs de confiance de Potiphar, qui l'a établi sur tous ses biens, parce qu'il voyait que Dieu était avec lui et faisait prospérer toutes ses œuvres. Malheureusement, la femme de Potiphar a cherché à séduire Joseph. Celui-ci a toujours refusé ses avances, par égard pour le maître qui lui avait témoigné une telle confiance, car ce serait « un […] grand mal et [un] péch[é] contre Dieu » de coucher avec sa femme (Genèse 39.9). Un jour, elle l'a saisi par sa tunique pour lui faire de nouvelles avances sexuelles. Alors, Joseph s'est enfui en lui laissant son vêtement entre les mains. Dans sa colère, elle l'a accusé à tort d'avoir tenté de la violer et Potiphar l'a fait jeter en prison (Genèse 39.7-20).

Même dans sa prison, Joseph était béni de Dieu (Genèse 39.21-23). Il a interprété les rêves de deux autres prisonniers et son interprétation s'est avérée : le premier des deux a été libéré et rétabli dans ses fonctions d'échanson du roi (Genèse 40.1-23), mais il a oublié Joseph et n'a pas parlé de lui à Pharaon. Deux ans après, le roi a lui-même fait des rêves troublants et l'échanson s'est souvenu du don d'interprétation de Joseph. Alors, le roi l'a fait venir pour lui raconter ses rêves. Joseph a prédit sept années de moissons abondantes en Égypte, suivies de sept années de famine. Il a conseillé au roi de faire des réserves de blé en prévision de la famine (Genèse 41.1-37). À cause de sa sagesse, Joseph est devenu puissant, le deuxième homme d'Égypte après le roi. Il était chargé de la gestion des entrepôts pendant les années d'abondance et de la vente de nourriture aux Égyptiens et aux étrangers pendant les sept années de famine (Genèse 41.38-57). Pendant les années de d'abondance, Joseph a eu deux fils : Manassé et Éphraïm (Genèse 41.50-52).

Quand la famine est venue, même la terre de Canaan a été affectée. Alors, Jacob a envoyé dix de ses fils en Égypte pour y acheter du blé (Genèse 42.1-3), gardant avec lui Benjamin, son plus jeune fils et le seul qui lui restait de Rachel (Genèse 42.4). En Égypte, les fils de Jacob ont rencontré leur frère, depuis si longtemps perdu de vue. Ils ne l'ont pas reconnu, mais Joseph les a reconnus. Alors, afin de les éprouver, il les a accusés d'être des espions et les a faits emprisonner pendant trois jours, avant de les relâcher tous, sauf un d'entre eux, et de les laisser repartir avec des provisions pour leur foyer, en exigeant qu'ils reviennent avec leur plus jeune frère (Genèse 42.6-20). Les frères de Joseph, qui ignoraient toujours l'identité de leur interlocuteur, étaient saisis de culpabilité d'avoir vendu leur frère toutes ces années auparavant (Genèse 42.21-22). Joseph, qui a entendu leur conversation, s'est isolé pour pleurer (Genèse 42.23-24). Il a gardé Siméon avec lui et a renvoyé les autres, en faisant secrètement remettre l'argent qu'ils avaient payé dans leurs sacs de blé (Genèse 42.25). Quand ses frères ont vu cela, leur frayeur a redoublé (Genèse 42.26-28, 35). De retour chez eux, ils ont raconté à leur père tout ce qui s'était passé. Jacob a pleuré la mort de Joseph et la perte de Siméon. Il a refusé de laisser partir Benjamin, bien que Ruben ait juré que s'il ne le ramenait pas, son père pourrait tuer ses deux fils (Genèse 42.35-38).

La famine est devenue si sévère que Jacob a fini par céder. Juda l'a persuadé de laisser partir Benjamin avec eux, en engageant sa propre vie (Genèse 43.1-10). Jacob a accepté et leur a aussi remis des fruits de qualité, ainsi qu'une double part d'argent pour le blé (Genèse 43.11-14). Quand Joseph les a vus, il a demandé à ses serviteurs d'abattre un animal et de préparer le repas pour que ses frères puissent manger avec lui (Genèse 43.15-17). Quand Joseph les a invités chez lui, ses frères ont pris peur et ont présenté leurs excuses à son intendant pour l'argent qu'ils avaient remporté avec eux la fois précédente. L'intendant les a rassurés et a fait sortir Siméon (Genèse 43.18-25). Au retour de Joseph, ses frères se sont prosternés devant lui, en accomplissement d'une ancienne prophétie (Genèse 43.26). Il leur a demandé comment allait leur famille et a encore pleuré, cette fois en se retirant dans sa chambre (Genèse 43.27-30). En s'asseyant pour le repas, à une table séparée de celle de Joseph, ils ont été surpris de voir qu'ils étaient classés en fonction de leur âge. Benjamin a reçu cinq fois plus de nourriture que les autres frères (Genèse 43.31-34). Avant de renvoyer ses frères auprès de leur père, Joseph les a encore mis à l'épreuve, en faisant mettre leur argent dans chacun de leurs sacs de blé et sa coupe d'argent dans le sac de Benjamin. Après qu'ils se soient mis en route, il a envoyé son intendant les poursuivre, feignant d'être en colère et menaçant de tuer Benjamin pour le vol de la coupe. De retour dans la maison de Joseph, Juda a plaidé pour la vie de Benjamin, en disant que si Benjamin mourait, leur père Jacob mourrait aussi. Il a parlé du deuil de son père à cause de la mort supposée de Joseph et a expliqué qu'il ne supporterait pas de perdre aussi son frère. Il a raconté aussi sa promesse à Jacob et a proposé de mourir à la place de Benjamin (Genèse 44).

Voyant que le cœur de ses frères avait changé, Joseph a fait sortir tous ses serviteurs et s'est mis à pleurer ouvertement, si fort que tout le foyer du Pharaon l'a entendu. Alors, il s'est fait connaître à ses frères (Genèse 45.1-3). Il les a immédiatement rassurés et leur a dit de ne pas avoir de crainte à cause ce qu'ils avaient fait, car Dieu l'avait envoyé en Égypte afin de les préserver (Genèse 45.4-8). Plus tard, après la mort de leur père, il leur réaffirmera son pardon, en disant que, même si ses frères avaient eu l'intention de lui faire du mal, Dieu l'avait changé en bien (Genèse 50.15-21). Après s'être fait connaître à eux, Joseph a renvoyé ses frères auprès de Jacob, pour faire venir le reste de la famille à Gosen, afin de se rapprocher de lui et qu'il puisse pourvoir à leurs besoins (Genèse 45.9-47.12).

Jacob est venu vivre en Égypte avec sa famille. Avant de mourir, il a béni les deux fils de Joseph et rendu grâce à Dieu pour sa bonté : « Je ne pensais pas revoir ton visage et voici que Dieu me fait même voir ta descendance ! » (Genèse 48.11) Jacob a donné la bénédiction de l'aîné au plus jeune des deux fils de Joseph (versets 12-20). Par la suite, dans l'histoire d'Israël, les tribus d'Éphraïm et de Manassé, les deux fils de Joseph, étaient souvent considérées comme deux tribus distinctes. La descendance de Jacob a vécu 400 ans en Égypte, jusqu'à l'époque de Moïse. Quand Moïse a fait sortir Israël du pays d'Égypte, il a pris les ossements de Joseph avec lui, ainsi qu'il l'avait demandé (Genèse 50.24-25, voir aussi Exode 13.19).

Il y a beaucoup de choses à apprendre de l'histoire de Joseph. En tant que parents, ce récit nous met en garde contre les effets dévastateurs que le favoritisme peut avoir sur nos enfants, manifestés par l'orgueil du jeune Joseph et par la jalousie et la haine de ses frères. L'exemple de Joseph nous montre aussi comment faire face à la tentation sexuelle : en fuyant (Genèse 39.12, voir aussi 2 Timothée 2.22). Enfin, cette histoire nous montre la fidélité de Dieu, qui n'abandonne pas ses enfants, même au cœur de la souffrance : « l'Éternel était avec lui » (Genèse 39.3, 5, 21, 23).

Comme Joseph, nous passons parfois par des circonstances de vie difficiles, voire même injustes, mais son exemple nous apprend que si nous demeurons fidèles à Dieu et acceptons qu'il reste aux commandes de la situation, il récompensera notre fidélité au moment voulu, nous pouvons en être certains. Qui aurait reproché à Joseph d'avoir rejeté ses frères dans leur besoin ? Pourtant, il a fait preuve de miséricorde envers eux, car Dieu prend plaisir à la miséricorde plus qu'à tout autre sacrifice (Osée 6.6, Matthieu 9.13).

L'histoire de Joseph offre un très bel aperçu de la souveraineté de Dieu, qui agit pour surmonter le mal et accomplir ses plans. Après être passé par toutes ces épreuves, Joseph a pu discerner la main de Dieu. Quand il s'est fait connaître à ses frères, il leur a dit : « Maintenant, ne vous tourmentez pas et ne soyez pas fâchés contre vous-mêmes de m'avoir vendu pour que je sois conduit ici, car c'est pour vous sauver la vie que Dieu m'a envoyé ici avant vous. […] Ce n'est donc pas vous qui m'avez envoyé ici, c'est Dieu. » (Genèse 45.5, 8) Par la suite, il a encore rassuré ses frères de son pardon : « Vous aviez projeté de me faire du mal, Dieu l'a changé en bien. » (Genèse 50.20) Les pires intentions de l'homme ne peuvent contrecarrer les plans parfaits de Dieu.

English


Retour à la page d'accueil en français

Que pouvons-nous apprendre de la vie de Joseph ?