En quoi Jésus est-il notre repos du Sabbat ?



 


Question : « En quoi Jésus est-il notre repos du Sabbat ? »

Réponse :
Pour comprendre en quoi Jésus est notre repos du sabbat, la clé est le terme hébreu sabat, qui signifie « se reposer ou cesser de travailler ». Les origines du Sabbat remontent à la création : après avoir créé le ciel et la terre en six jours, Dieu « se reposa de toute son activité le septième jour. » (Genèse 2.2) Cela ne veut pas dire quʼil Dieu était fatigué et avait besoin de repos ; nous savons que Dieu est omnipotent, littéralement « tout-puissant ». Il ne se fatigue jamais et la dépense dʼénergie la plus intense ne diminue en rien sa puissance. Alors, quʼest-ce que cela signifie que Dieu sʼest reposé le septième jour ? Tout simplement quʼil mis un terme à ce quʼil faisait, cessé de travailler. Cʼest important pour comprendre lʼinstauration du Sabbat et le rôle de Christ, notre repos du Sabbat.

Dieu sʼest fondé sur lʼexemple de son repos au septième jour de la Création pour établir le principe du repos du Sabbat pour son peuple. En Exode 20.8-11 et Deutéronome 5.12-15, il donne aux Israélites le quatrième de ses Dix Commandements : « [se] souv[enir] du jour du Sabbat pour en fait un « jour saint ». Un jour par semaine, ils devaient se reposer de leur travail et donner aussi un jour de repos à leurs serviteurs et à leurs animaux. Cʼétait une cessation de travail complète : quel que soit leur travail, ils devaient lʼinterrompre un jour complet par semaine. (Pour plus de détails, voir nos autres articles sur le jour du Sabbat, le débat du samedi vs dimanche et le respect du Sabbat.) Le jour du sabbat a été établi pour permettre aux hommes de se reposer, puis de recommencer leur travail régénérés après une journée de repos.

Les divers éléments du Sabbat symbolisent la venue du Messie, qui allait donner à son peuple un repos permanent. Sous la Loi de lʼAncien Testament, les Juifs « travaillaient » constamment pour se rendre acceptables aux yeux de Dieu. Ils sʼefforçaient dʼobéir à la myriade de commandements de la loi cérémonielle, de la loi du Temple, de la loi civile, etc. Comme ils ne pouvaient évidemment pas garder toutes ces lois, Dieu leur a prescrit une variété dʼoffrandes et de sacrifices pour le péché, leur permettant de venir à lui pour être pardonnés et restaurer leur communion avec lui, mais seulement temporairement : de même quʼils reprenaient leurs travaux physiques après une journée de repos, ils devaient aussi continuer à offrir des sacrifices. Hébreux 10.1 nous dit que la Loi « ne peut jamais, par lʼoffrande annuelle et toujours répétée des mêmes sacrifices, conduire à la perfection ceux qui y participent ». Mais ces sacrifices préfiguraient lʼavenir : ils étaient offerts en prévision du sacrifice ultime de Christ sur la croix, qui, « après avoir offert un seul sacrifice pour les péchés, sʼest assis pour toujours à la droite de Dieu. » (Hébreux 10.12) Après avoir accompli le sacrifice ultime, Jésus sʼest assis et « reposé », cʼest-à-dire quʼil a cessé son travail dʼexpiation, parce quʼil nʼy avait plus rien à faire, jamais : lʼœuvre de la rédemption était accomplie (Jean 19.30). À cause de ce que Jésus a fait, nous nʼavons plus à « travailler », à respecter la Loi, pour être justifiés devant Dieu : il est venu pour que nous puissions nous reposer en Dieu et en le salut quʼil a acquis pour nous.

Un autre élément important du repos du Sabbat est que Dieu a béni le jour de repos et lʼa sanctifié. Là encore, on voit le symbole de Christ, notre repos du Sabbat : le saint et parfait Fils de Dieu, qui sanctifie tous ceux qui croient en lui. Tout comme Dieu a sanctifié le Sabbat, il a sanctifié Christ et lʼa envoyé dans le monde (Jean 10.36). En lui, nous trouvons le repos parfait des œuvres de nos efforts propres, car lui seul est saint et juste. « Celui qui nʼa pas connu le péché, il lʼa fait devenir péché pour nous afin quʼen lui nous devenions justice de Dieu. » (2 Corinthiens 5.21) Nous avons maintenant un repos spirituel en lui, pas seulement un jour par semaine, mais toujours.

Jésus est aussi notre repos du Sabbat parce quʼil est « Seigneur du sabbat » (Matthieu 12.8). En tant que Dieu incarné, il détermine le véritable sens du Sabbat, parce quʼil lʼa créé et est notre repos du Sabbat incarné. Quand les Pharisiens ont critiqué Jésus à cause dʼune guérison accomplie le jour du Sabbat, il leur a rappelé quʼils nʼhésiteraient pas à retirer une brebis dʼune fosse le jour du Sabbat. Parce quʼil était venu chercher et sauver ses « brebis », il pouvait enfreindre la loi du Sabbat. Les hommes sont plus importants que les brebis et le salut de Jésus plus important que les lois. En affirmant : « Le sabbat a été fait pour lʼhomme, et non lʼhomme pour le sabbat » (Marc 2.27), Jésus a réaffirmé le principe que le repos du Sabbat avait été établi pour soulager lʼhomme de son labeur. Les Pharisiens avaient perverti le Sabbat, en faisant un lourd fardeau. Jésus est venu nous libérer de la Loi par sa grâce (Jean 1.17, Romains 6.14). Il est le Seigneur du sabbat, qui nous délivre de nos efforts visant à nous sauver nous-mêmes. En lui, nous nous reposons de nos œuvres et nous confions en lʼœuvre quʼil a accomplie pour nous.

Hébreux 4 est le passage le plus important qui décrit Jésus comme notre repos du Sabbat. Il nous appelle à « entrer » dans le repos du Sabbat que Christ offre. Lʼalternative est de durcir notre cœur contre lui, comme les Israélites dans le désert. À cause de leur incrédulité, Dieu a dénié à cette génération lʼaccès à la Terre Promise en disant : « Ils nʼentreront pas dans mon repos ! » (Hébreux 3.11) Lʼauteur de lʼÉpître aux Hébreux nous supplie de ne pas faire la même erreur en rejetant le repos du Sabbat de Dieu en Jésus-Christ. « Il reste donc un repos de sabbat pour le peuple de Dieu. En effet, celui qui entre dans le repos de Dieu se repose lui aussi de son activité, tout comme Dieu sʼest reposé de la sienne. Empressons-nous donc dʼentrer dans ce repos afin que personne ne tombe en donnant le même exemple de désobéissance. » (Hébreux 4.9-11)

Il nʼy a pas dʼautre repos du Sabbat en dehors de Jésus. Lui seul satisfait aux exigences de la Loi et son sacrifice seul expie nos péchés. Dieu nous a fait ce don pour que nous puissions nous reposer de nos propres œuvres de justice. Nous ne devons surtout pas rejeter ce seul et unique chemin du salut (Jean 14.6). La réaction de Dieu face à ceux qui choisissent de rejeter son plan est décrite en Nombres 15, où un homme a été surpris en train de ramasser du bois le jour du Sabbat, en violation du commandement clair de Dieu de cesser de travailler. Cette transgression était un péché volontaire, commis ouvertement en plein jour, en affront flagrant à lʼautorité divine. « Et lʼÉternel dit à Moïse : Cet homme sera puni de mort » (verset 35). Il en sera de même pour tous ceux qui rejettent le repos du Sabbat auquel Dieu a pourvu en Christ : « Comment échapperons-nous si nous négligeons un si grand salut ? » (Hébreux 2.3)


Retour à la page d'accueil en français

En quoi Jésus est-il notre repos du Sabbat ?