Pourquoi est-il si important de croire en l’inerrance de la Bible ?



 


Question : « Pourquoi est-il si important de croire en l’inerrance de la Bible ? »

Réponse :
Nos contemporains ont tendance à hausser les épaules face à l’erreur. Au lieu de demander, comme Pilate : « Qu’est-ce que la vérité ? » l’homme post-moderne répond : « La vérité n’existe pas, » ou éventuellement : « La vérité existe, mais nous ne pouvons pas la connaître. » Nous nous sommes habitués au mensonge et beaucoup de personnes semblent à l’aise avec l’idée fausse selon laquelle la Bible contient également des erreurs.

La doctrine de l’inerrance de la Bible est extrêmement importante, parce que la vérité compte. Cette question a des répercussions sur le caractère même de Dieu ; elle est essentielle pour comprendre tout ce que la Bible enseigne. Voici donc quelques raisons pour lesquelles il est impératif de croire en l’inerrance de la Bible.

(1) La Bible elle-même affirme sa propre perfection. « Les paroles de l’Éternel sont des paroles pures, un argent affiné dans un creuset en argile et sept fois épuré. » (Psaumes 12.7) « La loi de l’Éternel est parfaite. » (Psaumes 19.8) « Toute parole de Dieu est pure. » (Proverbes 30.5) Ces revendications de pureté et de perfection sont absolues : il n’est pas dit la Parole de Dieu est « essentiellement » pure ou que les Écritures sont « presque » parfaites. La Bible revendique une perfection totale ne laissant aucune place aux théories de « perfection partielle. »

(2) La Bible forme un tout. Si un journal réputé contenait régulièrement des erreurs, il serait vite discrédité. Cela ne servirait à rien de préciser que toutes les erreurs sont à la page 3. Pour qu’un journal soit fiable, il doit l’être intégralement. De même, si la Bible contient des inexactitudes géologiques, comment pourrait-on se fier à sa théologie ? La Bible entièrement fiable ou ne l’est pas.

(3) La Bible est le reflet de son auteur. Tous les livres le sont. La Bible a été écrite par Dieu lui-même, qui s’est d’auteurs humains, par le processus de l’« inspiration. » « Toute l’Écriture est inspirée de Dieu. » (2 Timothée 3.16) Voir aussi 2 Pierre 1.21 et Jérémie 1.2.

Nous croyons que le Dieu qui a créé l’univers est capable d’écrire un livre. Un Dieu parfait est capable d’écrire un livre parfait. La question n’est donc pas si la Bible contient des erreurs, mais si Dieu peut faire des erreurs. Si la Bible contient des erreurs factuelles, alors Dieu n’est plus omniscient et peut lui-même faire des erreurs. Si la Bible contient des informations erronées, alors Dieu n’est plus vérité, mais il est un menteur. Si la Bible contient des contradictions, alors Dieu est l’auteur de la confusion. Autrement dit, sans l’inerrance biblique, Dieu n’est plus Dieu.

(4) C’est la Bible qui nous juge et non l’inverse. « En effet, la Parole de Dieu […] juge les sentiments et les pensées du cœur. » (Hébreux 4.12) Remarquez le lien entre « le cœur » et « la Parole » car la Parole examine et le cœur est examiné. Rejeter certaines parties de la Parole, pour quelque raison que ce soit, revient à inverser ce processus : nous nous faisons juges et la Parole doit alors se soumettre à nos lumières. Dieu dit pourtant : « Mais toi, homme, qui es-tu pour entrer en contestation avec Dieu ? » (Romains 9.20)

(5) Le message de la Bible est un tout. Il n’est pas un mélange doctrinal à la carte. Beaucoup d’hommes aiment les versets qui disent que Dieu les aime, mais pas ceux qui disent qu’il jugera les pécheurs. Pourtant, nous n’avons pas le droit de prendre ce qui nous plaît dans la Bible et de rejeter le reste. Si, par exemple, la Bible se trompe concernant l’enfer, comment savoir qu’elle dit vrai concernant le ciel, ou quoi que ce soit d’autre ? Si la Bible contient des inexactitudes dans les détails du récit de la création, peut-être les détails qu’elle donne concernant le salut ne sont-ils pas dignes de confiance non plus. Si l’histoire de Jonas est un mythe, peut-être en est-il de même de celle de Jésus. Au contraire, Dieu a dit ce qu’il a dit et la Bible le présente tel qu’il est vraiment. « Ta parole, Éternel, est pour toujours établie dans le ciel. » (Psaumes 119.89)

(6) La Bible est notre seule autorité sur les questions de foi et de vie. Si elle n’est pas fiable, sur quoi fondons-nous notre foi ? Jésus nous demande de lui faire confiance, ce qui implique la confiance en sa Parole. Jean 6.67-69 est un très beau passage : Jésus, qui vient d’être abandonné par beaucoup de ceux qui prétendaient le suivre, se tourne vers les douze Apôtres et leur demande : « Et vous, ne voulez-vous pas aussi vous en aller ? » Simon Pierre répond au nom de tous les disciples : « Seigneur, à qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle ? » Puissions-nous avoir la même confiance en le Seigneur et en sa Parole de vie.

Tout cela ne signifie pas que nous rejetons toute étude approfondie. L’inerrance de la Bible ne signifie pas que nous devons arrêter de réfléchir ou accepter la Bible aveuglément. Nous devons étudier la Parole (2 Timothée 2.15) et ceux qui le font attentivement sont cités en exemple (Actes 17.11). Nous reconnaissons aussi que la Bible contient des passages difficiles et qu’il existe de réelles divergences d’interprétation. Notre but est de nous approcher des Écritures avec référence et le cœur en prière. Si nous tombons sur quelque chose que nous ne comprenons pas, nous prions davantage et étudions les Écritures de manière plus approfondie, puis, si la réponse nous échappe encore, nous reconnaissons humblement nos limites devant la Parole parfaite de Dieu.


Retour à la page d'accueil en français

Pourquoi est-il si important de croire en l’inerrance de la Bible ?