Quelles sont les forces et faiblesses de la théorie prétribulationnaliste de l’Enlèvement (prétribulationnalisme) ?



 


Question : « Quelles sont les forces et faiblesses de la théorie prétribulationnaliste de l’Enlèvement (prétribulationnalisme) ? »

Réponse :
D’un point de vue eschatologique, il est important de garder à l’esprit que presque tous les chrétiens s’accordent sur trois points :
1) il y aura à l’avenir un temps de Tribulation tel que le monde n’en a jamais connu,
2) Jésus-Christ reviendra et
3) les croyants passeront de la mortalité à l’immortalité, lors d’un événement connu sous le nom d’Enlèvement (Jean 14.1-3, 1 Corinthiens 15.51-52, 1 Thessaloniciens 4.16-17). Se pose seulement la question : quand l’Enlèvement aura-t-il lieu par rapport à la Tribulation et au retour de Christ ?

Les trois théories principales à ce sujet sont
• le prétribulationnisme (la croyance que l’Enlèvement aura lieu avant le début de la Tribulation),
• le mitribulationnisme (la croyance que l’Enlèvement aura lieu au milieu de la Tribulation) et
• le post-tribulationnisme (la croyance que l’Enlèvement aura lieu à la fin de la Tribulation).

Cet article développe la thèse prétribulationniste.

Le prétribulationnalisme enseigne que l’Enlèvement surviendra avant le début de la Tribulation. À ce moment-là, l’Église rencontrera Christ dans les airs, puis, peu de temps après, l’Antéchrist se révélera et ce sera le début de la Tribulation. Autrement dit, l’Enlèvement aura lieu au moins sept ans avant le retour de Christ (pour établir son Royaume). D’après cette théorie, l’Église ne subira pas la Tribulation.

La théorie prétribulationnaliste dispose de solides appuis bibliques. Par exemple, l’Église n’est pas destinée à la colère (1 Thessaloniciens 1.9-10, 5.9) et les croyants ne seront pas surpris par le jour du Seigneur (1 Thessaloniciens 5.1-9). L’église de Philadelphie a reçu la promesse qu’elle serait gardée de « l’heure de la tentation qui va venir sur le monde entier » (Apocalypse 3.10). À noter que cette promesse ne dit pas que l’Église sera préservée à travers l’épreuve, mais qu’elle en sera délivrée.

Le prétribulationnalisme dispose aussi d’appuis extra-bibliques. Il est intéressant de noter qu’alors que le terme « Église » est employé dix-neuf fois dans les trois premiers chapitres de l’Apocalypse, il n’apparaît ensuite plus jusqu’au chapitre 22. Autrement dit, ce terme est absent dans toute la longue description de la Tribulation. En fait, ce terme n’est jamais employé dans un passage en lien avec la Tribulation.

Le prétribulationnalisme est la seule théorie qui maintient une distinction claire entre Israël et l’Église, ainsi qu’entre les plans de Dieu pour chacun d’eux. Les soixante-dix « semaines » de Daniel 9.24 sont décrétées pour le peuple de Daniel (les Juifs) et sa ville sainte (Jérusalem). Cette prophétie montre clairement que la soixante-dixième semaine (la Tribulation) sera un temps de purification et de restauration pour Israël et pour Jérusalem, pas pour l’Église.

Il dispose également d’appuis historiques. Jean 21.22-23 semble attester que l’Église primitive croyait que le retour de Christ était imminent, qu’il pouvait revenir à tout moment, d’où la rumeur qu’il reviendrait du vivant de Jean. L’imminence, incompatible avec les deux autres théories de l’Enlèvement, est un élément-clé du prétribulationnalisme.

Enfin, le prétribulationnalisme semble le plus en phase avec le caractère de Dieu et son désir de délivrer les justes du jugement du monde. On peut citer notamment les exemples bibliques de Noé qui a été délivré du Déluge, de Lot qui a été délivré de Sodome et de Rahab qui a été délivrée de Jéricho (2 Pierre 2.6-9).

Le développement assez tardif du prétribulationnalisme, cette doctrine n’ayant été développée de manière détaillée que pendant les années 1800, est parfois perçu comme une faiblesse. Une autre faiblesse de cette théorie est qu’elle divise le retour de Jésus-Christ en deux « phases » : l’Enlèvement et le retour de Christ, que la Bible ne délimite pas clairement.

Une difficulté supplémentaire est qu’il y aura clairement des saints pendant la Tribulation (Apocalypse 13.7, 20.9). Les prétribulationnalistes font la distinction entre les saints de l’Ancien et du Nouveau Testament, et l’Église du Nouveau Testament : les croyants en vie au moment de l’Enlèvement seront enlevés avant la Tribulation, mais certains viendront à Christ pendant la Tribulation.

Une dernière faiblesse de la théorie prétribulationaliste concerne toutes les théories : la Bible ne donne pas de chronologie claire des événements à venir. Les Écritures n’enseignent pas explicitement l’une ou l’autre de ces théories, ce qui permet une diversité d’opinions concernant les temps de la fin et une variété d’harmonisations possibles des diverses prophéties.


Retour à la page d'accueil en français

Quelles sont les forces et faiblesses de la théorie prétribulationnaliste de l’Enlèvement (prétribulationnalisme) ?