Que pouvons-nous apprendre de la vie d'Élisée ?


Question : « Que pouvons-nous apprendre de la vie d'Élisée ? »

Réponse :
Élisée, dont le nom signifie « Dieu sauve », est le successeur d'Élie dans ses fonctions de prophète d'Israël (1 Rois 19.16, 19-21, 2 Rois 5.8). Élie l'a appelé à le suivre en 1 Rois 19.19 et il a passé les prochaines années de sa vie à son service, en tant que protégé, jusqu'à ce qu'Élie soit emporté au ciel. C'est alors qu'il a commencé son ministère, qui a duré 60 ans (vers 892-832 av. J.-C.) et s'étend sur le règne des rois Joram, Jéhu, Joachaz et Joas.

L'appel initial d'Élisée est très instructif. Alors que Dieu venait de manifester sa puissance contre les prophètes de Baal et de faire revenir la pluie après une longue sécheresse, la reine Jézabel a cherché à tuer Élie, qui a pris peur et s'est enfui. Un ange l'a ravitaillé et préparé pour un voyage de quarante jours jusqu'au Mont Horeb, où Élie a reconnu qu'il pensait être le dernier prophète resté fidèle à Dieu. Alors, Dieu lui a demandé de retourner chez lui, d'oindre Hazaël comme roi de Syrie, Jéhu comme roi d'Israël et Élisée comme son successeur en tant que prophète. Il a ajouté : « Celui qui échappera à l'épée de Hazaël, Jéhu le fera mourir, et celui qui échappera à l'épée de Jéhu, Élisée le fera mourir. » (1 Rois 19.17) Enfin, il a rassuré Élie en lui disant qu'il restait encore 7 000 hommes en Israël, qui n'avaient pas fléchi le genou devant Baal.

Élie a obéi à la parole de Dieu et est allé trouver Élisée, qui était en train de labourer son champ avec une paire de bœufs. Il a jeté son manteau sur lui, en signe de transmission de ses responsabilités. Alors, Élisée a laissé ses bœufs pour suivre le prophète en courant. Il lui a demandé de le laisser faire ses adieux à sa famille avant de le suivre. Ensuite, il est retourné en arrière, a tué ses bœufs et s'est servi du bois de l'attelage pour les offrir en sacrifice, puis il a donné la viande à manger au peuple et a suivi Élie pour devenir son serviteur. Élisée a immédiatement répondu à son appel, renonçant entièrement à son ancienne vie, une rupture qu'il marque par le sacrifice de ses bœufs, pour une nouvelle vie de serviteur (1 Rois 19.21).

Élisée aimait Élie comme un père et il a refusé de le quitter avant qu'il ne soit enlevé au ciel, bien qu'il lui ait demandé de le laisser continuer seul. Élie lui a permis de rester à ses côtés et quand il lui a demandé ce qu'il pouvait faire pour lui avant de partir, Élisée lui a demandé une double part de son esprit. Cette requête n'était pas égoïste, mais montre qu'il voulait être considéré comme son fils. Élie lui a répondu que sa requête serait exaucée s'il le voyait monter au ciel. Élisée a effectivement vu le char de feu et les chevaux de feu qui l'ont séparé de son maître et il a vu Élie monter au ciel dans un tourbillon. Après cela, il s'est emparé de son manteau et est retourné sur la rive du Jourdain, où il a frappé l'eau avec le manteau et l'a séparée en deux, comme l'avait fait Élie. Les autres prophètes qui étaient témoins de la scène ont reconnu que l'esprit d'Élie reposait à présent sur Élisée. Ainsi que Dieu l'avait décrété, Élisée allait à présent être son prophète auprès de son peuple (2 Rois 2.1-18).

Comme Dieu l'avait annoncé à Élie sur la montagne, c'est pendant le ministère d'Élisée que le culte organisé de Baal a été éradiqué (2 Rois 10.28). Au cours de son ministère, Élisée a beaucoup voyagé et conseillé des rois, tout en restant proche du peuple et bienveillant envers les Israélites comme envers les étrangers.

Le ministère prophétique d'Élisée comprend beaucoup de récits très connus : il a purifié l'eau de Jéricho (2 Rois 2.19-21), maudit des jeunes qui s'étaient moqués de lui et ont donc été tués par des ours (2 Rois 2.23-25), multiplié l'huile d'une veuve (2 Rois 4.1-7), prophétisé qu'une famille sunamite aisée qui l'hébergeait aurait un fils, puis ressuscité ce fils (2 Rois 4.8-37), retiré le poison d'une marmite de potage (2 Rois 4.38-41), multiplié vingt pains d'orge pour nourrir cent hommes (2 Rois 4.42-44), guéri Naaman de sa lèpre (2 Rois 5) et fait flotter un fer de hache (2 Rois 6.1-7). Les miracles d'Élisée sont essentiellement des actes de soutien et de bénédiction, donc certains ressemblent d'ailleurs fortement à ceux de Christ, notamment la multiplication des pains (Matthieu 16.9-10) et la guérison des lépreux (Luc 17.11-19).

Élisée a conseillé les rois d'Israël. Pendant un temps, il avertissait le roi des agissements du roi de Syrie. Quand celui-ci a découvert que c'était Élisée qui faisait échouer ses plans, il a cherché à le capturer. Son serviteur Guéhazi a pris peur en voyant l'armée syrienne, mais Élisée l'a rassuré : « « N'aie pas peur, car ceux qui sont avec nous sont plus nombreux que ceux qui sont avec eux. » Puis Élisée pria : « Éternel, ouvre ses yeux pour qu'il voie. » L'Éternel ouvrit les yeux du serviteur, et il vit la montagne pleine de chevaux et de chars de feu tout autour d'Élisée. » (2 Rois 6.16-17) Cette scène nous rappelle les chars de feu qui ont emporté Élie au ciel. Ensuite, Élisée a prié que les Syriens sont frappés d'aveuglement et les a menés jusqu'en Samarie, la capitale d'Israël, avant de demander à Dieu de leur ouvrir les yeux. Le roi d'Israël s'est demandé s'il devait tuer les captifs, mais Élisée lui a recommandé de leur préparer un repas de préférence. Après qu'ils ont fini de manger, ils sont retournés auprès de leur maître et les attaques syriennes contre Israël ont cessé. Élisée a également prophétisé d'autres événements d'envergure nationale et internationale concernant Israël et la Syrie.

Élisée est mort pendant le règne du roi Joas, qui lui a rendu visite alors qu'il était malade et a pleuré sur lui. Élisée a demandé à Joas de prendre un arc et des flèches et de tirer par la fenêtre. Quand le roi s'est exécuté, il lui a dit que c'était une flèche de victoire contre les Syriens, de la part de Dieu. Il lui a ensuite demandé de frapper le sol avec les flèches, ce que Joas a fait trois fois. Alors, Élisée s'est mis en colère et lui a dit que s'il avait frappé le sol cinq ou six fois, il aurait vaincu les Syriens jusqu'à les exterminer, alors que maintenant, il ne les battrait que trois fois (2 Rois 13.14-19).

Concernant la mort d'Élisée, 2 Rois 13.20 dit tout simplement : « Élisée mourut et on l'enterra. » La suite du passage parle d'une attaque moabite contre Israël, qui avait lieu chaque printemps : « On était en train d'enterrer un homme quand on aperçut une de ces troupes, et on jeta l'homme dans le tombeau d'Élisée. En touchant les ossements d'Élisée, l'homme reprit vie et se leva sur ses pieds. » (2 Rois 13.21) Il semblerait que Dieu ait choisi de manifester sa puissance à travers son prophète, même après la mort de celui-ci.

Jésus parle d'Élisée en Luc 4.27. Alors que les habitants de Nazareth l'avaient rejeté, il leur a dit : « Je vous le dis en vérité, aucun prophète n'est bien accueilli dans sa patrie » (Luc 4.24) et a ajouté qu'il y avait beaucoup de lépreux en Israël à l'époque d'Élisée, mais que seul Naaman le Syrien a été guéri.

En étudiant la vie d'Élisée, on découvre son humilité (2 Rois 2.9, 3.11), son amour évident pour le peuple d'Israël (2 Rois 8.11-12) et sa fidélité à son ministère tout au long de sa vie. Élisée a répondu à l'appel de Dieu et a suivi Élie fidèlement et avec ardeur. Il croyait en Dieu, lui faisait confiance et le cherchait, si bien que Dieu a pu agir puissamment à travers lui.

English


Retour à la page d'accueil en français

Que pouvons-nous apprendre de la vie d'Élisée ?