settings icon
share icon
Question

Dieu est-il cruel ?

Réponse


Certains athées et agnostiques soutiennent que le Dieu qui est présenté dans la Bible est cruel. En qualifiant Dieu de cruel, ils font appel à nos sensibilités humaines et morales. Le mot cruauté est défini comme « l'indifférence insensible à, ou le plaisir de causer de la douleur et de la souffrance ». La question qui nous attend maintenant est la suivante : Dieu est-il cruel ? Pour répondre par l'affirmative, nous devrions admettre que Dieu ne se soucie pas de la douleur et de la souffrance, ou qu'il aime réellement regarder ses créatures souffrir.

Les athées/agnostiques qui prétendent que Dieu est cruel n’ont pas la tâche facile pour ce qui est de prouver leurs allégations. Ils ne prétendent pas simplement connaître les actions de Dieu ; ils prétendent également connaître suffisamment les circonstances dans lesquelles il a accompli ces actions, ainsi que ses motivations. De plus, ils prétendent connaître l'esprit même de Dieu, lui attribuant les attitudes d'indifférence et/ou de plaisir sadique nécessaires pour le définir comme cruel. Très franchement, c'est aller bien au-delà de ce que tout un chacun est capable de démontrer, puisqu’il est impossible de connaître la pensée de Dieu. « Car mes pensées ne sont pas vos pensées, Et vos voies ne sont pas mes voies, Dit l’Éternel. Autant les cieux sont élevés au-dessus de la terre, Autant mes voies sont élevées au-dessus de vos voies, Et mes pensées au-dessus de vos pensées » (Ésaïe 55:8-9).

Il ne fait aucun doute que Dieu permette et, parfois, cause de la douleur et de la souffrance, mais la bonté de Dieu ne peut être contestée du fait qu'il commette un acte qui nous paraît cruel. Bien que nous ne puissions pas prétendre connaître son raisonnement en toutes circonstances, nous connaissons plusieurs raisons pour lesquelles certaines actions peuvent nous sembler cruelles, surtout si nous ne connaissons pas - ou ne prenons pas la peine de découvrir - les circonstances. En voici quelques unes :

1. Pour infliger une juste punition : si une punition est juste, peut-on dire qu'elle est cruelle ? Ce que les critiques ne comprennent généralement pas, c'est que l'amour de Dieu ne s’en trouve pas diminué lorsqu’il punit les gens. Dieu est capable de porter un jugement sur un groupe de personnes mauvaises afin d'épargner ceux qui lui sont dévoués. Au contraire, permettre au mal et aux méfaits de rester impunis serait cruel et serait la preuve d’une insensibilité envers les victimes. Lorsque Dieu fit fermer la mer Rouge, noyant toute l'armée de Pharaon, il punissait la rébellion de Pharaon contre lui et préservait son peuple élu d'un certain massacre et d'un anéantissement (Exode 14). Des actes répréhensibles qui n’appellent pas de sanction entraînent inévitablement des actes répréhensibles de plus en plus graves, qui ne profitent à personne et nuisent au bien commun. Lorsque Dieu a dit aux Israélites de détruire complètement les ennemis de Dieu, femmes et enfants compris, il savait que les laisser vivre assurerait l'existence de générations futures consacrées à de mauvaises pratiques idolâtres, notamment des sacrifices d'enfants sur les autels de faux dieux.

2. Pour apporter un plus grand bien : Parfois, le bien provenant de la douleur et la souffrance ne peut être provoqué par aucun autre moyen. La Bible nous dit que les épreuves et les difficultés produisent des chrétiens plus forts et meilleurs, et que nous devrions les « considérer comme un sujet de joie complète » (Jacques 1 :2) lorsque nous les rencontrons. Dieu les réalise pour notre bien, afin de nous raffiner comme de l'or dans le feu de l'affliction. L'apôtre Paul considérait sa propre souffrance (coups, lapidations, naufrages, faim, soif, froid, emprisonnements) comme un moyen de s'assurer d’être toujours conscient de sa propre faiblesse, de se souvenir sans cesse que le pouvoir à l'œuvre vient de Dieu, pas de lui-même, et de ne jamais se tromper en s'appuyant sur son propre pouvoir (2 Corinthiens 1 :8-10; 4 :7-12). La justice de Dieu est justifiée lorsqu’il fait éprouver de la douleur et de la souffrance à ceux qui ne croient pas en lui afin de leur démontrer sa miséricorde en de les avertir encore et encore des conséquences du péché. Quand, par leur propre rébellion, ils s'attirent une calamité, c'est une punition, et non de la cruauté. Le fait qu'il laisse autant les rebelles continuer à le défier est plutôt une preuve de sa miséricorde et de sa patience que de sa cruauté.

3. Se glorifier : - Dieu se glorifie en démontrant ses attributs divins. Nous sommes tous d'accord pour dire que quand Il affiche son amour et sa miséricorde, cela nous paraît une bonne chose. Mais puisque chacun de ses attributs est saint et parfait, montrer sa colère et sa fureur sont tout autant un moyen de se glorifier. Et le but ultime, c’est sa gloire, pas la nôtre. Nos cerveaux minuscules et finis ne peuvent même pas l'imaginer adéquatement, et encore moins le remettre en question.

Toutes ces causes de douleur et de souffrance sont nobles, dignes et valables. Contrairement aux affirmations des sceptiques, il y a de bonnes raisons pour que Dieu permette le mal et la souffrance dans ce monde. Nous avons le privilège de connaître certaines de ces raisons, mais nous ne savons pas toujours pourquoi Dieu permet le mal et la souffrance. Faire confiance à Dieu sans en connaître les raisons n'est pas un acte de foi aveugle. Au contraire, nous lui faisons confiance pour les choses que nous ne comprenons pas parce que nous voyons sa fidélité dans les actions que nous comprenons.

Si nous lisons la Bible attentivement, plutôt que de voir Dieu agir par cruauté, nous le voyons agir par amour pour nous. Par exemple, le livre de Job est souvent cité comme un exemple des actions sadiques de Dieu contre un homme innocent. Le livre déclare que Job était innocent de la souffrance qui s'est abattue sur lui, ce qui semble donner raison à la cause athée. Mais prétendre que cela prouve que Dieu est sadique trahit une compréhension très superficielle du livre de Job.

Au Proche-Orient à l'époque des patriarches, une croyance bien répandue était que Dieu bénissait toujours les justes et faisait souffrir les injustes. Le livre de Job est une polémique contre cette théologie et un recentrage du point de vue de l'homme sur la justice de Dieu. Nous devons comprendre que Dieu ne se limite pas à utiliser la souffrance comme moyen de rétribution. Il l'utilise aussi pour arracher les gens aux choses terrestres qui les attirent si facilement. De plus, Job rapproche les gens de la compréhension de l'œuvre expiatoire de Dieu sur la croix. Si l'humanité continuait à penser que Dieu ne pouvait pas permettre à un homme innocent de souffrir, alors nous aurions manqué le plan de Dieu pour racheter le monde. Car Dieu a permis la souffrance d'un homme parfaitement innocent (Jésus-Christ) afin d'amener les siens au salut. Ainsi, ce livre de Job finit par être une contribution inestimable à l'histoire de la rédemption.

En résumé, le sceptique a beaucoup à prouver en affirmant que les actions de Dieu sont caractérisées par la cruauté. Dans le contexte, les passages bibliques qui semblent dépeindre Dieu comme cruel ne font en réalité rien de tel. En fait, avec une bonne compréhension des Écritures, nous voyons que les actions de Dieu sont toujours motivées par son caractère saint et parfait et sont en cohérence avec ce dernier.

English



Retour à la page d'accueil en français

Dieu est-il cruel ?
Partager cette page Facebook icon Twitter icon Pinterest icon Email icon
© Copyright Got Questions Ministries