Pourquoi devons-nous confesser nos péchés s’ils sont déjà pardonnés (1 Jean 1.9) ?



 


Question : « Pourquoi devons-nous confesser nos péchés s’ils sont déjà pardonnés (1 Jean 1.9) ? »

Réponse :
L’Apôtre Paul a écrit : « Pour que nous célébrions la gloire de sa grâce, dont il nous a comblés dans le bien-aimé. En lui, par son sang, nous sommes rachetés, pardonnés de nos fautes, conformément à la richesse de sa grâce. Dieu nous l’a accordée avec abondance, en toute sagesse et intelligence. » (Éphésiens 1.6-8) Il s’agit d’une référence au salut, par lequel Dieu a pris nos péchés et les a éloignés de nous « autant l’orient est éloigné de l’occident » (Psaumesss 103.12). Il s’agit du pardon judiciaire, que Dieu nous donne au moment où nous acceptons Jésus-Christ comme notre Sauveur. Tous nos péchés passés, présents et futurs sont pardonnés sur le plan judiciaire et nous ne subirons donc pas de jugement éternel pour nos péchés, mais nous continuons souvent à subir les conséquences de nos péchés pendant notre vie sur terre, d’où la question que nous nous posons.

La différence entre Éphésiens 1.6-8 et 1 Jean 1.9 est que Jean parle du pardon « relationnel », ou « familial », comme un père qui pardonne à son fils. Si le fils fait du tort à son père, ne répond pas à ses attentes ou ne respecte pas ses règles, leur relation est entravée. Il est toujours le fils de son père, mais leur relation en pâtit, jusqu’à ce que le fils reconnaisse qu’il a mal agi. Il en est de même avec Dieu : notre communion avec lui est interrompue jusqu’à ce que nous lui confessions notre péché. Alors, elle est restaurée. C’est le pardon relationnel.

Tous les croyants en Christ ont reçu le pardon judiciaire. En tant que membres du corps de Christ, tous nos péchés passés, présents et futurs sont pardonnés. Le prix payé par Christ à la croix a apaisé la colère de Dieu contre le péché et aucun autre sacrifice ou paiement n’est plus exigé. C’est ce que Jésus voulait dire par : « Tout est accompli. » Notre pardon judiciaire a été obtenu à la croix.

La confession de nos péchés nous évite la correction du Seigneur. Si nous ne confessons pas nos péchés, nous pouvons être certains que le Seigneur nous corrigera jusqu’à ce que nous le fassions. Comme nous l’avons déjà expliqué précédemment, nos péchés sont pardonnés au moment de notre salut (pardon judiciaire), mais notre communion quotidienne avec Dieu doit être maintenue (pardon relationnel). Une bonne communion avec Dieu n’est pas possible si nous gardons des péchés non confessés dans nos vies. Nous devons donc confesser nos péchés à Dieu dès que nous en prenons conscience afin de conserver notre intimité avec lui.


Retour à la page d'accueil en français

Pourquoi devons-nous confesser nos péchés s’ils sont déjà pardonnés (1 Jean 1.9) ?