Que dit la Bible des vœux et des serments ?



 


Question : « Que dit la Bible des vœux et des serments ? »

Réponse :
Il y a environ 30 références bibliques aux vœux, dont la plupart se trouvent dans l’Ancien Testament. Les livres du Lévitique et des Nombres parlent plusieurs fois des vœux en lien avec les offrandes et les sacrifices. Pour les Israélites, ne pas s’acquitter d’un vœu, surtout envers Dieu, était lourd de conséquences.

L’histoire de Jephthé illustre l’absurdité des vœux faits sans en comprendre les conséquences. Avant de mener les Israélites au combat contre les Ammonites, Jephthé, que le texte biblique décrit comme un vaillant guerrier, a fait le voeu de donner au Seigneur la première chose qui viendrait à sa rencontre lorsqu’il reviendrait victorieux. Après que le Seigneur lui ait accordé la victoire, c’est sa fille qui est venue la première à sa rencontre. Jephthé s’est alous souvenu de son vœu et l’a offerte en sacrifice à Dieu (Juges 11.29-40). Un autre article aborde la question de savoir s’il aurait dû accomplir ce vœu. En tout cas, ce récit illustre l’absurdité de faire des vœux inconsidérément.

C’est peut-être pour cela que Jésus nous a donné un nouveau commandement concernant les vœux : « Vous avez encore appris qu’il a été dit aux anciens : Tu ne violeras pas ton serment, mais tu accompliras ce que tu as promis au Seigneur. Mais moi je vous dis de ne pas jurer du tout, ni par le ciel, parce que c’est le trône de Dieu, ni par la terre, parce que c’est son marchepied, ni par Jérusalem, parce que c’est la ville du grand roi. Ne jure pas non plus par ta tête, car tu ne peux pas rendre blanc ou noir un seul cheveu. Que votre parole soit « oui » pour oui, « non » pour non ; ce qu’on y ajoute vient du mal. » (Matthieu 5.33-37)

Le principe est clair : les chrétiens ne doivent pas faire de vœux, ni à Dieu, ni les uns aux autres. D’abord, nous ne savons pas avec certitude si nous pourrons les tenir. À cause de notre nature déchue, nous commettons facilement des erreurs de jugement, si bien que nous pouvons faire des vœux absurdes ou inconsidérés. De plus, Dieu seul sait ce que l’avenir nous réserve. Nous ne savons pas ce qui adviendra de nous demain (Jacques 4.14) et faire un vœu pour l’avenir est donc déraisonnable. C’est Dieu qui est aux commandes, pas nous, et « tout contribue au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés conformément à son plan » (Romains 8.28). Sachant cela, faire des vœux montre que nous manquons de confiance en lui. Enfin, Jésus nous demande de tenir parole même sans vœu : quand nous disons oui ou non, nous devons le penser. Ajouter un voeu ou un serment à notre parole nous ouvre à l’influence de Satan, qui veut nous prendre au piège et compromettre notre témoignage chrétien.

Si nous avons fait un vœu inconsidéré avant de prendre conscience que nous ne pourrions pas le tenir, nous devons le confesser à Dieu en sachant qu’il est « fidèle et juste pour nous […] pardonner et pour nous purifier de tout mal. » Rompre un vœu est grave, mais pas impardonnable si on le confesse au Seigneur d’un cœur sincère. Dieu ne nous demande pas de tenir un vœu déraisonnable, mais il veut que nous obéissions à Jésus et nous abstenions dorénavant de vœux.


Retour à la page d'accueil en français

Que dit la Bible des vœux et des serments ?