Que dit la Bible de la douleur ?



 


Question : « Que dit la Bible de la douleur ? »

Réponse :
Le terme « douleur » apparaît sous diverses formes au moins 70 fois dans les Écritures. Sa première mention décrit l’origine des douleurs de l’enfantement : « Il dit à la femme : « J’augmenterai la souffrance de tes grossesses. C’est dans la douleur que tu mettras des enfants au monde. Tes désirs se porteront vers ton mari, mais lui, il dominera sur toi. » » (Genèse 3.16) Le contexte de ce verset est le péché d’Adam et d’Ève, dont les douleurs de l’enfantement sont une conséquence. À cause du péché, le monde a été maudit et la mort y est entrée (Romains 5.12). On peut donc conclure que la douleur fait partie des conséquences du péché originel.

La Bible ne le mentionne pas, mais la médecine nous apprend que la douleur a aussi des aspects positifs : elle nous montre quand nous avons besoin d’aide médicale. L’absence de douleur est un des syndromes de la lèpre. Sans douleur, les enfants n’apprendraient jamais que toucher une plaque chauffante n’est pas une bonne idée et nous ne saurions pas si nous sommes atteints d’une maladie grave. Jacques exprime un autre aspect positif de la douleur, d’un point de vue spirituel : « Mes frères et sœurs, considérez comme un sujet de joie complète les diverses épreuves auxquelles vous pouvez être exposés, sachant que la mise à l’épreuve de votre foi produit la persévérance. » (Jacques 1.2-3) Il veut dire que quand nous sommes éprouvés, nous pouvons nous réjouir de savoir que Dieu est à l’œuvre en nous, afin de nous apprendre la persévérance et de nous rendre davantage semblables à Christ. Cela vaut aussi bien pour la douleur physique, mentale, émotionnelle et spirituelle.

La douleur est aussi une occasion d’expérimenter la grâce de Dieu. Paul écrit : « et il m’a dit : « Ma grâce te suffit, car ma puissance s’accomplit dans la faiblesse. » Aussi, je me montrerai bien plus volontiers fier de mes faiblesses afin que la puissance de Christ repose sur moi. » (2 Corinthiens 12.9) Il parle ici d’une « écharde dans le corps » qui le faisait souffrir. Nous ne savons pas de quoi il s’agissait, mais en tout cas, elle était douloureuse. Il a compris que la grâce de Dieu lui permettait de persévérer. Dieu donne à ses enfants la grâce de supporter la douleur.

Mais la meilleure des nouvelles est que Jésus est mort à notre place, pour nos péchés : « Christ aussi a souffert, et ce une fois pour toutes, pour les péchés. Lui le juste, il a souffert pour des injustes afin de vous conduire à Dieu. Il a souffert une mort humaine, mais il a été rendu à la vie par l’Esprit. » (1 Pierre 3.18) Par la foi en lui, Dieu nous donne la vie éternelle, avec toutes sortes de bénédictions, notamment celle-ci : « Il essuiera toute larme de leurs yeux, la mort ne sera plus et il n’y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car ce qui existait avant a disparu. » (Apocalypse 21.4) La douleur fait partie de la vie dans un monde déchu et marqué par le péché, mais elle passera quand ceux qui auront mis leur foi en Christ seront au ciel avec lui pour l’éternité.

Pour résumer, la douleur est désagréable, mais nous pouvons remercier Dieu pour elle, parce qu’elle nous avertit que quelque chose ne va pas dans notre corps. Elle nous fait aussi réflechir aux conséquences du péché et nous pousse à exprimer notre reconnaissance à Dieu de nous avoir sauvés. Nos moments de douleur sont une très bonne occasion de comprendre que Jésus a subi une douleur physique et émotionnelle atroce pour nous. Rien de ce que nous pouvons souffrir ne peut être comparé à sa crucifixion, qu’il a subie volontairement pour nous racheter et glorifier son Père.


Retour à la page d'accueil en français

Que dit la Bible de la douleur ?