Que dit la Bible de l'auto-défense ?


Question : « Que dit la Bible de l'auto-défense ? »

Réponse :
La Bible ne donne pas d'enseignement complet sur l'auto-défense. Certains passages semblent entendre que les enfants de Dieu doivent être pacifistes (Proverbes 25.21-22, Matthieu 5.39, Romains 12.17), tandis que d'autres passages approuvent une certaine mesure d'auto-défense. Dans quelles circonstances avons-nous le droit de nous défendre ?

La bonne manière de se défendre est une question de sagesse, de discernement et de tact. En Luc 22.36, Jésus dit à ses disciples : « que celui qui n'a pas d'épée vende son vêtement et en achète une ». Il savait qu'ils seraient à présent menacés, alors il a affirmé leur droit de se défendre. Peu de temps après, quand il a été arrêté, Pierre a saisi son épée et coupé une oreille, mais Jésus l'a repris pour ce geste (versets 49-51). Pourquoi ? Dans son zèle pour défendre son Seigneur, il faisait obstacle à la volonté de Dieu. Jésus avait averti ses disciples plusieurs fois qu'il serait arrêté, jugé et condamné à mort (par ex. Matthieu 17.22-23). Pierre a donc manqué de sagesse dans cette situation. Nous avons besoin de sagesse pour savoir quand nous défendre et quand nous en abstenir.

Exode 22 nous offre un bref aperçu de ce que Dieu pense de l'auto-défense : « Si un voleur est surpris en train de commettre un vol avec effraction, qu'il soit frappé et qu'il meure, on ne sera pas coupable de meurtre envers lui ; toutefois si le soleil est levé, on sera coupable de meurtre envers lui. » (Exode 22.2-3) Ce passage enseigne deux principes fondamentaux : le droit à la propriété privée et le droit de défendre ses biens. Le plein exercice de son droit à l'auto-défense dépend néanmoins de la situation. Nous ne devons pas recourir trop vite à la force contre quelqu'un, même s'il nous veut du mal. Si quelqu'un était surpris par un voleur au milieu de la nuit et le tuait dans la confusion du moment, la Loi ne le considérait pas comme coupable de meurtre, mais si cela arrivait en plein jour, alors qu'il ne dormait pas, alors il était coupable. D'après la Loi, un propriétaire ne devait pas être trop prompt à tuer ou attaquer un voleur qui s'était introduit dans sa maison. Dans les deux cas, il pouvait s'agir d'auto-défense, mais il ne devrait recourir à la force létale qu'en ultime recours, en cas d'attaque surprise qui le prenait de court. En cas d'attaque nocturne, la Loi accordait le bénéfice du doute au propriétaire. Même pour se défendre contre un voleur, une personne pieuse doit d'abord chercher à arrêter son agresseur avant de vouloir le tuer.

Paul s'est défendu un certain nombre de fois, mais toujours de manière non violente. Alors qu'il était sur le point d'être fouetté par les Romains à Jérusalem, il a calmement averti le centurion qu'il était citoyen romain. Les autorités en ont été immédiatement informées et ont commencé à le traiter différemment, conscientes qu'elles avaient violé la loi romaine en le faisant enchaîner. Il s'est défendu d'une manière semblable à Philippes après avoir été fouetté, afin d'obtenir des excuses officielles de la part de ceux qui avaient porté atteinte à ses droits (Actes 16.37-39).

La veuve de la parabole du juge inique a persévéré à la porte du juge en le suppliant : « Rends-moi justice contre ma partie adverse. » (Luc 18.3) Elle a refusé d'abandonner et de laisser son ennemi abuser d'elle, mais elle s'est défendue par les moyens à sa disposition.

L'enseignement de Jésus de « tend[re] l'autre [joue] » (Matthieu 5.39) concerne notre réaction aux offenses et affronts personnels. Dans certaines situations, nous pourrons être amenés à nous défendre, mais jamais à nous venger. Le contexte montre que Jésus critique l'enseignement « œil pour œil et dent pour dent » (verset 38). Se défendre n'est pas se venger. Beaucoup d'offenses peuvent d'ailleurs être tout simplement surmontées par l'amour et la patience.

La Bible n'interdit pas l'auto-défense et les croyants ont le droit de se défendre, eux-mêmes et leurs familles, mais cela ne veut pas dire que nous devons forcément le faire, quelle que soit la situation. Si nous lisons la Parole de Dieu afin de connaître son cœur et que nous dépendons de la « sagesse d'en haut » (Jacques 3.17), cela nous aidera à réagir de la meilleure manière, quelle que soit la situation.

English


Retour à la page d'accueil en français

Que dit la Bible de l'auto-défense ?