Pourquoi Dieu nous a-t-il donné quatre évangiles ?




Question : "Pourquoi Dieu nous a-t-il donné quatre évangiles ?"

Réponse :
Voici quelques-unes de raisons pour lesquelles Dieu nous a donné quatre évangiles au lieu d’un seul.

1. Pour donner un portrait plus complet du Christ
La totalité de la Bible étant inspirée par Dieu (2 Timothée 3 : 16), Dieu s'est en réalité servi d’auteurs humains qui venaient d’horizons très divers, avec des personnalités très différentes, pour réaliser Ses objectifs au travers de leurs récits. Chacun des auteurs évangéliques avait un objectif précis derrière son évangile. Par la mise en œuvre de cet objectifs, chacun a souligné différents aspects de la personne et du ministère de Jésus-Christ.

Matthieu s’adressait à un public hébreu et un des buts de l’évangéliste était de montrer, à partir de la généalogie de Jésus et de l’accomplissement des prophéties, qu’Il était bien le Messie tant attendu et pouvoir ainsi convaincre les gens de Le croire. Matthieu met surtout en avant que Jésus est le Roi promis, le « Fils de David » qui sera pour toujours assis sur le trône d’Israël (Matthieu 9 : 27 ; 21 : 9).

Marc, un cousin de Barnabas (Colossiens 4 : 10), était lui un témoin visuel des événements de la vie de Christ et aussi un ami de l’apôtre Pierre. Marc, lui, s’adressait à un public de Gentils. Ceci se voit parce qu'il ne donne pas de détails sur ce qui compte aux yeux des Juifs (les généalogies, les polémiques entre Christ et les leaders juifs de son époque, les citations fréquentes de l’Ancien Testament, etc.). Marc met en valeur Christ comme le Serviteur Souffrant, Celui qui est venu non pour être servi mais pour servir et donner sa vie en rançon pour la multitude (Marc 10 : 45).

Luc, « le médecin bien-aimé » (Colossiens 4 : 14 KJV), évangéliste et compagnon de l’apôtre Paul, a écrit à la fois l’Evangile de Luc et les Actes des Apôtres. Luc est le seul auteur Gentil du Nouveau Testament. Il a depuis toujours été considéré comme un brillant historien et un enseignant par tous ceux qui ont utilisé ses écrits dans le cadre de leurs études géologiques et historiques. Comme historien, il déclare vouloir rendre compte de la vie du Christ de façon chronologique et selon les témoins oculaires (Luc 1 : 1-4). S'adressant personnellement à Théophile, apparemment un Gentil de haut rang, Luc a écrit son évangile en tenant compte du fait qu'il s'adressait à un public de Gentils; son objectif principal a donc été de montrer que la foi d’un chrétien est fondée sur des événements historiquement avérés et vérifiables. Luc fait souvent référence au « Fils de l’Homme », mettant ainsi en avant Son humanité, donnant de nombreux détails qui ne figurent pas dans les autres évangiles.

Le livre de Jean, écrit par l’Apôtre, est différent des trois autres évangiles et possède un contenu théologique plus dense sur la personne du Christ et sur le sens de la foi. Les évangiles de Matthieu, Marc, et Luc sont appelés « les Evangiles synoptiques » parce que leurs styles et leur contenu sont très proches et qu’ils retracent dans les grandes lignes la vie de Christ. L’évangile de Jean, lui, ne commence ni par la naissance ni par le ministère terrestre de Jésus : il relate d'abord l'activité et les caractéristiques du Fils de Dieu avant qu’Il ne devienne un homme (Jean 1 : 14). L’évangile de Jean souligne la divinité du Christ, comme nous pouvons le voir dans l’utilisation de phrases telles que « La Parole était Dieu » (Jean 1 : 1), « le Sauveur du Monde » (Jean 4 : 42), le « le Fils de Dieu » (répété plusieurs fois) et «Mon Seigneur et ….. Mon Dieu (Jean 20 : 28). Dans l’évangile de Jean, Jésus affirme aussi sa divinité avec plusieurs « Je suis ». Le plus significatif d’entre eux se trouve dans Jean 8 : 58 où Il déclare : « Avant qu’Abraham fût, Je suis » (comparer avec Exode 13-14). Mais Jean insiste aussi sur l’humanité de Jésus, souhaitant dénoncer ainsi l’erreur d’une secte religieuse de son époque, les Gnostiques, qui ne croyaient pas à l'humanité de Christ. L’évangile de Jean mentionne très clairement le but dans lequel il a été écrit : « Jésus a fait encore, en présence de ses disciples, beaucoup d’autres miracles qui ne sont pas décrits dans ce livre. Mais ces choses ont été écrites afin que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et qu’en croyant vous ayez la vie en son Nom » (Jean 20, 30-31).

En possession donc de quatre versions distinctes mais tout aussi exactes de la vie du Christ, les différents aspects de Sa personne et de Son ministère nous sont ainsi révélés. Chaque récit devient alors comme un fil de coloris différents, tissés ensemble sur une tapisserie pour former un tableau plus complet de Celui qui échappe à toute description. Bien que nous ne pourrons jamais totalement comprendre tout ce qui concerne le Christ (Jean 20-30), au travers des quatre évangiles qui nous ont été transmis néanmoins nous en savons assez sur Lui pour pouvoir reconnaître qui Il est et ce qu’Il a fait pour nous afin que nous puissions avoir la vie par le moyen de la foi en Lui.

2. Pour nous permettre de vérifier de façon objective la véracité de leurs affirmations
La Bible a affirmé très tôt qu’un jugement contre quelqu'un ne pouvait être prononcé par un tribunal sur la déposition d'un seul témoin oculaire mais sur celle d’au moins deux ou trois personnes. De même, ayant plusieurs points de vue sur la personne du Christ et Son ministère, il nous est possible d’attester de la véracité de l’information que nous avons sur Lui.

Simon Greanleaf, une autorité très reconnue et très appréciée dans le domaine des preuves qui sont recevables devant un tribunal, a examiné les quatre évangiles d'un point de vue strictement juridique. Il en a conclu que le type de récits rapportés dans les évangiles par des témoins oculaires – récits qui concordent mais où chaque auteur choisit de soustraire ou d’ajouter des détails différents des autres – présentait les mêmes caractéristiques que des sources fiables et indépendantes qui pouvaient être acceptées comme preuve importante devant une cour de justice. Si les évangiles avaient été identiques - avec les mêmes informations, les mêmes détails rapportés, la même perspective – cela aurait pu induire qu’il y avait eu connivence, c’est-à-dire que les évangélistes se seraient mis d’accord à l’avance pour que leur histoire tienne debout et qu’elle semble crédible. Les différences entre les évangiles, même les apparentes contradictions de détails dans une première approche, prouvent la nature indépendante de tous ces récits. Ainsi la nature indépendante des récits des quatre évangiles parfaitement concordantes au niveau des informations qu’ils nous transmettent, mais différente dans leur perspective (dans le nombre de détails donnés ou encore dans les événements rapportés) démontrent bien que le souvenir que nous avons de la vie du Christ et de Son ministère dans les évangiles sont bien factuels et totalement fiables.

3. Récompenser ceux qui sont des chercheurs perspicaces
Beaucoup peut être acquis par une étude personnelle de chacun des Evangiles. Mais peut-être pouvons-nous tirer encore davantage d’une comparaison et d’un contraste entre les différents récits des événements du ministère de Christ. Par exemple, dans Matthieu 14, nous est rapporté le récit de la nourriture distribuée aux cinq mille hommes et la marche de Jésus sur les eaux. Dans Matthieu 14 : 22, il nous est dit que Jésus « obligea les disciples à monter dans la barque et à passer avant Lui de l’autre côté, pendant qu’il renverrait la foule ». On peut se poser la question : Pourquoi fit Il cela ? Rien ne nous est dit à ce sujet dans le texte de Matthieu. Mais lorsque nous le comparons avec Marc 6, nous voyons que les disciples revenaient tout juste de chasser des démons et de guérir des gens par l’autorité qu’Il leur avait transmise quand Il les avait envoyés deux par deux. Mais ils en étaient revenus avec « la grosse tête », oubliant leur véritable place, et quasiment prêts à Lui donner des instructions (Matthieu 14 : 15). En les renvoyant ainsi, le soir de l’autre côté de la mer de Galilée, Jésus leur révèle deux choses. Alors qu’ils luttaient contre le vent et les flots s’appuyant sur leurs propres forces jusqu’aux premières heures de la matinée (Marc 6 : 48-50), ils ont commencé à comprendre que : 1) par eux-mêmes ils ne pouvaient rien faire sans Dieu ; 2) rien ne leur est impossible s’ils font appel à Lui et s’ils vivent dépendants de sa Puissance. Il est ainsi de nombreux passages contenant des « perles » semblables à trouver par des étudiants attentifs de la Parole de Dieu et prenant le temps de comparer l’Ecriture à l’Ecriture.


Retour à la page d’accueil Français

Pourquoi Dieu nous a-t-il donné quatre évangiles ?