Première Epître de Jean



Auteur : La première, la seconde et la troisième Epître de Jean ont été, depuis le début, attribuées à l’apôtre Jean, qui a aussi écrit l’Evangile de Jean. Le contenu, le style et le vocabulaire utilisés semblent confirmer la conclusion que ces trois Epîtres étaient adressées aux mêmes destinataires que l’Evangile de Jean.

Date de rédaction : la première Epître de Jean a vraisemblablement été écrite entre 85 et 95 après J.-C.

L’objectif du livre : la première Epître de Jean ressemble à un résumé ou à une récapitulation qui sous-entend que le lecteur a déjà eu la connaissance de l’Evangile de Jean, qui parle avec certitude de leur foi en Christ. La première Epître indique que ses lecteurs étaient confrontés à une erreur doctrinale appelée gnosticisme, qui devint un problème plus sérieux au deuxième siècle. L’enseignement de cette philosophie était que la matière est mauvaise alors que l’esprit est bon. La solution trouvée à cette dichotomie, était la connaissance ou ‘gnose’ par laquelle l’homme s’élève de la vie terrestre ordinaire, vers la vie spirituelle. Mélangée au message de l’Evangile, cette philosophie engendra deux théories erronées concernant la personne de Christ : le docétisme — qui considérait Jésus, dans son aspect physique humain, comme un esprit ou un fantôme — et le cérinthianisme (enseigné par un homme nommé Cérinthus) — qui considérait que Jésus avait une double personnalité, parfois humaine et parfois divine. L’objectif clé de cette première Epître de Jean est de redéfinir et de rétablir les limites du contenu de la vraie foi, et de donner aux chrétiens l’assurance de leur salut.

Versets-clés : 1 Jean 1 :9 : « Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité. »

I Jean 3 :6 : « Quiconque demeure en lui ne pratique pas le péché ; quiconque pratique le péché ne l’a pas vu et ne l’a pas connu. »

I Jean 4 :4 : « Vous, petits-enfants, vous êtes de Dieu, et vous les avez vaincus, parce que celui qui est en vous est plus grand que celui qui est dans le monde. »

I Jean 5 :13 : « Je vous ai écrit ces choses, afin que vous sachiez que vous avez la vie éternelle, vous qui croyez au nom du Fils de Dieu. »

Le mot clé ici est le verbe ‘connaître’, avec les termes qui lui sont relatifs, et qui se retrouvent au moins 20 fois dans cette Première Epître de Jean.

Résumé succinct : Un des gros problèmes dans l’Eglise naissante était la présence de faux docteurs (qui enseignaient de fausses doctrines). Parce qu’il n’existait pas de Nouveau Testament complet auquel les chrétiens pouvaient se référer, beaucoup d’églises furent victimes de ces prétentieux qui enseignaient leurs idées propres et se présentaient comme des leaders. Jean écrivit cette lettre pour rétablir la vérité sur les choses importantes, particulièrement en ce qui concernait l’identité de Jésus-Christ.

Parce que cette Epître de Jean traitait des fondements de la foi en Christ, elle a permis à ses lecteurs de réfléchir honnêtement sur leur foi. Elle les a aidés à répondre à la question : sommes-nous de véritables croyants (chrétiens) ? Jean leur répondit qu’ils pourraient en juger d’après leurs actes. S’ils s’aimaient les uns les autres, c’était une évidence de la présence de Dieu dans leurs vies. Mais, s’ils se mordaient les uns les autres et se querellaient sans cesse, ou s’ils étaient égoïstes et ne s’inquiétaient pas les uns des autres, cela trahissait le fait qu’en définitive ils ne connaissaient pas Dieu.

Cela ne signifiait pas qu’ils devaient être parfaits. Jean reconnaissait aussi que la foi impliquait la nécessité d’admettre ses péchés et de rechercher le pardon de Dieu. Dépendre de Dieu pour nous laver de notre culpabilité, ainsi que reconnaître nos torts ouvertement envers les autres, étaient tous deux importants pour apprendre à connaître Dieu.

Connexions : Un des passages les plus cités concernant le péché se trouve en 1 Jean 2 :16. Dans ce passage, Jean décrit les trois aspects du péché, qui rappellent les premières tentations, les plus consternantes et les plus lourdes de conséquences que l’on trouve dans toutes les Ecritures. Le premier péché — la désobéissance d’Eve— résultait du fait d’avoir cédé aux trois mêmes tentations que nous trouvons en Genèse 3 :6 : la convoitise de la chair (’’bon à manger’’), la convoitise des yeux (’’agréable à la vue’’), et l’orgueil de la vie (’’précieux pour ouvrir l’intelligence’’).

Application à notre vie : La Première Epître de Jean est un livre d’amour et de joie. Il exprime la communion que nous avons les uns avec les autres et avec Jésus-Christ. Il différentie le bonheur, qui est éphémère, de la vraie joie dont cette épître de Jean nous enseigne la voie. Si nous considérons sérieusement les paroles de Jean et les mettons en pratique dans notre vie quotidienne, nous connaîtrons l’amour vrai, l’engagement, la communion et la joie auxquels nous aspirons tant.

L’apôtre Jean connaissait bien Christ. Il nous dit que nous pouvons tous avoir cette relation étroite et intime avec Jésus-Christ. Nous avons le témoignage d’hommes qui avaient un contact direct et personnel avec Lui. Les auteurs des Evangiles présentent leur témoignage, solidement fondé sur une réalité historique. Maintenant, quel rapport cela a-t-il aujourd’hui avec notre vie ? Ce témoignage nous explique que Jésus est venu en tant que Fils de Dieu, pour créer une relation avec nous, basée sur sa grâce, sa miséricorde, son amour et son acceptation. Bien souvent, les gens pensent que Jésus est quelque part sur une autre planète, et qu’il ne s’intéresse pas à nos luttes, nos problèmes et nos inquiétudes de chaque jour. Mais Jean nous dit que Jésus est là, avec nous, à la fois dans les choses simples et banales de nos vies et dans les choses complexes, et celles qui déchirent nos cœurs et nos âmes. Jean témoigne de ses expériences personnelles, comme quoi Dieu s’est fait chair et a vécu parmi nous. Cela signifie que Christ est venu ici pour vivre avec nous, et Il vit encore et toujours avec nous, «Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde » (Matthieu 28 :20). Tout comme Jésus a marché sur cette terre aux côtés de Jean, il marche aussi chaque instant de chaque jour avec nous. Nous devons appliquer cette vérité à nos vies et vivre comme si Jésus se tenait là debout près de nous, chaque instant de chaque jour. Si nous mettons cette vérité en pratique, Christ imprimera sa sainteté dans nos vies, et nous rendra de plus en plus semblables à Lui.


Retour à la page Résumé/vue d’ensemble du Nouveau Testament

Première Epître de Jean