Le livre des Juges



Auteur : Le livre des Juges ne mentionne pas spécifiquement le nom de son auteur. D’après la tradition, le prophète Samuel fut l’auteur de ce livre. Des éléments internes au livre, indiquent que l’auteur du livre des Juges a vécu juste après la période des Juges. Samuel correspond à cette description.

Date de rédaction : Le livre des Juges fut probablement écrit entre 1045 et 1000 avant Jésus-Christ.

L’objectif du livre : Le livre des Juges peut être divisé en deux sections :

1) chapitres 1 à 16, qui nous racontent les guerres de délivrance, à commencer par la victoire des Israélites sur les cananéens et en finissant par la défaite des philistins et la mort de Samson.

2) chapitres 17 à 21, qui sont considérés comme une annexe ou un complément au livre et est sans relation avec les chapitres précédents. Ces chapitres sont reconnus comme une période où « en ce temps-là, il n’y avait point de roi en Israël » (Juges 17 :6 ; 18 :1 ; 19 :1 ; 21 :25). A l’origine, le livre de Ruth faisait partie du livre des Juges, mais en 450 après Jésus-Christ, il fut retiré pour devenir un livre à part entière.

Versets-clés : Juges 2 :16-19 : « l’Eternel suscita des juges, afin qu’ils les délivrent de la main de ceux qui les pillaient. Mais il n’écoutèrent pas même leurs juges, car ils se prostituèrent à d’autres dieux, se prosternèrent devant eux. Ils se détournèrent promptement de la voie qu’avaient suivie leurs pères, et ils n’obéirent point comme eux aux commandements de l’Eternel. Lorsque l’Eternel leur suscitait des juges, l’Eternel était avec le juge, et il les délivrait de la main de leurs ennemis pendant toute la vie du juge ; car l’Eternel avait pitié de leurs gémissements contre ceux qui les opprimaient et les tourmentaient. Mais, à la mort du juge, ils se corrompaient de nouveau plus que leurs pères, en allant après d’autres dieux pour les servir et se prosterner devant eux, et ils persévéraient dans la même conduite et le même endurcissement. »

Juges 10 :15 « Les enfants d’Israël dirent à l’Eternel : nous avons péché ; traite-nous comme il te plaira. Seulement, daigne nous délivrer aujourd’hui ! »

Juges 21 :25 « En ce temps-là, il n’y avait point de roi en Israël. Chacun faisait ce qui lui semblait bon. »

Résumé succinct : Le livre des Juges est un récit tragique de la façon dont Yahwé (l’Eternel) était considéré : il était plus ou moins ignoré et leur relation avec lui négligée par ses enfants, année après année, siècle après siècle. Le livre des Juges est un triste contraste avec le livre de Josué, qui rapporte les bénédictions que l’Eternel déversait sur les Israélites pour leur obéissance à Dieu en faisant la conquête du pays. Dans le livre des Juges, ils furent désobéissants et idolâtres, ce qui les entraîna vers de nombreuses défaites. Pourtant, Dieu ne manqua jamais d’ouvrir les bras avec amour à son peuple chaque fois qu’il se repentait de ses mauvaises voies et qu’il priait l’Eternel (Juges 2 :18). Pendant le règne des 15 juges d’Israël, Dieu honora sa promesse à Abraham de protéger et de bénir sa postérité (Genèse 12 :2-3)

Après la mort de Josué et de ses contemporains, les Israélites se détournèrent à nouveau de l’Eternel pour servir Baal et Astarté. Dieu permit que les Israélites souffrent les conséquences liées à l’adoration de faux dieux. C’est alors que le peuple se tournait vers l’Eternel (Yahwé) pour être secouru. Dieu envoya des juges à ses enfants pour les diriger dans une vie de droiture. Mais, encore et toujours, ils se détournaient de Dieu pour retomber dans leurs vies impies. Pourtant, honorant sa part de l’alliance avec Abraham, Dieu vint sans cesse au secours de son peuple, pour les délivrer de leurs oppresseurs, pendant toute la période des 480 années correspondant au livre des Juges.

Le juge probablement le plus remarquable fut Samson, le 12ème juge, qui fut envoyé pour conduire les Israélites après une captivité de 40 ans sous le joug des philistins impitoyables. Samson mena le peuple de Dieu à la victoire sur les philistins ; c’est là qu’il mourut, après 20 années en tant que juge d’Israël.

Préfigurations : l’annonce à la mère de Samson qu’elle allait porter un fils qui dirigerait Israël, est une préfiguration de l’annonce à Marie qu’elle donnerait naissance au Messie. Dieu envoya son ange à ces deux femmes, et il leur dit à chacune qu’elle « deviendrait enceinte et enfanterait un fils » (Juges 13 :7, Luc 1 :31) qui dirigerait le peuple de Dieu.

La compassion de Dieu exprimée dans la délivrance continuelle de son peuple malgré leur péché et leur rejet, dépeint le portrait de Christ sur la croix. Jésus mourut pour délivrer son peuple —tous ceux qui croiraient en lui— de leur péché. Bien que la majorité de ceux qui le suivirent pendant son ministère terrestre allaient par la suite se détourner de lui et le rejeter, il est toujours resté fidèle à sa promesse et il est allé à la croix pour mourir pour nous.

Application pour notre vie : La désobéissance attire toujours le jugement. Les Israélites représentent l’exemple parfait de ce que nous ne devrions pas faire. Au lieu d’apprendre par leur expérience que Dieu allait toujours punir la rébellion, ils ont continué à désobéir et ont dû subir les conséquences de la colère et de la discipline de Dieu. Si nous continuons dans la désobéissance, nous attirons la discipline de Dieu, non pas parce qu’il prend plaisir à nous voir souffrir, mais « parce que le Seigneur châtie celui qu’il aime, et il frappe de la verge tous ceux qu’il reconnaît pour ses fils » (Hébreux 12 :6)

Le livre des Juges est une preuve de la fidélité de Dieu et un hommage à sa fidélité. Même « si nous sommes infidèles, il demeure fidèle, car il ne peut se renier lui-même. (2 Timothée 2 :13). Bien que nous lui soyons parfois infidèles, comme les Israélites le furent, toujours il reste fidèle pour nous sauver et nous protéger (1 Thessaloniciens 5 :24) et pour nous pardonner lorsque nous recherchons son pardon (1 jean 1 :9). « Il vous affermira aussi jusqu’à la fin, pour que vous soyez irréprochables au jour de notre Seigneur Jésus-Christ. Dieu est fidèle, lui qui vous a appelés à la communion de son Fils, Jésus-Christ notre Seigneur. » (1 Corinthiens 1 :8-9)


Retour à la page Résumé/vue d’ensemble de l’Ancien Testament

Le livre des Juges