Est-ce que la sécurité éternelle donne licence pour péché ?




Question : "Est-ce que la sécurité éternelle donne licence pour péché ?"

Réponse :
L’objection la plus fréquente à la doctrine de “l’assurance éternelle” est qu’elle promeut soi-disant l’idée que les chrétiens peuvent vivre de la manière qu’ils veulent – et quand même être sauvés. Même si cela est “techniquement” vrai, cela ne correspond pas à “l’essence” de l’assurance éternelle. Une personne qui a authentiquement accepté Jésus-Christ comme son sauveur “peut” mener une vie de péché, mais ne le “fera” pas. Nous devons distinguer entre comment un chrétien devrait vivre, et ce qu’une personne doit faire pour recevoir le salut.

La Bible explicite avec une absolue clarté que le salut est par grâce uniquement, par la foi seule, dans l’unique Christ Jésus (Jean 3:16; Ephésiens 2:8-9; Jean 14:6). Une personne est sauvée par la foi – la foi seule. Dès qu’une personne croit sincèrement en Jésus-Christ, elle est sauvée et assurée de ce salut. Le salut n’est pas obtenu par la foi et ensuite entretenue par les œuvres. L’apôtre Paul traite cette question dans Galates 3:3 : “Êtes-vous stupides à ce point ? Vous qui d'abord avez commencé par l'Esprit, est-ce la chair maintenant qui vous mène à la perfection ?”. Si nous sommes sauvés par la foi, notre salut est aussi entretenu et assuré par la foi. Nous ne pouvons pas assurer seuls notre salut. Nous ne pouvons pas non plus assurer le maintien de notre salut. C’est Dieu qui entretient notre salut (Jude verset 24). C’est la main de Dieu qui nous tient fermement dans sa main (Jean 10:28-29). De l’amour de Dieu rien ne pourra nous séparer (Romains 8:38-39).

Le refus de l’assurance éternelle est, en essence, une croyance dans le fait que nous devons entretenir notre salut par nos bonnes œuvres. Ceci est le contraire du salut par la grâce. Nous sommes sauvés à cause des mérites du Christ et non à cause des nôtres (Romains 4:3-8). Prétendre qu’il faut obéir à la Parole de Dieu ou mener une vie pieuse afin d’entretenir notre salut revient à dire que la mort de Jésus n’était pas suffisante pour payer le prix de nos péchés. La mort de Jésus était absolument suffisante pour payer pour nos péchés – passés, présents, futurs, pré-salut et post-salut (Romains 5:8 ; 1 Corinthiens 15:3 ; 2 Corinthiens 5:21).

Tout ceci dit, faut-il en conclure qu’un chrétien peut vivre de quelque manière qu’il l’entend et encore être sauvé ? Il s’agit d’une question essentiellement hypothétique, parce que la Bible expose clairement qu’un chrétien authentique ne mènera pas sa vie “de quelque manière qu’il l’entend”. Les chrétiens sont des créations nouvelles (2 Corinthiens 5:17). Les chrétiens manifestent le fruit l’Esprit (Galates 5:22-23) et non le fruit de la chair (Galates 5:19-21). 1Jean 3:6-9 déclare clairement qu’un chrétien authentique ne vivra pas continuellement dans le péché. En réponse à cette accusation, l’apôtre Paul déclare “Qu'est-ce à dire ? Nous faut-il demeurer dans le péché afin que la grâce abonde ? Certes non ! Puisque nous sommes morts au péché, comment vivre encore dans le péché ?” (Romains 6:1-2).

L’assurance éternelle n’est pas une licence pour pécher. Bien plutôt, c’est l’assurance de savoir que l’amour de Dieu est garanti pour ceux qui mettent leur confiance en Christ. Connaître et comprendre l’extraordinaire don du salut de Dieu accomplit en nous le contraire d’une licence. Qui pourrait, sachant le prix payé pour nous, continuer à vivre dans le péché (Romains 6:15-23) ? Comment quelqu’un qui comprend l’amour inconditionnel et garanti de Dieu pour les croyants pourrait-il prendre cet amour et le renvoyer à la figure de Dieu ? Une telle personne ne fait pas la démonstration que l’assurance éternelle lui donne licence pour pécher, mais bien plutôt qu’elle n’a pas véritablement fait l’expérience du salut en Jésus-Christ. “Quiconque demeure en lui ne pèche plus. Quiconque pèche ne le voit ni ne le connaît” (1 Jean 3:6).


Retour à la page d’accueil Français

Est-ce que la sécurité éternelle donne licence pour péché ? Dieu condamnera-t-il quelqu’un qui n’a jamais entendu parler de lui ?