Qu’est-il arrivé à l’arche de l’Alliance ?




Question : "Qu’est-il arrivé à l’arche de l’Alliance ?"

Réponse :
Ce qui est arrivé à l’arche de l’Alliance est une question qui a fasciné les théologiens, les étudiants de la Bible et les archéologues depuis des siècles. Dans la dix-huitième année de son règne, Josias, roi de Judas, commanda aux lévites qui s’occupaient de l’arche de l’Alliance de retourner au temple à Jérusalem (2 Chroniques 35 :1-6 ; cf. 2 Rois 23 :21-23). C’est la dernière fois que l’endroit où se trouve l’arche de l’Alliance est mentionné dans les Ecritures. Quarante ans plus tard, Nebucadnetsar, roi de Babylone, prit Jérusalem et pilla le temple. Moins de dix ans plus tard, il revint, prit ce qui restait dans le temple, et brûla les restes du temple et réduisit la ville en cendres jusqu'à ce qu’il n’en reste plus rien. Dans tout cela, qu’est-il arrivé à l’arche ? A-t-elle été prise par le roi Nebucadnetsar ? A-t-elle été détruite avec la ville ? Ou encore, a-t-elle été retirée du temple, mise en sécurité et cachée quelque part, comme il est vraisemblable que ce fut le cas, lorsque Shishak, Pharaon d’Egypte, pilla le temple pendant le règne de Roboam, fils de Salomon ? (Nous disons « vraisem-blable » parce que si Shishak avait réussi à prendre l’arche et à l’emmener en Egypte, comment Josias aurait-il pu demander aux lévites de la renvoyer ? Si l’arche était en Egypte—à la manière de l’histoire des aventuriers de l’arche perdue—les lévites ne l’auraient pas eu en leur possession et par conséquent n’auraient pas pu la retourner.)

Le livre non canonique « 2 Macchabées », rapporte que juste avant l’invasion babylonienne, Jérémie « à la suite d’une révélation, commanda que le tabernacle et l’arche l’accompagnent et… il partit pour la montagne sur laquelle Moïse monta pour voir l’héritage de Dieu (le Mont Nébo ; Deutéronome 31 :1-4). Lorsque Jérémie arriva à destination, il trouva une cave dans laquelle il mit la tente, l’arche et l’autel avec l’encens ; puis il en bloqua l’entrée » (Macchabées 2 :4-5). Cependant, « certains de ceux qui le suivaient, montèrent avec l’intention d’identifier le passage, mais ils ne le trouvèrent pas. Lorsque Jérémie entendit parler de cela, il les réprimanda : « Cet endroit doit rester inconnu jusqu’à ce que Dieu rassemble son peuple à nouveau et leur fasse miséricorde. Ensuite l’Eternel révèlera ces choses, et la gloire de l’Eternel sera vue dans la nuée, de même qu’elle apparut au temps de Moïse, et lorsque Salomon pria que le temple soit sanctifié par sa gloire » (Macc. 2 :6-8). On ne sait pas si ce récit de seconde main est exact (voir Macc 2 :1); même s’il l’est, nous ne le saurons pas avant que le Seigneur revienne, selon le récit.

D’autres théories sur ce mystère de l’arche perdue, incluent les déclarations des rabbins Shlomo Goren et Yehuda Getz, comme quoi l’arche est cachée en dessous de la montagne du temple, ayant été enterrée là avant que Nebucadnetsar puisse la trouver et l’emporter. Malheureusement, le mont du temple est maintenant l’emplacement du Dôme du roc, un site saint de l’Islam, et la communauté locale musulmane refuse d’en accorder l’accès pour y faire des fouilles. Nous ne pouvons donc pas savoir si les déclarations des rabbins Goren et Getz sont justes ou pas.

L’explorateur Vendyl Jones, et d’autres avec lui, croient qu’une pièce d’antiquité trouvée parmi les rouleaux de la Mer morte, l’énigmatique « rouleau de cuivre » de Qumran cave 3, est en fait quelque chose comme une carte de chasse au trésor, donnant les détails de l’endroit où se trouvent de nombreux trésors précieux, qui furent pris dans le temple avant que les babyloniens arrivent, et parmi eux se trouverait l’arche de l’Alliance perdue. Vrai ou faux, cela reste à prouver, puisque personne n’a encore été capable de localiser tous les points de repère géographiques nécessaires indiqués sur le rouleau. Curieusement, certains érudits croient que le rouleau de cuivre est en fait le récit mentionné dans le livre des Macchabées 2 :1 et 4, qui décrit Jérémie cachant l’arche. Bien que cette supposition soit intéressante, elle demeure sans preuve.

Graham Hancock, ancien correspondant d’Afrique de l’Est pour « l’Economiste », a publié un livre en 1992 intitulé : Le signe et le sceau : la quête de l’arche de l’Alliance perdue, dans lequel il soutient que l’arche a été emmenée clandestinement à l’église de sainte Marie de Sion à Aksoum, une ancienne cité d’Ethiopie. L’explorateur Robert Cornuke de l’institut B.A.S.E, croit aussi que l’arche réside maintenant à Aksoum. Cependant, personne ne l’a encore trouvée là-bas. Pareillement, l’archéologue Michael Sanders croit que l’arche est cachée dans un ancien temple égyptien dans le village israélite de Djaharya, mais il ne l’a pas encore trouvée.

Une tradition irlandaise plutôt douteuse, soutient que l’arche est enterrée sous la colline de Tara en Irlande. Certains érudits croient que c’est de là que vient la légende du « trésor au bout de l’arc-en-ciel ». Encore moins plausibles sont les déclarations de Ron Wyatt et Tom Crotser : Wyatt déclare avoir vu l’arche de l’alliance enterrée sous le mont du Calvaire et Crotser déclare l’avoir vue sur le mont Pitsga, près du mont Nébo. La communauté archéologique n’accorde à ces deux hommes aucune crédibilité, et ni l’un ni l’autre n’a encore été capable de prouver ses déclarations.

Pour finir, l’arche demeure introuvable et perdue pour tous, sauf pour Dieu. Des théories intéressantes, telles que celles citées plus haut, sont encore offertes aujourd’hui, mais l’arche reste introuvable. Il se peut très bien que l’auteur du livre 2 Macchabées ait raison ; Il se peut que nous ne saurons pas ce qui est arrivé à l’arche de l’Alliance jusqu’à ce que le Seigneur revienne en personne.




Retour à la page d'accueil Français

Qu’est-il arrivé à l’arche de l’Alliance ?