Pourquoi Judas a-t-il trahi Jésus ?




Question : "Pourquoi Judas a-t-il trahi Jésus ?"

Réponse :
Bien que nous ne sachions pas avec certitude pourquoi Judas a trahi Jésus, nous sommes sûrs de certaines choses. Premièrement, bien que Judas ait été choisi pour être l’un des douze (Jean 6 :64), toutes les évidences scripturaires pointent vers le fait qu’il n’a jamais cru que Jésus était Dieu. Il se peut qu’il n’ait même jamais été convaincu que Jésus était le Messie. Contrairement aux autres disciples qui appelaient Jésus « Seigneur », Judas n’a jamais utilisé ce titre pour Jésus, et au lieu de cela l’appelait « Rabi », ce qui signifie que Jésus n’était pour lui rien d’autre qu’un Maître ou un enseignant. Alors que les autres disciples ont parfois fait de grandes professions de foi et de loyauté (Jean 6 :68 ; 11 :16), Judas n’en a jamais fait et semble être resté silencieux. Ce manque de foi en Jésus est la base de toutes les autres considérations indiquées ci-dessous. Il en va de même pour nous. Si nous ne reconnaissons pas Jésus comme Dieu incarné, et par conséquent comme le seul qui peut accorder le pardon pour nos péchés—et le salut éternel qui vient avec—nous serons sujets à de nombreux autres problèmes qui proviennent d’une vue de Dieu incorrecte.

Deuxièmement, Judas non seulement manquait de foi en Christ, mais il n’avait aussi que peu ou pas de relation personnelle avec Jésus. Lorsque les Evangiles synoptiques nomment les douze, ils sont toujours listés dans le même ordre général avec des variations légères (Matthieu 10 :2-4 ; Marc 3 :16-19 ; Luc 6 :14-16). L’ordre habituel indique généralement la profondeur de leurs relations personnelles avec Jésus. Malgré les variations, Pierre et les frères Jacques et Jean sont toujours en tête de liste, ce qui concorde avec leurs relations respectives avec Jésus. Judas est toujours nommé à la fin, ce qui indique probablement qu’il n’avait que peu ou pas de relations personnelle avec Jésus. De plus, les seuls dialogues entre Jésus et Judas rapportés dans les Ecritures concernent l’épisode où Jésus reproche à Judas sa remarque à Marie, motivée par la cupidité(Jean 12 :1-8), Judas niant sa trahison à venir (Matthieu 26 :25) et la trahison elle-même (Luc 22 :48).

Troisièmement, Judas était rongé par la cupidité au point de trahir la confiance non seulement de Jésus, mais aussi ses compagnons disciples, comme nous le voyons en Jean 12 :5-6. Il se peut que Judas ait désiré suivre Jésus simplement parce qu’il avait vu la grande foule qui suivait Jésus, et il a cru qu’il pourrait tirer profit des collectes faites pour leur groupe. Le fait que Judas ait été en charge de la bourse pour le groupe, pourrait indiquer qu’il était intéressé par l’argent (Jean 13 :29).

De plus, Judas, comme la plupart des gens à cette époque, croyait que le Messie allait renverser l’occupant romain, et prendre le pouvoir pour régner sur la nation d’Israël. Judas a peut-être suivi Jésus dans l’espoir de bénéficier d’une association avec lui en temps que le nouveau pouvoir politique. Il n’y a aucun doute qu’il espérait être parmi l’élite au pouvoir après la révolution. Au moment de la trahison de Judas, Jésus avait été clair sur le fait qu’il devait mourir, et non pas commencer une rébellion contre Rome. Judas avait sans doute présumé – comme les pharisiens de l’époque—que puisqu’il n’avait pas l’intention de renverser les Romains, il n’était donc pas le Messie qu’ils attendaient.

Il y a plusieurs versets de l’Ancien Testament qui pointent vers la trahison, et certains plus que d’autres. En voici deux :

« Celui-là même avec qui j’étais en paix, qui avait ma confiance et qui mangeait mon pain, lève le talon contre moi. » (Ps. 41 :10, voyez l’accomplissement de cette prophétie en Matthieu 26 :14, 48-49). Et aussi : « Je leur dis : Si vous le trouvez bon, donnez-moi mon salaire ; sinon ne le donnez pas. Et ils pesèrent pour mon salaire trente sicles d’argent. L’Eternel me dit : jette-le au potier, ce prix magnifique auquel ils m’ont estimé ! Et je pris les trente sicles d’argent, et je les jetai dans la maison de l’Eternel, pour le potier » (Zacharie 11 :12-13 ; voyez en Matthieu 27 :3-5 l’accomplissement de cette prophétie). Ces prophéties de l’Ancien Testament indiquent que la trahison de Judas était connue de Dieu et qu’elle était souverainement planifiée à l’avance pour être le moyen par lequel Jésus allait mourir.

Mais si la trahison de Judas était déjà connue de Dieu, Judas a-t-il eu le choix, et est-il tenu pour responsable de sa part dans la trahison ? Il est difficile pour beaucoup de réconcilier le concept de « libre arbitre » (dans le sens commun du terme) avec la prescience de Dieu des événements futurs ; cela est largement dû à notre expérience limitée à percevoir le temps d’une façon linéaire. Si nous voyons Dieu comme existant en dehors du temps, puisqu’il a tout créé avant que le « temps » ne commence, alors nous pouvons comprendre que Dieu voit chaque moment dans le temps, comme étant le présent. Nous vivons le temps d’une façon linéaire—nous voyons le temps comme une ligne droite, et nous passons d’un point à un autre graduellement, en nous rappelant du passé que nous venons de traverser, mais tout en étant incapable de voir le futur que nous approchons inéluctablement. Dieu, lui, étant le Créateur éternel du temps, n’est pas « compris dans le temps » ou sur la ligne du temps, mais en dehors de lui. Il serait peut-être utile d’imaginer le temps (en relation avec Dieu) comme un cercle, avec Dieu au centre, Dieu étant par là même à égale distance de tous les points.

Dans tous les cas, Judas avait la pleine faculté de faire son choix – au moins jusqu’au point où « Satan entra en lui » (Jean 13 :27) --- et la prescience de Dieu (Jean 13 :10, 18,21) ne supplante aucunement la capacité de Judas à faire un choix, quel qu’il soit. Au contraire, ce que Judas aurait choisi en définitive, Dieu le vit comme si c’était une observation dans le présent, et Jésus exprima clairement que Judas était responsable de son choix et en serait tenu responsable : « Je vous le dis en vérité, l’un de vous, qui mange avec moi, me livrera » (Marc 14 :18). Remarquez bien que Jésus caractérise la participation de Judas comme une trahison. Et en ce qui concerne la responsabilité de cette trahison Jésus dit : « malheur à l’homme par qui le Fils de l’homme est livré ! Mieux vaudrait pour cet homme qu’il ne soit pas né » (Marc 14 :21). Satan, aussi, a sa part dans tout cela, comme nous le voyons en Jean 13 :26-27, et lui aussi, sera tenu pour responsable de ses actes. Dieu dans sa sagesse a pu, comme toujours, utiliser même la rébellion de Satan pour le bénéfice de l’humanité. Satan a aidé à envoyer Jésus à la croix, et c’est sur la croix que le péché et la mort furent vaincus ; désormais, la provision du salut est offerte gratuitement à tous ceux qui reçoivent Jésus-Christ comme leur sauveur.


Retour à la page d'accueil Français

Pourquoi Judas a-t-il trahi Jésus ?