Que devraient faire les parents chrétiens qui ont un fils (ou une fille) prodigue ?




Question : "Que devraient faire les parents chrétiens qui ont un fils (ou une fille) prodigue ?"

Réponse :
Inhérent à l’histoire du Fils Prodigue (Luc 15:11-32) sont plusieurs principes dont des parents croyants peuvent s’inspirer pour réagir et traiter avec des enfants qui vont à l’opposé de l’éducation de leurs parents. Nous devons nous souvenir qu’une fois qu’un fils ou une fille est « adulte », ils ne sont plus sous l’autorité de leurs parents.

Dans l’histoire du Prodigue, le fils prend sa part d’héritage, part dans un pays lointain et la gaspille. Dans le cas d’un enfant qui n’est pas né de nouveau, c’est dans la nature des choses, Mias dans le cas d’un enfant qui a pris à un moment donné une décision claire pour Christ, nous appelons cet enfant un « prodigue ». Le mot prodigue ne se trouve pas dans l’histoire. Il signifie « extravagant avec imprudence et gaspillage ou personne qui dépense ses ressources de manière gaspillée ». Donc, ce mot décrit le fils de Luc 15. Il décrit aussi, par extension, un enfant qui quitte la maison et prend l’héritage que ses parents ont investi en lui et toutes les années d’éducation, d’instruction, d’amour et de soins et qui sont oubliées quand cet enfant se rebelle contre Dieu. Car toute rébellion est dirigée contre Dieu d’abord et se manifeste par la rébellion contre les parents et leur autorité. Cet enfant se dirige vers le monde, gaspille leur héritage et répudie leurs valeurs.

Notez bien que le parent de la parabole n’empêche pas l’enfant de partir, ni ne le poursuit pour essayer de le protéger de lui-même. Le parent n’intervient pas dans les choix ou décisions que fait cet enfant. Plutôt, ce parent reste fidèlement à la maison et prie ; et quand cet enfant « rentre en lui-même », se retourne et prend le chemin de la maison, le parent est en train de l’attendre, il regarde et voit l’enfant revenir, même de « très loin » et va à sa rencontre.

Les principes sont donc les suivants : quand nos fils ou nos filles prennent le large et font des choix que nous savons lourds en conséquences, les parents doivent lâcher prise et les laisser partir. Les parents se poursuivent pas leurs enfants et n’interviennent pas dans les conséquences qui s’ensuivent. Plutôt, les parents restent à la maison, prient fidèlement et cherche les premiers signes de repentance et de changement de direction. Jusqu’à ce moment-là se produise, les parents doivent garder leurs conseils pour eux, ne pas souscrire à la rébellion, mais aussi ne pas s’occuper des affaires qui ne sont plus entre leurs mains (1 Pierre 4:15).

Une fois qu’ils ont atteint l’âge légal de la majorité, les enfants ne sont plus sujets qu’à l’autorité de Dieu et l’autorité déléguée du gouvernement (Romains 13:1-7). En tant que parents, nous pouvons venir en accompagnement quand nos fils ou filles ont fait leur choix pour Dieu. Dieu se sert de la misère infligée à soi-même et l’éducation pour nous conduire tous à la sagesse, et c’est à chaque individu de répondre de manière appropriée. En tant que parents, nous ne pouvons pas sauver nos enfants, seul Dieu peut le faire. Par obéissance, nous devons les éduquer dans le Seigneur tant que nous en avons l’opportunité (Ephésiens 6:4) et ensuite laisser nos enfants faire leurs choix. Ce processus peut être douloureux, mais s’il est vécut dans la perspective divine, il génère la paix du cœur. Nous ne pouvons juger nos enfants, seul Dieu peut. Il y a là un grand réconfort : « Il n'est pas possible que le juge de toute la terre ne respecte pas la justice. » (Genèse 18:25b).


Retour à la page d’accueil Français

Que devraient faire les parents chrétiens qui ont un fils (ou une fille) prodigue ?