www.GotQuestions.org/Francais



Question : "Qu’est-ce que cela signifie être une seule chair dans un mariage ?"

Réponse :
Le terme « une seule chair » vient du récit de la Genèse qui raconte la création d’Eve. Genèse 2 : 21-24 nous dit en effet comment Dieu créa Eve à partir de la côte d’Adam pendant qu’il dormait. Adam reconnut qu’Eve faisait partie de sa chair – qu’ils n’étaient en fait qu’une seule chair. Le terme « une seule chair » signifie que de la même façon que nos corps forment une seule entité et ne peuvent pas être divisés en plusieurs morceaux tout en continuant à former un tout, de même Dieu souhaitait qu’il en fût ainsi dans la relation du mariage. Il n’y a plus deux entités (deux individus), mais maintenant il y a une seule entité (un couple marié). Un certain nombre d’aspects caractérisent cette nouvelle union.

En ce qui concerne les liens affectifs, la nouvelle unité doit avoir la préséance sur toutes les autres relations passées ou futures (Genèse 2 : 24). Certains époux ou épouses malheureusement continuent d’accorder une plus grande importance à leurs parents qu’à leur nouveau conjoint. Et cela est une recette désastreuse dans le mariage. De plus, c’est une perversion du plan initial de Dieu : « quitter son père et sa mère et s’attacher à sa femme». Un problème semblable peut surgir également quand un des conjoints a tendance à répondre davantage aux besoins affectifs de son enfant plutôt qu’à ceux de son conjoint (e).

Affectivement, spirituellement, intellectuellement, financièrement, et dans tous les domaines, un couple doit devenir un. De la même manière qu’une partie du corps prend soin de l’autre partie (l’estomac digère la nourriture pour le corps, le cerveau dirige le corps pour le bien de toute la personne, les mains travaillent au bénéfice de tout le corps, etc.), ainsi chaque membre du couple doit prendre soin de l’autre. Chaque conjoint ne doit plus considérer l’argent qu’il gagne comme « mon » argent, mais comme « notre » argent. Ephésiens 5 : 22-23 et Proverbes 31 : 10-31 illustrent l’application de cette «unité » avec le rôle que doivent tenir le mari et la femme respectivement.

Physiquement, ils deviennent une seule chair, et le résultat de cette seule chair est concrétisé par les enfants qui naîtront de leur union ; mais ces enfants possèderont un caractère génétique qui leur est propre et qui est spécifique de cette union. Même dans l’aspect sexuel de leur relation, un homme et une femme ne doivent pas considérer leur corps comme le leur, mais comme celui qui appartient à leur partenaire (1 Corinthiens 7 : 3-5). De même, ils ne doivent pas se centrer sur leur propre plaisir mais chercher à donner du plaisir à leur conjoint.

L’unité et la recherche du bien-être de l’autre n’est pas automatique, surtout après la chute de l’humanité dans le péché. Il est dit à l’homme, dans Genèse 2 : 24 (KJV), qu’il doit « s’attacher » à sa femme. Ce mot comporte deux idées. La première est l’idée « d’être collé » à sa femme, ce qui montre bien combien le lien du mariage doit être étroit. La deuxième est l’idée de « poursuivre ardemment » l’épouse. Cette « poursuite ardente » implique que l’homme ne s’arrête pas de courtiser sa femme après le mariage, mais qu’il continue de le faire après le mariage. La tendance charnelle naturelle est « de faire ce qui est bon pour moi » au lieu de prendre en considération ce qui sera bon pour l’autre conjoint(e). Et cet égocentrisme est généralement la routine dans laquelle tombent les couples « une fois que la lune de miel est terminée ». Au lieu de rester fixés sur les besoins personnels qui n’ont pas été satisfaits, il est bon que chacun des conjoints se concentre sur les moyens de satisfaire les besoins de l’autre.

Mais même si c’est très beau que deux personnes puissent vivre ensemble, répondant chacun aux besoins de l’autre, Dieu a un plan encore plus élevé pour le mariage. Même si un couple par sa vie était déjà au service de Christ avant son mariage (Romains 12 : 1-2), désormais ils doivent servir ensemble le Christ, dans l’unité, et élever leurs enfants avec le même esprit de service (1 Corinthiens 7 : 29-34 ; Malachie 2 : 15 ; Ephésiens 6 : 4). Priscille et Aquilas dans Actes 18 seraient de bons exemples de cela. Quand un couple cherche à servir Dieu ensemble, la joie que l’Esprit donne vient remplir leur foyer (Galates 5 : 22-23). Dans le jardin d’Eden, trois personnages étaient présents (Adam, Eve et Dieu), et il y avait la joie. De même aujourd’hui si Dieu est au centre de la vie d’un couple marié, il y aura aussi de la joie. Sans Dieu, une véritable et totale unité n’est pas possible.

© Copyright 2002-2014 Got Questions Ministries.