www.GotQuestions.org/Francais



Question : "Quelles sont les différentes théories concernant l’expiation ?"

Réponse :
Tout au long de l’histoire de l’Eglise, différents points de vue sur l’expiation ont été émis par différentes personnalités ou dénominations : certains étaient justes, d’autres faux. L’une des raisons de ce large éventail de points de vue, c’est que l’Ancien comme le Nouveau Testament révèlent de nombreuses vérités sur l’expiation du Christ, rendant ainsi difficile, voire impossible, d’établir une seule et unique « théorie » qui incarne totalement cette réalité spirituelle ou qui soit en mesure d’en expliquer toutes la richesse. Ce que nous découvrons au fur et à mesure que nous étudions la Bible, c’est un tableau extrêmement riche, avec de multiples facettes : la Bible fournit en effet, au sujet de la rédemption accomplie par le Christ, de nombreuses vérités étroitement liées entre elles. Un autre facteur pouvant expliquer l’existence de ces nombreuses théories sur l’expiation, est que l’essentiel de ce que nous pouvons en comprendre doit l’être à partir de l’expérience et de la perspective du peuple de Dieu, dans le cadre du système sacrificiel de l’Ancienne Alliance.

L’expiation du Christ, son but, ce qui a été accompli, est un sujet tellement riche qu’une multitude de volumes ont été écrits. Cet article ne sera qu’un simple survol des nombreuses théories qui ont été avancées à un moment ou à un autre. Avant de considérer les différents aspects de l’expiation, nous devons d’abord nous rappeler que tout point de vue qui ne reconnaîtrait pas l’état de péché de l’homme ou la nature substitutive de l’expiation, est dans le meilleur des cas insuffisant, et dans le pire hérétique.

La rançon due à Satan : Cette conception voit l’expiation de Christ comme une rançon payée à Satan pour acheter la liberté de l’homme et le libérer de l’esclavage de Satan. Elle repose sur l’idée que la condition spirituelle de l’homme est d’être l’esclave de Satan et que le sens de la mort de Christ est d’assurer la victoire de Dieu sur Satan. Cette théorie ne trouve aucun soutien dans l’Ecriture et a d’ailleurs été très peu exprimée tout au long de l’histoire de l’église. Elle n’est pas biblique dans la mesure où elle considère que c’est Satan et non Dieu qui a réclamé le paiement d’une rançon pour le péché. Ainsi, cette théorie ignore complètement l’exigence de justice de Dieu tout au long de l’Ecriture. Elle a aussi une vision de Satan bien plus élevée qu’il ne faudrait et lui attribue bien plus de puissance qu’il n’en a en réalité. L’Ecriture n’affirme jamais que les pécheurs doivent quoi que ce soit à Satan : au contraire nous voyons tout au long des pages de la Bible que Dieu est Celui qui demande un paiement pour le péché.

Théorie de la Récapitulation : Cette théorie affirme que l’expiation du Christ a inversé l’histoire de l’homme : en le faisant passer de la désobéissance à l’obéissance. Elle croit que la vie de Christ a récapitulé toutes les étapes de la vie humaine et ce faisant elle a inversé le processus de désobéissance initié par Adam. Cette théorie n’a pas de fondement dans l’Ecriture.

Théorie dramatique : Cette théorie voit l’expiation du Christ comme une victoire dans un conflit divin entre le bien et le mal et comme soustrayant l’homme à l’esclavage de Satan. Le sens de la mort du Christ étant d’assurer la victoire de Dieu sur Satan et d’ouvrir un chemin pour racheter le monde de son asservissement au mal.

La théorie mystique : La théorie mystique voit l’expiation du Christ comme un triomphe sur Sa propre nature pécheresse grâce à la puissance du Saint Esprit. Ceux qui croient en cette théorie pensent que la connaissance de cela va influencer l’homme sur un plan mystique et éveiller sa « conscience divine ». Ils pensent aussi que la condition spirituelle de l’homme n’est pas le résultat du péché mais simplement un manque de « conscience divine ». Ceci est évidemment anti-biblique. Pour croire cela, il faut être persuadé que le Christ avait une nature pécheresse, alors que l’Ecriture est très claire sur ce point : Jésus était parfaitement Dieu et parfaitement homme, et sans péché dans tous les aspects de Sa nature (Hébreux 4 : 15).

La théorie de l’influence morale : Elle considère que l’expiation de Christ est une manifestation de l’amour de Dieu qui assouplit le cœur de l’homme et le pousse à la repentance. Ceux qui soutiennent ce point de vue croient que l’homme est spirituellement malade, qu’il a besoin d’aide et qu’il est poussé à accepter le pardon de Dieu en voyant l’amour de Dieu pour lui. Ils pensent que le but et le sens même de la mort du Christ est de manifester l’amour de Dieu à l’égard de l’homme. Bien qu’il soit tout à fait exact que l’expiation de Christ est l’expression la plus élevée de l’amour de Dieu, cette théorie est malgré tout non biblique parce qu’elle nie la condition spirituelle véritable de l’homme – la mort à cause de ses transgressions et de ses péchés (Ephésiens 2 : 1) – et elle nie que c’est Dieu qui demande un prix à payer pour le péché. Cette interprétation de l’expiation du Christ prive l’humanité d’un vrai sacrifice ou d’un paiement pour le péché.

La théorie de l’exemple : Cette vision considère l’expiation du Christ comme simplement un exemple de foi et d’obéissance afin d’inciter l’homme à obéir à Dieu. Les tenants de cette théorie croient que l’homme est spirituellement vivant : la vie de Christ et l’expiation qu’il a accomplie étant simplement des exemples d’une vraie foi et d’une vraie obéissance qui devraient inspirer les hommes à mener une vie de foi et d’obéissance semblable à la Sienne. Cette théorie et celle de l’influence morale sont assez comparables en ce sens qu’elles nient toutes les deux que la justice de Dieu demande réellement un prix à payer pour le péché et que la mort du Christ à la croix constitue ce paiement. La principale différence entre la théorie de l’influence morale et la théorie de l’exemple, est que la théorie de l’influence morale dit que la mort du Christ nous enseigne combien Dieu nous aime et que la théorie de l’exemple dit que la mort du Christ nous enseigne comment vivre. Bien sûr, il est vrai que le Christ est un modèle que nous devons suivre, même dans Sa mort, mais la théorie de l’exemple ne sait pas reconnaître la vraie condition spirituelle de l’homme et ne montre pas non plus que la justice de Dieu demande un prix à payer pour le péché que l’homme est parfaitement incapable de payer par lui-même.

La théorie commerciale : La théorie commerciale perçoit l’expiation du Christ comme un acte honorant infiniment Dieu. Le résultat de cela est que Dieu donne à Christ une récompense dont il n’a pas besoin ; Christ à son tour transmet cette récompense à l’homme. Les tenants de ce point de vue pensent que la condition spirituelle de l’homme ne peut que déshonorer Dieu et donc que la mort du Christ, parce qu’elle a infiniment honoré Dieu, peut alors être portée au bénéfice des pécheurs pour leur salut. Cette théorie, comme beaucoup d’autres, nie l’état spirituel réel des pécheurs non régénérés et leur besoin d’une nature complètement nouvelle qui ne peut s’acquérir qu’en Christ (2 Corinthiens 5 : 17).

La théorie gouvernementale : Cette théorie voit l’expiation du Christ comme une manifestation de la haute estime de Dieu pour Sa loi et de Son attitude vis-à-vis du péché. C’est la mort du Christ qui donne à Dieu une raison de pardonner les péchés de deux qui se repentent et acceptent la mort substitutive de Son Fils. Ceux qui soutiennent ce point de vue croient que la condition spirituelle de l’homme est d’avoir violé la loi morale de Dieu et que le sens de la mort du Christ était d’avoir servi de substitut à la peine normalement encourue pour tout péché. Parce que Christ a payé la peine, il devient donc possible à Dieu de pardonner en toute légalité à ceux qui acceptent que le Christ soit leur substitut. Cette interprétation est erronée en ce sens qu’elle n’enseigne pas que le Christ a réellement payé le prix de la condamnation pour les péchés de toute l’humanité mais qu’au contraire Sa souffrance aurait simplement montré à l’humanité que les lois de Dieu étaient brisées et que la peine a déjà été payée.

La théorie de la substitution pénale : Cette théorie considère l’expiation du Christ comme un sacrifice de remplacement et de substitution qui a satisfait les exigences de la justice de Dieu par rapport au péché. Par Son sacrifice, Christ a payé la peine pour le péché de l’humanité : il a ainsi libéré le pardon, imputé la justice, et réconcilié l’homme avec Dieu. Ce point de vue soutient que tous les aspects de l’homme – son intelligence, sa volonté et ses émotions – ont été corrompus par le péché et que l’homme est totalement dépravé et spirituellement mort. Ainsi, la mort de Christ a payé la peine qu’encourait le péché et, par la foi, l’homme peut recevoir ce paiement substitutif pour son péché. Ce point de vue s’accorde très précisément à l’Ecriture, dans sa conception du péché, de la nature de l’homme et des résultats de la mort du Christ sur la croix.

© Copyright 2002-2014 Got Questions Ministries.