www.GotQuestions.org/Francais



Question : "Qu’est-ce que le pré-millénarisme ?"

Réponse :
Le pré-millénarisme est la vue selon laquelle la Seconde Venue de Christ adviendra avant son règne millénaire, et que le Roi millénaire règnera littéralement 1000 ans. Pour pouvoir comprendre et interpréter les passages des Ecritures qui traitent des événements de la fin des temps, il faut comprendre deux points fondamentaux : (1) une bonne méthode d’interprétation des Ecritures et (2) la distinction entre Israël (les juifs) l’Eglise (les corps des croyants en Jésus-Christ).

Premièrement, une bonne méthode d’interprétation des Ecritures requiert qu’elles soient interprétées de manière cohérente avec le contexte : cohérence avec l’auditoire auquel s’adresse l’écrit, cohérence avec ceux dont il est fait mention, cohérence avec l’auteur du texte, etc. Il est essentiel de connaître l’auteur, le public cible et l’arrière-plan historique et culturel du passage que l’on cherche à interpréter. Le cadre historique et culturel révèle souvent le vrai sens d’un passage. Il faut aussi se souvenir que les Ecritures interprètent les Ecritures, c’est-a-dire qu’un passage peut traiter d’un sujet déjà traité par un autre ailleurs dans la Bible. Il est donc important d’apporter une interprétation en cohérence avec tous ces passages.

Finalement, il est fondamental de prendre les passages dans leur sens normal, régulier, simple et littéral à moins que le contexte du passage indique qu’il est de nature figurative. Une interprétation littérale n’élimine pas la possibilité de trouver des figures de style. Elle encourage plutôt le lecteur interprète a ne pas prendre pour figuratif un texte sauf quand cela est approprié pour ce contexte. Il ne faut pas chercher un sens « plus profond et plus spirituel » que ce qui est dit. Ceci est dangereux, car si l’on interprète de cette manière, les fondements de l’interprétation se trouvent dans l’esprit du lecteur plutôt que dans les Ecritures elles-mêmes. Dans ce cas, il ne peut y avoir d’interprétation objective et le sens des Ecritures devient sujet aux impressions personnelles de chaque lecteur. 2 Pierre 1:20-21 nous rappelle que « …aucune prophétie de l'Écriture n'est affaire d'interprétation privée ; en effet, ce n'est pas la volonté humaine qui a jamais produit une prophétie, mais c'est portés par l'Esprit Saint que des hommes ont parlé de la part de Dieu. »

An appliquant ces principes d’interprétation biblique, il faut comprendre qu’Israël (les descendants physiques d’Abraham) et l’Eglise (tous les croyants) sont deux groupes distincts. Il est crucial de reconnaître qu’Israël et l’Eglise sont distincts, sinon les Ecritures seront mal interprétées. Les passages présentant les promesses faites à Israël (celles qui sont réalisées et celles qui ne le sont pas) sont en particulier victimes d’incompréhensions et de mésinterprétations si l’on essaie de les appliquer à l’Eglise, et vice versa. Souvenez-vous, le contexte d’un passage détermine à qui il s’adresse et indiquera l’interprétation la plus juste.

Ayant ces concepts en tête, nous allons nous pencher sur divers passages qui traitent de la vue pré-millénariste. Commençons en Genèse, avec le chapitre 12, versets 1-3 : « Le Seigneur dit à Abram : « Quitte ton pays, ta parenté et la maison de ton père et va dans le pays que je te montrerai. Je ferai naître de toi une grande nation ; je te bénirai et je rendrai ton nom célèbre. Tu seras une bénédiction pour les autres. Je bénirai ceux qui te béniront, mais je maudirai ceux qui te maudiront. A travers toi, je bénirai toutes les nations de la terre. »

Dieu promit trois choses à Abraham : qu’il aurait une descendance nombreuse, que cette nation possèderait et occuperait un pays et qu’une bénédiction universelle pour l’humanité entière proviendrait de sa lignée (les juifs). Dans Genèse 15:9-17, Dieu scelle son alliance avec Abraham. Dans la manière de procédé, Dieu place sur lui-même la responsabilité de l’Alliance ; c’est-à-dire qu’il n’y avait rien qu’Abraham puisse faire ou ne pas faire pour invalider l’Alliance faite par Dieu. De plus, dans ce passage, les frontières que du pays que les juifs allaient occuper sont déterminées, voir Deutéronome 34. D’autres passages qui traitent de la terre promise : Deutéronome 30:3-5 and Ezéchiel 20:42-44.

2 Samuel, chapitre 7, traite du règne du Christ pendant le Millénium. 2 Samuel 7, versets 11-17 relate une promesse faite par Dieu à David : il aurait une descendance et de cette descendance Dieu établirait un Royaume éternelle. Il s’agit d’une référence au règne du Christ pendant le Millénium, et pour toujours. Il est important de se souvenir que cette promesse doit s’accomplir littéralement, et qu’elle ne s’est pas encore réalisée. D’aucuns croiraient que le règne de Salomon fut l’accomplissement littéral de la prophétie, mais c’est une position problématique : le territoire sur lequel régna Salomon ne correspond pas à celui d’Israël aujourd’hui, et Salomon ne règne sur Israël aujourd’hui non plus ! Souvenez-vous que Dieu promit à Abraham que sa descendance posséderait la terre pour toujours, ce qui ne s’est pas encore réalisé. Alors 2 Samuel 7 nous dit que Dieu établira un Roi qui régnera pour l’éternité. Salomon ne pouvait donc pas être l’accomplissement de la promesse faite à David. Et c’est donc une promesse qui ne s’est pas encore réalisée !

Avec cela à l’esprit, examinons ce qui est écrit dans l’Apocalypse 20:1-7 : « Puis je vis un ange descendre du ciel ; il tenait à la main la clé de l'abîme et une énorme chaîne. Il saisit le dragon, le serpent ancien, c'est-à-dire le diable ou Satan, et il l'enchaîna pour mille ans. L'ange le jeta dans l'abîme, qu'il ferma à clé et scella au-dessus de lui, afin que le dragon ne puisse plus égarer les nations jusqu'à ce que les mille ans soient passés. Après cela, il doit être relâché pour un peu de temps. Ensuite je vis des trônes : ceux qui siégeaient dessus reçurent le pouvoir de juger. Je vis aussi les âmes de ceux qui avaient été exécutés pour leur fidélité à la vérité révélée par Jésus et à la parole de Dieu. Ils n'avaient pas adoré la bête, ni sa statue, et ils n'avaient pas reçu la marque de la bête sur le front, ni sur la main. Ils revinrent à la vie et régnèrent avec le Christ pendant mille ans. Les autres morts ne revinrent pas à la vie avant que les mille ans soient passés. C'est la première résurrection. Heureux ceux qui ont part à cette première résurrection ! Ils appartiennent à Dieu et la seconde mort n'a pas de pouvoir sur eux ; ils seront prêtres de Dieu et du Christ, et ils régneront avec le Christ pendant les mille ans. Quand les mille ans seront passés, Satan sera relâché de sa prison. »

Le régne de mille ans qui est mentionné de manière répétée dans Apocalypse 20:1-7 correspond littéralement au règne millénaire de Christ sur terre. Rappelez-vous que la promesse faite à David concernant un roi doit s’accomplir littéralement, et qu’elle n’est pas encore accomplie. Le pré-millénarisme considère ce passage comme l’accomplissement futur de cette promesse, avec Christ sur le trône. Dieu fit des alliances inconditionnelles avec Abraham et David. Aucune de ces alliances n’ont été complètement accomplies. Un règne littéral, physique du Christ est le seul accomplissement possible des promesses de Dieu.

En appliquant la méthode d’interprétation littérale aux Ecritures, les pièces du puzzle s’assemblent. Toutes les prophéties de l’Ancien Testament sur la première venue de Jésus se sont réalisées littéralement. Nous pouvons donc attendre que celles concernant sa Seconde Venue se réalisent littéralement aussi. Le pré-millénarisme est le seul système qui correspond à une interprétation littérale des alliances de Dieu et des prophéties de la fin des temps.

© Copyright 2002-2014 Got Questions Ministries.