www.GotQuestions.org/Francais



Question : "Jésus fut-il crucifié un vendredi ? Si c’est le cas, comment a-t-il séjourné trois jours dans le tombeau s’il est ressuscité le dimanche ?"

Réponse :
La Bible ne déclare pas spécifiquement quel jour de la semaine Jésus fut crucifié. Les deux opinions dominantes sont vendredi et mercredi. D’aucuns toutefois font la synthèse des deux et acceptent le jeudi comme étant le jour.

Jésus dit dans Matthieu 12:40 : “Car tout comme Jonas fut dans le ventre du monstre marin trois jours et trois nuits, ainsi le Fils de l'homme sera dans le sein de la terre trois jours et trois nuits.”. Ceux qui défendent la crucifixion un vendredi disent qu’il est possible de compter de manière telle qu’on puisse effectivement considérer qu’il fut dans la tombe pour trois jours. Dans la pensée juive du 1er siècle, une partie de journée était comptabilisée comme une journée entière. Comme Jésus fut enseveli un vendredi, tout le samedi et une partie du dimanche, on pourrait considérer qu’il passa trois jours dans la tombe. L’argument principal pour le vendredi se trouve dans Marc 15:42 qui précise que Jésus fut crucifié la “veille du sabbat”. S’il s’agit bien du sabbat hebdomadaire – samedi – alors la crucifixion eut lieu un vendredi. Un autre argument en faveur du vendredi se fonde sur des versets tels que Matthieu 16:21 et Luc 9:22 où Jésus enseigne qu’il ressuscitera le troisième jour, et donc qu’il ne restera pas trois jours et trois nuits entiers dans la tombe. Plusieurs traducteurs utilisent l’expression “le troisième jour”, mais non pas tous : d’aucuns contestent la manière de traduire ces versets. De surcroit Marc 8 :31 dit bien que Jésus sera ressuscité “après” trois jours.

Le débat sur le jeudi se construit sur celui du vendredi en arguant qu’il y a trop d’événements – jusqu’à vingt selon ses défenseurs – qui se passent entre l’ensevelissement du Christ et dimanche matin pour que tout se soit déroulé entre vendredi et dimanche matin. Il faut faire ressortir qu’il est particulièrement problématique que le seul jour plein entre vendredi et dimanche soit le samedi – le Sabbat juif. Un jour de plus ou deux résolvent ce problème. Les défenseurs du jeudi font le raisonnement suivant : supposez que vous n’avez pas vu un ami depuis le lundi soir. La prochaine fois que vous le rencontrez c’est le jeudi matin et vous lui dites : “Je ne t’ai pas vu depuis trois jours”, mais techniquement il ne s’est passé que 60 heures (2.5 jours). Si Jésus a été crucifié un jeudi, cet exemple montre comment on pourrait considérer cette durée comme trois jours.

L’hypothèse du mercredi avance qu’il y avait deux sabbats cette semaine-là. Après le premier sabbat (celui qui débute le soir de la crucifixion, Marc 15:42; Luc 23:52-54), les femmes sont allés acheter les aromates – notez bien qu’elles les ont achetées après le sabbat (Marc 16:1). Dans cette hypothèse du mercredi, ce premier sabbat est la Pâque (cf. Lévitique 16:29-31; 23:24-32, 39 où les jours très saints ne sont pas nécessairement le septième jour, mais sont appelés sabbat tout de même). Le second sabbat cette semaine était le sabbat hebdomadaire normal, samedi. Notez que dans Luc 23:56, les femmes qui avaient acheté les aromates après le premier sabbat s’en retournèrent, préparèrent les aromates puis “se reposèrent durant le sabbat” (Luc 23:56). On ne peut imaginer qu’elles achetèrent les aromates après le sabbat et les préparèrent avant le sabbat que s’il y eut deux sabbats cette semaine-là. Avec l’hypothèse de deux sabbats, si Christ fut crucifié un jeudi, alors le jour très saint (la Pâque) aurait débuté au coucher du soleil le jeudi et pris fin le vendredi au coucher du soleil – juste au début du sabbat hebdomadaire – le samedi. Acheter les aromates après le premier sabbat signifierait alors en faire l’acquisition le samedi, en violation avec les lois du sabbat.

Ainsi, dans cette hypothèse, la seule explication qui ne viole pas les récits bibliques des femmes et des aromates et tient à la lecture littérale de Matthieu 12:40 est que Christ fut crucifié le mercredi. Le premier sabbat – un jour très saint (Pâque) – fut un jeudi, les femmes achetèrent les aromates le vendredi suivant et s’en retournèrent les préparer le jour même, elles se reposèrent le samedi qui était le sabbat hebdomadaire et portèrent enfin les aromates au tombeau tôt le dimanche. Jésus fut enseveli proche du coucher du soleil le mercredi, ce qui est le début du jeudi selon le calendrier juif. En usant de ce calendrier, nous avons le jeudi nuit (nuit une), jeudi jour (jour un), vendredi nuit (nuit deux), vendredi jour (jour deux), samedi nuit (nuit trois), samedi jour (jour trois). Nous ne savons pas exactement quand il est ressuscité, mais sous savons que ce fut avant le levé du soleil du dimanche (Jean 20:1, Marie Madeleine vient au tombeau “alors qu’il faisait encore sombre” ; la pierre du tombeau était roulée et elle partit trouver Pierre lui dire “ils ont sorti le Seigneur de la tombe”), alors il pourrait très être ressuscité juste après le coucher du soleil du samedi soir, ce qui est le premier jour de la semaine pour les juifs.

Un problème possible avec l’hypothèse du mercredi est que les disciples qui marchèrent avec Jésus sur le chemin d’Emmaüs le firent le jour même de sa résurrection (Luc 24:13). Les disciples, qui ne reconnurent pas Jésus, lui racontèrent sa propre résurrection (24:20) et dirent : “aujourd’hui, c’est le troisième jour depuis ces événements” (24:21). Mercredi à dimanche, ça fait quatre jours. Une explication possible est qu’ils comptèrent depuis le mercredi soir au moment de l’ensevelissement du Christ, ce qui correspond au jeudi juif, et de jeudi à dimanche, cela fait trois jours.

Dans le grand dessein des choses, il n’est pas important de connaître le jour de la semaine où Christ fut crucifié. Si cela avait été primordial, alors la Parole de Dieu nous aurait communiqué clairement le jour précis. Ce qui est important est qu’il soit mort, et qu’il soit physiquement ressuscité d’entre les morts. Ce qui est également important est la raison pour laquelle il est mort – pour prendre sur lui la punition qui revenait à tous les pécheurs. Jean 3:16 et 3:36 proclament tous deux que croire en lui – mettre sa confiance en lui – nous conduit à la vie éternelle !

© Copyright 2002-2014 Got Questions Ministries.