Quelle est l’histoire de la chrétienté ?




Question : "Quelle est l’histoire de la chrétienté ?"

Réponse :
L'histoire du christianisme est vraiment l'histoire de la civilisation occidentale. Le christianisme a eu une influence omniprésente sur la société dans son ensemble, l'art, la langue, la politique, le droit, la vie de famille, les dates du calendrier, la musique, et la façon dont nous pensons ont été teintés d’influence chrétienne depuis près de deux millénaires. L'histoire de l'Eglise est donc importante à connaître.

Les débuts de l'Église
L'église a commencé 50 jours après la résurrection de Jésus (c. AD 35). Jésus avait promis qu'Il bâtirait son Église (Matthieu 16:18), et avec la venue du Saint-Esprit le jour de la Pentecôte (Actes 2:1-4), l'église (ekklesia ou assemblée consacrée) a officiellement commencé. Trois mille personnes ont répondu au sermon de Pierre ce jour-là et ont choisis de suivre le Christ.

Les convertis au christianisme initial étaient Juifs ou prosélytes du judaïsme, et l'église a été centré sur Jérusalem. Pour cette raison, le christianisme était considéré d'abord comme une secte juive, semblable aux Pharisiens, les Sadducéens ou encore les Esséniens. Cependant, ce que les apôtres ont prêché était radicalement différent de ce que d'autres groupes juifs enseignaient. Jésus était le Messie juif (le roi oint) qui était venu accomplir la loi (Matthieu 5:17) et instituer une nouvelle alliance basée sur sa mort (Marc 14:24). Ce message, qui disaient qu'ils avaient tué leur propre Messie, rendit furieux de nombreux dirigeants juifs, et certains, comme Saul de Tarse, ont pris des mesures pour éradiquer "le chemin" (Actes 9:1-2).

Il est tout à fait correct de dire que le christianisme a ses racines dans le judaïsme. L'Ancien Testament a jeté les bases pour le nouveau testament, et il est impossible de comprendre pleinement le christianisme sans une connaissance pratique de l'Ancien Testament (voir les livres de Matthieu et Hébreux). L'Ancien Testament explique la nécessité d'un Messie, contient l'histoire du peuple du Messie, et prédit la venue du Messie. Le Nouveau Testament, est donc tout entier consacré à la venue du Messie et à son œuvre pour nous sauver du péché. Dans sa vie, Jésus a accompli plus de 300 prophéties spécifiques, ce qui prouve qu'il était celui que l'Ancien Testament avait annoncé.

La croissance de l'Église primitive
Peu de temps après la Pentecôte, les portes de l'église ont été ouverts aux non-Juifs. L'évangéliste Philippe prêcha aux Samaritains (Actes 8:5), et beaucoup d'entre eux croyaient en Jésus-Christ. L'apôtre Pierre a prêché à la maison du gentile Corneille (Actes 10), et eux aussi reçurent l'Esprit Saint. L'apôtre Paul (l'ancien persécuteur de l'Église) répandit l'Evangile partout dans le monde gréco-romain, atteignant même Rome (Actes 28:16) et très probablement tout le chemin vers l'Espagne.

En l'an 70, l'année où Jérusalem a été détruite, la plupart des livres du Nouveau Testament ont été complétés et ont circulé parmi les églises. Les 240 prochaines années, les chrétiens ont été persécutés par Rome, parfois au hasard, parfois par décret gouvernemental.

Dans les 2e et 3e siècles, la direction de l'église est devenue de plus en plus hiérarchisée à mesure que leur nombre ont augmenté. Plusieurs hérésies ont été mis à jour et réfutées pendant ce temps, et le canon du Nouveau Testament a été convenu. Les persécutions ont continués de s'intensifier.

La montée de l'Église romaine
En l'an 312, l'empereur romain Constantin a affirmé avoir eu une expérience de conversion. Environ 70 ans plus tard, pendant le règne de Théodose, le christianisme devient la religion officielle de l'Empire romain. Les Évêques ont reçu des places d'honneur dans le gouvernement, et en l'an 400, les termes «romain» et «chrétien» étaient pratiquement synonymes.

Après l’empereur Constantin, les chrétiens ne furent plus persécutés. Dans le temps, ce fut les les païens qui furent persecutés à moins qu’ils ne «se convertissent» au christianisme. Ces conversions forcées ont conduit à ce que de nombreuses personnes entrent dans l'église sans un véritable changement de cœur. Les païens ont apporté avec eux leurs idoles et les pratiques auxquelles ils ont été habitués, et l'église a changé; icônes, architecture élaborée, les pèlerinages et la vénération des saints ont été ajoutés à la simplicité du culte de l’église primitive. Pendant ce même temps, certains chrétiens se retirèrent de Rome, en choisissant de vivre dans l'isolement comme les moines, et le baptême des enfants a été présenté comme un moyen de laver le péché originel.

Au cours des siècles suivant, divers conciles ont été organisées pour tenter de déterminer la doctrine officielle de l'église, de censurer les abus du clergé et de faire la paix entre les factions belligérantes. Comme l'empire romain s'affaiblit, l'église est devenue plus puissante et de nombreux désaccords ont éclaté entre les églises de l'Ouest et ceux de l'Est. L’église latine occidentale, basée à Rome, a revendiqué l'autorité apostolique sur toutes les autres églises. L'évêque de Rome avait même commencé à s’appeler lui-même le "Pape" (Père). Cela n'a pas bien plus à l’Eglise Grecque de L'Est basée à Constantinople. Les divisions théologiques, politiques, procédurales et les barrières linguistiques ont contribuées au Grand Schisme de 1054, dans lequel l'Église catholique « universelle » romaine et l'Eglise orthodoxe orientale s’excommuniaient les uns les autres et ont rompus ainsi tous les liens.

Le Moyen Age
Au Moyen-Age en Europe, l'Eglise catholique romaine a continué à détenir le pouvoir, avec les papes qui affirmèrent leur autorité sà tous les niveaux de vie et vivaient comme des rois. La corruption et la cupidité dans la direction de l'église était une pratique courante. De 1095 à 1204, les papes ont approuvé une série de croisades sanglantes et coûteuses dans un effort pour repousser les avances de musulmans et pour la libération de Jérusalem.

La Réforme
Au fil des ans, plusieurs personnes ont essayé d'attirer les abus théologique, politique et humains de l'Église romaine. Tous avaient été réduits au silence d'une manière ou d'une autre. Mais en 1517, un moine allemand, Martin Luther a pris position contre l'Église, et tout le monde a entendu. Avec Luther vint la Réforme protestante et le Moyen Age pris fin.

Les réformateurs, dont Luther, Calvin et Zwingli aveint des points de vue différents sur la théologie, mais tous s’accordaient sur l'autorité suprême de la Bible sur la tradition de l'église et le fait que les pécheurs sont sauvés par la grâce et par la foi seule sans les œuvres (Ephésiens 2:8-9).

Bien que le catholicisme a fait un retour en Europe, et une série de guerres entre protestants et catholiques a suivi, la Réforme avait réussi à démanteler le pouvoir de l'Église catholique romaine et a contribué à ouvrir la porte à l'âge moderne.

L'Âge des missions
De 1790 à 1900, l'église a montré un intérêt sans précédent dans le travail missionnaire. La colonisation a ouvert les yeux sur la nécessité pour les missions et l'industrialisation a fourni à des personnes disposant de moyens financiers de financer les missionnaires. Les Missionnaires sont allés dans le monde entier prêcher l'Évangile, et les églises ont été établis à travers le monde.

L'église moderne
Aujourd'hui, l'Eglise catholique romaine et l'Eglise orthodoxe orientale ont pris des mesures pour réparer leurs relations brisées, de même que les catholiques et les luthériens. L'église évangélique est fortement indépendante et solidement ancrée dans la théologie réformée. L'église a également vu la montée du pentecôtisme, le mouvement charismatique, l'œcuménisme, et différents cultes.

Ce que nous apprenons de cette Histoire
Si nous ne sentez rien apprendre d'autre de l'histoire de l'église, vous devriez au moins reconnaître l'importance de laisser "la parole de Christ habiter en [nous] richement" (Colossiens 3:16).Chacun de nous est responsable de savoir ce que dit l'Écriture, et de vivre par elle. Lorsque l'Eglise oublie ce que la Bible enseigne et ignore ce que Jésus a enseigné, le chaos règne.

Il ya beaucoup d'églises aujourd'hui, mais un seul Évangile. Il est "la foi qui a été confiée une fois pour toutes aux saints» (Jude 3). Puissions-nous être attentifs à préserver la foi et la transmettre sans altération, et le Seigneur continuera à remplir sa promesse de bâtir son église.


Retour à la page d’accueil Français

Quelle est l’histoire de la chrétienté ?