Pourquoi avons-nous besoin de confesser nos péchés s’ils ont déjà été pardonnés (1 Jean 1 : 9) ?




Question : "Pourquoi avons-nous besoin de confesser nos péchés s’ils ont déjà été pardonnés (1 Jean 1 : 9) ?"

Réponse :
L’apôtre Paul a écrit : « Pour célébrer la gloire de sa grâce dont il nous a favorisés dans le bien-aimé. En lui nous avons la rédemption par son sang, le pardon des péchés, selon les richesses de sa grâce, que Dieu a répandue abondamment sur nous par toute espèce de sagesse et d’intelligence » (Ephésiens 1 : 6-8). Ce pardon se réfère au salut, l’acte par lequel Dieu a pris nos péchés et les a éloignés de nous « autant que l’orient l’est de l’occident » (Psaume 103 : 12). Ce pardon de justice est celui que Dieu nous donne au moment où nous reconnaissons Jésus comme notre Sauveur. Tous nos péchés passés, présents et à venir sont pardonnés sur le plan de la justice de Dieu, ce qui signifie que nous n’aurons pas à subir un châtiment éternel pour nos péchés. Mais très fréquemment, nous souffrons encore des conséquences de nos péchés tant que nous sommes sur cette terre, ce qui nous amène à nous interroger.

La différence entre Ephésiens 1 : 6-8 et 1 Jean 1 : 9 est que Jean parle dans son texte du pardon « relationnel » ou « familial » - comme celui qui existe entre un père et un fils. Par exemple, si le fils a fait quelque chose de mauvais à l’égard de son père - ne répondant pas à ses attentes ou ne respectant pas ses règles – le fils a rompu la communion qui existait avec son père. Il est toujours son fils mais leur relation en est affectée. Leur relation en souffrira jusqu’à ce que le fils reconnaisse devant son père qu’il a mal agi. Cela se passe de la même façon avec Dieu : notre communion avec lui est interrompue jusqu’à ce que nous puissions confesser notre péché. Quand nous confessons notre péché à Dieu, la communion est restaurée. C’est le pardon relationnel.

Le pardon de « position », ou pardon « de justice », est celui qui a été obtenu par chaque croyant en Christ. En tant que membres du corps de Christ, nous sommes pardonnés de tout péché déjà commis ou que nous commettrons. Le prix payé par Christ à la croix a satisfait la colère de Dieu contre le péché, et aucun autre sacrifice ou paiement ne sera plus jamais exigé. Quand Jésus a dit « c’est fini », Il en est ainsi. Notre pardon de « position » a été obtenu à ce moment-là et à cet endroit-là.

La confession du péché va nous aider à éviter le châtiment du Seigneur. Si nous ne confessons pas nos péchés, le châtiment du Seigneur va venir sur nous sans aucun doute jusqu’à ce que nous confessions le péché. Comme nous l’avons déjà expliqué précédemment, nos péchés sont pardonnés au moment de notre salut (pardon de position), mais notre communion quotidienne avec Dieu a besoin d’être maintenue en bon état (pardon relationnel). Une bonne communion avec Dieu ne peut pas exister si nous gardons dans nos vies des péchés non confessés. Nous devons donc confesser nos péchés à Dieu dès que nous prenons conscience que nous avons péché, de façon à conserver notre intimité avec Dieu.


Retour à la page d’accueil Français

Pourquoi avons-nous besoin de confesser nos péchés s’ils ont déjà été pardonnés (1 Jean 1 : 9) ?